AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Escapade, ou moment de solitude [Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Jeu 18 Juin - 15:06

Alfirin… La cité elfique qui lui procurait autrefois un véritable sentiment d’appartenance n’était plus qu’un nom. Comme tant d’autres lieux, elle n’y trouvait la paix intérieur à laquelle elle n’avait plus droit. Elle n’était qu’une ombre parmi les ombres, et dans son regard se reflétait le néant. Pourtant, le soleil brillant entre le feuillage vert aurait dû faire briller ses iris noisette, mais même sa chevelure couleur caramel réagissait à peine à la lumière. Dans sa robe aux couleurs crème et café, elle errait entre les arbres géants abritant ses semblables. À sa taille était attachée sa fidèle ceinture, faite de cuir noir, à la quelle étaient placées deux dagues qui ne la quittaient jamais. Elle aurait pu prendre son arc et ses flèches, mais c’était un encombrement inutile à l’intérieur de la cité. Son long manteau couleur nuit couvrait ses épaules et ses armes, et caressait le sol avec légèreté, faisant voler les feuilles mortes. D’un pas lent, elle laissait Iolar la conduire, sachant que le rapace avait besoin de plus d’espace. Bien que Alfirin soit grande, les arbres lui imposaient une limite dont il avait besoin de s’affranchir de temps à autres.

Elle aurait dû être plus sage, elle le savait, surtout depuis ses expériences passées, mais elle préférait se promener sans être accompagnée. Certains qualifiaient cela de caprice, mais la vérité était qu’elle n’avait que faire de la présence d’un autre. Certes, elle ne se s’y aurait jamais opposée, mais elle était consciente que rares étaient ceux qui désiraient la suivre dans ses expéditions parfois lointaines. D’ailleurs, c’était un des seuls temps où elle avait l’occasion de se retrouver puisqu’elle restait habituellement non loin du roi et de la reine.

Iolar l’entraîna plus loin que ce qu’elle avait prévu, en direction de l’ouest. Elle ne tenta ni de le restreindre ni de le rappeler, car elle n’en avait nulle envie. Il était libre de ses mouvements et restait à ses côtés parce qu’il le voulait bien. Bientôt, elle put sentir le sel perceptible dans l’air et la brise fraîche confirma que la côte était proche. L’aigle à la tête blanche se laissa emporter par les courants aériens en poussant un cri, montant dans le ciel éclatant de bleu. L’Elfe continua sa marche en direction des falaises de son pas léger et son regard se porta à l’horizon. Tandis que les arbres s’éclaircissaient, elle put observer la lande verte s’étendre devant elle avant de tomber brusquement dans la mer profonde. Calme en ce jour, les quelques vagues qui s’élevaient et s’écrasaient sur l’île étaient causées par un doux vent marin.

Elle fixait le paysage, impassible, s’éloignant toujours davantage de la forêt protectrice. Elle n’avait pas son arc et s’exposait à des dangers inutiles, mais que pouvait-elle craindre, ayant été victime des plus sombres ténèbres? Et puis, bien que cela l’ennuierait, Iolar volerait jusqu’à ses compagnons d’armes si sa vie se trouverait véritablement en péril. Mais puisqu’elle était seule, elle pouvait bien se permettre d’être imprudente, juste un peu.

Un autre cri venant du ciel l’avertit de la présence de quelqu’un d’autre. Elle leva les yeux et vit le rapace tournoyer un peu plus loin. Se tournant dans la direction indiquée, elle put remarquer une silhouette se découper dans le ciel. De toute évidence, c’était un homme, et pas n’importe lequel. Elle voulut partir et éviter un possible affrontement, car celui-ci était réservé à son souverain, mais elle ne bougea pas. Elle ignorait s’il l’avait aperçue, mais si c’était le cas, il viendrait certainement la trouver. Sinon, les heures continueraient de passer et ce détail resterait connu d’elle seul, sachant que certains curieux voudraient peut-être connaître les raisons de sa présence à un tel endroit, à un tel moment, s’ils avaient su.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Jeu 18 Juin - 18:10

Son imposante stature était reconnaissable n’importe où et les yeux elfiques d’Aerin pouvaient distinguer sa silhouette même de loin. Elle le regarda s’approcher, immobile statue dans l’herbe verte, tandis qu’Iolar les suivait du ciel. Elle crut percevoir les aboiements d’un chien et lorsqu’elle le vit, cela ne fit que confirmer l’identité de l’homme. Elle aurait voulu rester impassible et attendre qu’il arrive à sa hauteur, mais il était un roi, et un grand roi, et elle lui devait un minimum de respect bien qu’il soit humain. Il n’était pas même certain qu’il vienne lui parler, et puisqu’elle savait qui il était, elle devait peut-être se présenter par courtoisie.

