AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Mar 7 Juil - 16:29

Le Chevalier de Morgane fut bien content lorsqu'il put enfin enlever sa cotte de maille et le reste de son armure. Ce géant de Lamorak tapait sacrément fort, et les courbatures le feront souffrir demain matin. Des blessures assez futile certes, lorsqu'on avait fait autant la guerre qu'Accolon, on en avait vu d'autres. Mais bon, aucune menace ne planait lors du tournoi et donc ces blessures seraient sûrement les plus graves avec lesquelles il repartirait.
L'enjeu du tournoi était double : affaiblir dans la mesure du possible les chevaliers d'Arthur et s'habituer à leurs techniques martiales, mais aussi faire bonne impression devant le roi d'Irlande.
L'aspect était pour une fois aussi important que la forme. Accolon n'avait presque plus porter ses couleurs depuis qu'il s'était rangé dans le camp des traîtres : pas besoin d'avoir un joli lion d'Angleterre surplombant un chêne, le tout brodé sur son pourpoin... lorsque votre principale fonction est d'instaurer la peur en éventrant vos victimes.
Accolon redevenait presque de Boron ici, à Carmarthen. Il prit le temps qu'il fallut dans sa tente pour arranger sa toilette, taillant finement sa barbe et s'équipant même d'une épée - et non de son habituelle hache.
Le tournoi battait encore son plein. La foule remplissait les installations et s'étendait même loin encore sur la plaine. Il était assez dur de s'y frayer un chemin, surtout lorsque vous venez de finir un duel acclamé et que chacun se retournait pour vous voir.
Beau combat, c'était... sauvage ! Merci, Lamorak est un vrai guerrier et nous nous sommes donné à fond.
Hey, il parait qu'il y a une guerre en Angleterre ? Oui, c'est le cas. Mais le peuple de Bretagne respecte ses frontières, vous n'en souffrirez aucunement.
Z'étiez pas un des chevaliers d'Arthur vous ? On dit que vous êtes un traître. Mon allégeance va au souverain légitime de Bretagne qui, par droit d'aînesse et de sang, devrait être Morgane la Fée. Je n'ais jamais été traître à mes idéaux.
M'sieur, m'sieur ! Elle est comment Morgane ? C'est vrai qu'elle mange des enfants ? Vous battez Arthur en duel ? Vous avez pas peur qu'on vous attaque avec cette guerre civile ? Vous êtes célibataire ? Votre chat s'appelle comment ?
Accolon répondait du mieux qu'il pouvait, donnant souvent un simple sourire en guise de réponse. L'agitation de la venue parmi les manants d'un des chevaliers participant au tournoi allait bien retomber un jour, et le traître pourrait peut-être enfin progresser vers la loge royale.
Plusieurs accolades et serrages de main plus tard, l'ancien chevalier se trouva face au petit escalier en bois donnant sur l'estrade du roi d'Irlande. Deux gardes en protégeaient l'entrée, et ne semblaient pas des plus bavards - on leur avait peut-être ordonné de faire attention aux "traîtres" d'Arthur.
Par contre, il y avait une jeune dame assise sur les marches... une domestique à la peau blanche et aux lèvres rouges, et de haut rang d'après ses vêtements. Accolon s'éclaircit la voix.
- Excusez-moi, demoiselle... A mon grand regret, on dirait bien que la loge royale ne me sera pas accessible aujourd'hui. Pardonnez à un étranger la méconnaissance de votre belle île, mais j'aurai aimé savoir quelle genre de personnes sont le roi d'Irlande et sa fille. Peut-être pourriez-vous me renseigner ?
Le ton du Chevalier était noble mais respectueux, comme l'étranger qu'il était - toute sa personne s'affichait comme étrangère, de ses armoiries à son accent - envers une culture qu'il ne connaissait pas.


Dernière édition par Accolon de Boron le Ven 28 Aoû - 13:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Mar 21 Juil - 11:21