L’Elfe émis donc un sifflement musical qui rappela l’aigle à son côté, puis alla à la rencontre du Pendragon. Elle ne l’avait jamais vu en personne, et de si près, mais elle avait entendu bien des histoires à son propos. En toute justice, elle dut admettre que les rumeurs n’étaient pas toutes fausses, car en s’approchant, elle put juger d’elle-même de ce charisme qui émanait de lui. C’était un homme fier, de toute évidence, sans toutefois être arrogant, et il semblait incertain quant à ses intentions. Elle remarqua qu’il était armé, bien sommairement, mais comme elle, il n’était accompagné que d’un animal. De toute façon, ce n’était pas à elle de l’affronter, mais cela ne ferait pas de tort de tâter le terrain.

Aerin Ilmarë, glissant presque jusqu’à Arthur avec son pas léger, étira ses lèvres en ce qui apparut être un sourire bienveillant. Son regard était toujours voilé par des ombres, mais cela n’était pas important, car elle se pencha en une révérence gracieuse. Elle ne la fit pas aussi profonde que s’il avait été le roi Llandon, mais elle était suffisamment respectueuse de son rang supérieur. Elle se releva après une pause, puis pris la parole en premier.

- Seigneur Arthur, vous êtes bien loin de votre château, dit-elle d’une voix neutre.

C’était une simple constatation et non un jugement, bien qu’elle sache qu’il était facile de s’y méprendre. Elle-même pouvait être très susceptible, mais elle ne l’avouerait pas, pas devant un homme. Maîtresse d’elle-même, voilà ce qu’elle devait montrer comme image, et ce n’était pas loin de la vérité; possédant un très faible éventail d’émotions, il était facile de les contrôler.

- Dans les forêts, on me nomme Aerin Ilmarë, modeste harpiste. Je sais ce qui se trame dans votre monde, et vous n’avez pas à me considérer comme une ennemie, du moins pas dans le sens duquel l’entendez.

Elle faisait allusion, bien sûr, aux partisans de Morgane. Par contre, elle n’était pas son alliée dans cette guerre qu’elle jugeait futile et digne des esprits tordus des hommes. Elle pouvait être désignée comme élément neutre, mais elle était de l’avis de son roi : il fallait les empêcher de continuer leur recherche de ce qu’ils appelaient le Saint Graal. Saisie d'une impulsion, elle continua:

- Notre rencontre ici n’est pas une coïncidence et bien que je ne sois qu’une inconnue à vos yeux, sachez ceci : votre quête est futile, le Graal ne vous appartient pas. Pardonnez-moi si cela vous semble déplacé.

La blonde Elfe s’inclina à nouveau, ignorant quelle serait la réaction du souverain. Elle ne savait pas, non plus, comment son roi réagirait en apprenant qu’elle avait déjà déclaré les intentions des Elfes aux hommes, soit de les dissuader de trouver le Graal. Cela lui importait peu, car si elle réussissait, peut-être leur serait-il épargné un voyage qui s’annonçait désagréable hors de leur forêt. Sinon, elle saurait au moins à quoi s'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Mar 23 Juin - 12:31

Aerin ne réagit pas lorsqu'il changea de sujet. Elle inclina légèrement la tête, signifant simplement son accord, à la fois pour sa requête silencieuse et pour celle prononcée à voix haute. Elle était patiente et elle savait qu'elle aurait pleinement le temps de faire valoir son point de vue plus tard. Son épuisement ne lui avait pas échappé et lui accorder un répit, même de courte durée, était dans ses cordes. Bien entendu, elle ne le faisait pas par considération pour lui, mais parce que son but n'en serait pas affecté. Au contraire, le Pendragon serait peut-être plus dispo à l'écouter une fois l'esprit reposé.

Le roi lui offrit un peu de viande pour Iolar, lequel ne refusa pas. L'emportant dans ses serres, il s'envola pour se déposer un peu plus loin. L'Elfe accompagna donc l'homme en s'assoyant dans l'herbe à ses côtés. Le bas de sa robe s'étalant autour de ses jambes repliées sur sa droite, elle était appuyée sur son bras gauche. Lui faisant face, elle traça un sourire sur son visage et répondit pour son ami.

- Iolar est bien peu difficile quant à la provenance de la chaire dont il se nourrit. Quant à moi, je ne m'oppose pas à ce qu'on le nourrisse, tant qu'il garde l'habitude de chasser pour lui-même.

Elle jeta un regard au chien qui réclamait un peu d'attention. Plus bavarde que d'habitude, elle enchaîna:

- Les aigles ne sont pas comme les bêtes que vous gardez au château. Iolar est libre de partir, et lorsqu'il le fera, son expérience parmi nous ne doit pas l'handicaper.

Tandis que Arthur mangeait, Aerin se contenta de lui tenir compagnie, la viande n'ayant jamais été un de ses plats favoris. D'ailleurs, il lui en fallait peu pour être rassasiée. Son regard éthéré s'était lentement dirigé vers l'horizon, conscient de la beauté de la vue sans réellement le voir. Elle n'avait aucune difficulté à comprendre qu'il ait voulu s'éloigner de Camelot pour trouver un peu de paix, surtout ici. Mais...

- Pourquoi êtes-vous ici, Seigneur, et seul? demanda-t-elle alors soudain.

Car même s'il était un homme fort courageux, il était toujours roi et devrait avoir au moins une garde, même composée de deux ou trois soldats seulement. Qu'aurait-il fait si elle avait été ennemie, et accompagnée? C'était bien irresponsable de sa part, mais pouvait-elle s'attendre à plus des hommes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Mar 23 Juin - 19:48

Aerin sentit que le roi de Camelot était méfiant à son égard, ce qu’elle ne pouvait lui reprocher. Après tout, elle avait été plutôt directe avec lui, peut-être un peu trop. Pourtant, il fut honnête avec elle et lui donna la raison de sa présence loin de son château. Elle avait perçu les nuances de son ton, plutôt sec au départ, comme pour lui reprocher son manque de discrétion, puis plus doux, confirmation de la fatigue qu’il ressentait.

L’Elfe ne répondit pas immédiatement, laissant le temps faire son œuvre. Son cœur, et ses épaules, était chargé, comme Arthur l’avait déclaré et elle réalisa trop tard qu’elle ajoutait de la pression avec ses propos. Son insensibilité lui faisait parfois oublier que les autres portaient leurs propres fardeaux. Puisque, par sa faute, elle lui avait rappelé ses devoirs, elle devait se racheter. Elle donna alors ce qu’elle pouvait offrir, et c’était ce qui se rapprochait le plus de la compassion, dernier vestige du passé.

- Je vous demande pardon, Seigneur, dit-elle le plus doucement possible. Bien sûr, je sais à quel point vos responsabilités peuvent êtres lourdes parfois, bien que je ne l’aie pas expérimenté. Nous, les Elfes, sommes immortels et la conception du temps nous est différente.

Elle ne s’expliqua pas davantage, mais sous-entendait que son peuple vivait plus lentement. Prendre un jour ou un an pour accomplir quelque chose faisait peu de différence, alors que pour les hommes, le temps était compté et tout devait se faire le plus rapidement possible. Elle ignorait s’il avait saisi toute sa sincérité, mais elle affichait désormais un sourire désolé pour illustrer ses propos.

- Laissez-moi vous offrir une compensation pour mes paroles, et permettez-moi d’alléger votre âme pendant un instant.

Ses yeux n’avaient pas quitté la ligne séparent ciel et mer pendant tout ce temps. Elle les ramena sur l’homme, lui faisant à nouveau face. Elle songea alors qu’il aurait été agréable d’avoir sa harpe afin d’alléger l’atmosphère. Au lieu de cela, elle décida de laisser sa voix tracer quelques notes dans l’air. Rien d’extraordinaire, mais elle savait que son chant apaisait les cœurs troublés. D’entre ses lèvres vermeilles sortirent les paroles d’un lai elfique connu dans la cité d’Alfirin. C’était une des chansons que tout barde de sa race connaissait, car elle relatait l’histoire de son peuple. Et le vent, s’élevant en légère brise, agita sa chevelure dorée sous le soleil et transporta sa voix vers l’ouest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Dim 28 Juin - 17:32

Aerin ne s'était pas attendue à cela, aussi fut-elle surprise en voyant le roi s'endormir au son de sa voix. Lorsqu'il fut évident qu'il n'était pas en état de l'entendre et de profiter du chant, elle s'arrêta. Elle l'observa dans son sommeil qui se troubla peu à peu. Elle put voir son visage se tordre et puis il se réveilla en poussant un cri. "Guenièvre", le nom de sa reine. Elle aurait dû s'attrister devant leur histoire, car elle savait que les trois côtés du triangle étaient déchirés par l'amour. Et le coeur des hommes était si facilement brisé. Aussi se surprit-elle à prendre la main tendue d'Arthur et la serrer dans la sienne, tentant de lui apporter un peu de réconfort. Elle esquissa un sourire, embarassée, puis le relâcha.

- Bienvenu à nouveau parmi nous, Seigneur, dit-elle calmement. Vous deviez être épuisé. Si vous désirez prendre plus de repos, ne vous gênez pas, je veillerai sur votre sommeil.

Elle se dit qu'il refuserait probablement, non pas par méfiance, mais pas désir de ne pas retrouver un rêve aussi douloureux que celui qu'il venait d'avoir. Elle ignorait ce qu'il avait vu, mais par son intonation, ce devait être quelque chose qu'il craignait: perdre celle qu'il aimait tant. Elle ne pouvait pas comprendre ses sentiments, puisqu'elle ne voyait pas comment un autre être pouvait devenir une raison de vivre. Bien qu'elle ne vivait que protéger le roi Llandon, le cas était différent. Elle ne l'aimait pas, pas dans ce sens, elle ne faisait que le protéger car il était important pour son peuple. Il était destiné, elle l'espérait, à faire venir une époque meilleure.

- Puis-je être indiscrète et vous demander pourquoi vous, les hommes, êtes prêts à donner votre coeur et votre âme à un autre aussi facilement?

Elle ne comprenait pas et peut-être était parce que dans l'immortalité, il n'y avait nul besoin de se presser à se donner entièrement à un autre puisque l'éternité les attendait. Et puis, trouver la bonne personne prenait du temps, trouver quelqu'un pour nous rendre heureux. Et elle croyait qu'elle ne pouvait rendre quelqu'un heureux. Mais les humains s'éprenaient de la première personne qui croisaient leur chemin, bien souvent. Trop rapide, trop de douleur; alors pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Jeu 2 Juil - 22:48

"L'amour est une chose que nous ne pouvons expliquer. Ca se vit, ca se sent. Je vais tout de même essayer. Voyez-vous, lorsque j'ai rencontré ma reine, Guenièvre, ce n'était, qu'à la base, une union pour un objectif politique mais j'ai senti mon coeur battre à m'en ouvrir la poitrine. Nous appelons cela le coup de foudre mais nous ne le vivons pas tous. Certains ne trouvent jamais leur moitié ou bien prennent un long moment. Vous dites rapidement mais vous qui vivez plus longtemps, vous pouvez prendre ce temps. Pour nous, c'est déjà long."

Aerin écoutait le roi parler avec attention. Elle tentait du mieux qu'elle le pouvait de comprendre ce concept abstrait. Lorsqu'il parla de coup de foudre, une certaine incompréhension s'afficha sur son visage. Comment pouvait-on aimer quelqu'un en croisant simplement son regard? N'apprenait-on pas à aimer un autre en passant du temps avec lui ou elle? Bien sûr, comme il le soulignait, les Elfes pouvaient prendre ce temps, car ils n'avaient pas la contrainte de la mortalité. Par conséquent, ils percevaient différemment le temps. Cela, elle le comprenait.

"J'espère avoir répondu à votre question."

Elle hocha simplement de la tête, encore perdue dans ses pensées. Elle butait également sur le fait qu'un homme et une femme pouvaient être faits l'un pour l'autre. Une seule personne pouvait-elle réellement entièrement combler une autre? C'était difficile à croire, considérant que chacun évoluait plus ou moins rapidement, et donc les besoins changeaient.

- En partie, avoua-t-elle après un moment. Je dois dire que je comprends pas tout de l'amour, car je ne suis pas certaine d'y croire. J'ai l'impression que c'est une illusion de notre esprit afin de combler un désir de notre âme. Puisque je ne ressens pas ce besoin, je vois difficilement la nécessité qu'aurait quelqu'un de s'attacher éternellement à un autre.

Elle se tut aussi soudainement qu'elle avait commencé à parler. Pourquoi diable parlait-elle autant cet après-midi? Elle n'avait nullement besoin de s'expliquer, aussi dévia-t-elle le sujet d'elle-même vers le roi et sa reine. Elle n'était pas sans savoir qu'il existait un troisième, aussi se demanda-t-elle s'il était possible d'aimer deux êtres avec autant de passion.

- Mais votre histoire m'intéresse, Seigneur. Vous êtes certainement un cas particulier parmi même les hommes. Reine Guenièvre et vous-même partagez des sentiments très forts, il ne va pas sans dire, mais comment pouvez-vous l'aimer en doutant...

Elle fit une pause, puis reprit la parole.

- Je sais que vous cherchiez un peu de repos. Il semble que j'aie le don de toucher des sujets plus délicats. Parlez-moi donc de Camelot. Je m'y rendrai bientôt, avec mon roi, et je ne suis pas certaine d'aimer une ville de pierre.

Toujours assise sur le sol, elle passa distraitement une mains sur les plis de sa jupe couleur crème. Ses longues manches effleuraient la verte herbe où se reposait Iolar un peu plus tôt. L'aigle, après avoir mangé et digéré son repas, s'était à nouveau envolé. Bien qu'elle ne le voyait pas, elle savait qu'il n'était pas très loin. Elle avait songé à le laisser à Alfirin lors de son court voyage hors de la forêt, mais avoir auprès d'elle un élément familier la faisait hésiter. Mais avait-elle réellement besoin de se démarquer plus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Dim 5 Juil - 21:48

Aerin observa le chien courir après un simple morceau de bois. C'était étrange, la façon dont il avait été élevé... rapporter des branches mortes, quel intérêt cette action pouvait-elle avoir? Elle sut également qu'il ne répondrait pas à sa question concernant Guenièvre, et elle respecterait son silence.

"Que voulez-vous savoir de Caamelot ? Ce n'est qu'un chateau où je réside avec certains nobles et mes frères d'armes, les chevaliers de la Table Ronde. C'est aussi là bas que j'occupe mon poste de roi et que je reponds aux attentes de mon peuple."

Certes, c'était le lieu où il exerçait son pouvoir. Peut-être aurait-elle dû être plus explicite. Les humains préféraient souvent aller droit au but plutôt que d'aller vers les détails moins importants, mais tout aussi intéressants. Elle, elle voulait savoir comment était la ville, son atmosphère, ses habitants, la vie dont elle était animée. Mais pour un roi, le château était certainement ce qui lui venait à l'esprit en premier puisque c'était là qu'il résidait.

"Lorsque nous nous sommes rencontrés, vous m'avez dit que le Graal ne m'appartenait pas et je suis bien d'accord avec vous. Vous n'êtes pas s'en savoir que ce pays que j'essaie de protéger de ma vie est en conflit à cause de ruses, de massacres qui sont le fait de ma demi-soeur. Je n'ai jamais souhaité cela. Durant mon régne, je me suis juré de mener ce peuple vers une paix éternelle mais je ne suis qu'un humain et, malgré toutes les forces que j'emploie pour ce but qui me semble noble et juste, je n'ai pu que retarder l'inévitable. Cet objet saint serait pour moi une manière de le protéger de Morgane et de gouverner avec sagesse. Ceci pourrait ressembler à une requête égoiste et je le comprends mais le sang a déjà trop coulé et je ne veux pas de cela."

L'Elfe n'avait pas songé que le Chaudron qu'il recherchait pourrait servir à autre chose que sa propre ascension. Elle n'avait jamais pris en compte qu'il désirait le trouver pour protéger son peuple contre la folie de Morgane. Cela ne rendait pas sa quête valable, mais ses intentions étaient au moins plus pures que ce qu'elle aurait cru.

- Je suis désolée, Seigneur, mais ce ne sera pas possible. Aussi nobles soient vos intentions, on ne peut utiliser un objet aussi puissant sans être envahi par son pouvoir. Vous allez tout perdre, même ce que vous tentez de protéger si désespérément. Il doit exister une autre manière d'arrêter votre demi-soeur, malgré sa magie et ses fourberies.

Le Chaudron ne pouvait être la seule solution. Peut-être était-ce la plus évidente, la plus facile, mais les conséquences étaient trop nombreuses. Beaucoup trop. Comprenait-il tout ce qu'il mettait en danger en tentant de le trouver? Était-il seulement conscient du pouvoir de ce qu'il nommait Graal?

- Roi Arthur, vous devez trouver un autre chemin vers la paix, car seulement alors la trouverez-vous.

Elle se releva alors, mettant un point final à sa déclaration. Elle siffla doucement quelques notes et un cri lui répondit. Iolar était de retour.

- Marcherez-vous avec moi le long de la côte? demanda-t-elle avec un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
77

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité:

MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   Lun 13 Juil - 23:33

Le roi resta désespérément silencieux, ne réagissant pas verbalement à ses paroles. Elle put voir ses émotions se peindre sur son visage, mais elle ne put compatir avec sa douleur. Il caressait son chien machinalement tandis qu'il réfléchissait visiblement à ses paroles. Elle ne lui avait donné qu'un bref aperçu de ce que seraient les paroles de son Roi, et il semblait déjà si lointain. Il accepta pourtant de marcher à ses côtés le long de la côte. Elle ne l'avait pas réalisé, mais le temps avait filé depuis qu'ils s'étaient adressés la parole pour la première fois. Le soleil commençait à descendre vers l'ouest et l'air se rafraîchissait doucement. Enveloppée dans sa cape, elle ne frissonnait pas. Elle jeta un coup d'oeil vers l'homme et vit qu'il semblait résister également à la température. Après tout, il faisait encore doux. Pourtant, il semblait troublé et elle ne put que deviner l'objet de ses pensées. Elle n'eut nulle envie de le tirer de là, sentant que c'était d'ordre personnel. Aussi décida-t-elle de s'éclipser pour aujourd'hui. Ils auraient vraisemblablement l'occasion de se recroiser bientôt, à Camelot. Ils pourraient peut-être discuter davantage de différents sujets, peut-être dans un contexte moins tendu.

- Seigneur, pardonnez-moi, mais je vais devoir vous quitter.

Iolar appuya ces paroles d'un cri aigu.

- Nous nous reverrons à Camelot, et peut-être trouverez-vous le temps de me parler un peu des hommes et m'aider à comprendre votre vision.

Elle s'inclina légèrement, puis ajouta:

- Ce fut un plaisir de vous rencontrer.

Elle était à moitié sincère, ce qui était déjà beaucoup. Elle n'avait plus la notion de plaisir, mais ce fut indéniablement instructif, ce qui était l'équivalent pour elle. Elle garderait pour elle certaines de ses découvertes, et les autres, elle les partageraient avec son Roi et ceux que ça regarderait. Elle le ferait que si l'on lui demandait directement, ce qui était peu probable. Elle n'aurait donc pas à s'inquiéter de leur réaction. De toute façon, elle n'avait pas à justifier ses rencontres, surtout si elles étaient fortuites.

- Portez-vous bien, et à bientôt, dit-elle dans un dernier souffle.

Puis, elle tourna les talons et se dirigea vers la forêt avec souplesse. Entre les arbres, elle disparu telle une ombre, Iolar suivant de près. Ils se reverraient certainement, et elle avait hâte de voir si ses paroles finiraient par l'atteindre. Que déciderait-il en fin de compte? Accepterait-il de renoncer au Chaudron et à son pouvoir? C'était ce qu'elle lui souhaitait, car c'était également la volonté de son Roi.

[Je te laisse conclure ^^ Je suis désolée de couper ça court, mais j'avais l'impression de tourner un peu en rond...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Escapade, ou moment de solitude [Arthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Escapade, ou moment de solitude [Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Le meilleur moment de solitude serait d'être seul comme si nous étions deux. »
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» Un article pour le Roi Arthur !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-