La jeune fille se révéla plus surprenante que prévu. Accolon était quelque peu décontenancé devant ce sourire malicieux et ce discours qui, avec un pointe d'audace, le remettait à sa place. A trop avoir remis ses habits d'antan, le traître aurait-il cru qu'il imposerait autant le respect qu'auparavant ? Et à une irlandaise en plus ?
Le vieux stratège laissa la domestique finir tout en affichant un sourire franc sur ses lèvres. Une partie en lui lui criait de remettre cette fillette à sa place ou qu'on ne traitait pas un noble de la sorte - choses qu'il aurait sûrement faîtes du temps d'Arthur - mais son allégeance à Morgane avait réussi l'exploit de canaliser sa rage, et Accolon le traître s'appliquait donc méthodiquement et sans hargne au succès de ses objectifs. Son honneur de chevalier passerait bien au second plan pour le moment.
- Je vous prie une nouvelle fois de m'excuser, mes manières n'étaient pas des plus correctes et il est légitime que vous demandiez de telles précisions avant de me répondre... surtout après avoir entendu mes quelques échanges avec les Irlandais.
Accolon toussota légèrement pour s'éclaircir la voix, et il s'inclina respectueusement devant son interlocutrice, une main sur la garde de son épée et l'autre le poing fermé sur son coeur. Un salut militaire certes, mais un salut tout de même.
Les deux gardes observaient la scène du coin de l'oeil, partagé entre la curiosité et leur devoir. Mais il était dur de ne pas être curieux lorsque la petite conversation qui se jouait prenait place par dessus leurs épaules.
- Je suis Accolon de Boron, noble de Bretagne et élevé au rang de Chevalier par feu Uther Pendragon, le père du jeune Arthur. Comme vous l'avez souligné, j'ai également fait partie des Chevaliers de la Table Ronde, et j'en étais l'un des membres les plus anciens. Mon allégeance va dorénavant à ma souveraine, Morgane la Fée, et donc oui, appelez-moi "traître" si vous le souhaitez. Mais je ne me considère pas comme tel : l'histoire n'a pas encore décrété quel côté est juste dans la guerre de royauté qui se joue en Bretagne, et j'estime la vision des choses de la Fée justifiée.
Vous craigniez que je puisse nuire à votre roi ? Accolon ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire amusé à cette perspective, c'était vraiment trop drôle. Je tiens à vous rassurer quand aux intentions pacifiques de Morgane la Fée à l'encontre du peuple Irlandais. Nos deux pays ont toujours eut de... "bonnes" relations - Accolon passait sûrement un peu vite sur les quelques conflits périphériques qui éclataient parfois entre l'Irlande et la Bretagne, ou ne serait qu'au sujet des disputes sur les routes de commerces maritimes, mais ces petits différents étaient chose courante depuis plusieurs décennies - et il est de la volonté de ma souveraine de maintenir de telles relations. Nous remercions en ce sens votre sage roi, de nous avoir permis de participer au tournoi et de conquérir pour la main de sa fille. Il a fait preuve de discernement en reconnaissance que la querelle qui tiraille la Bretagne n'est qu'interne. Chevaliers d'Arthur et "traîtres" s'affrontent seulement pour savoir qui portera la couronne de Bretagne... n'est-ce pas dans l'intérêt de l'Irande que de s'assurer une bonne entente avec Morgane la Fée tout autant qu'avec Arthur, dans le cas où celle-ci sorte victorieuse ?
Accolon ne savait pas exactement ce qu'il filtrait jusqu'en Irlande du conflit Morgane-Arthur. Cette explication, quelque peu simpliste et passablement non-objective, suffirait-elle ? Si l'on demandait la même chose à un paysan breton, soit il préfèrerait Arthur parce que ce dernier avait tout de même meilleure réputation, soit il prirait pour que la guerre s'arrête d'une manière ou d'une autre le plus vite possible.
Enfin, le traître esperait qu'il avait réussi à convaincre la domestique de ses "bonnes" intentions, envers le roi d'irlande tout du moins.
- Ma réponse vous satisfait-elle ? Accolon hésita à demander le nom de son interlocutrice dans la foulée, mais il se dit qu'il vallait mieux faire une chose à la fois et ne pas brusquer la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Mar 28 Juil - 13:52

Accolon fronça quelque peu les sourcils devant les premières réponses de la jeune fille. Elle manquait cruellement d'estime de soi, elle se réservait de tout jugement et faisait preuve d'un manque effrayant de curiosité - pour les sujets qui aurait intéressés le traître tout du moins. Se plaignait-elle ainsi de la vie par caprice ou cela cachait-il une autre raison ? Le Chevalier de la Fée commençait à se dire qu'il avait mal choisi son interlocutrice jusqu'à ce que celle-ci révéla être la dame de compagnie d'Iseult.
Un large sourire étira de nouveau les lèvres d'Accolon.
- Le plaisir est pour moi. Et devant la demande de Malvina, il l'invita du bras à le suivre vers une place plus discrète.
Non, Accolon ne connaissait pas plus Carmarthen que Malvina, et sûrement même moins. Mais la logique du Chevalier fit le reste : une île restait une île, et un tournoi de chevaliers restait un tournoi de chevaliers. Terre irlandaise ou non, Accolon était sûr que le "petit" attroupement que formait ce tournoi ponctuel finirait bien un jour s'il s'en écartait. Un tournoi n'était qu'un évènement, on bricolait des gradins en bois à la hâte, on entassait des marchands et des touristes à l'extérieur de l'arènes et on laissait le tout vivoter dans un certain carfarnaum.
Le Chevalier n'avait pas vraiment envie de s'arrêter à l'une des taverne à ciel ouvert, au niveau de la discrétion on ne pouvait pas vraiment faire pire. Il se contenta donc d'acheter deux pommes de saisons, deux tasses et une bouteille d'un bon vin - ou du moins c'est ce que dit le commerçant à Accolon, qui ne connaissait aucun des vins en vente ici - et il conduisit Malvina à l'écart de la foule.
Bientôt les gens se firent moins nombreux et les échopes disparurent. A une centaine de mètre en face d'eux, un grand arbre trônait avec sûrement plus d'une centaine d'année tel un dernier honneur pour ses frères végétaux qui avaient dû être défrichés pour créer la plaine du tournoi. Assez satisfait devant le calme qu'ils pourraient y trouver, Accolon déclara plus qu'il ne demanda : "Cela vous convient-il, demoiselle Malvina ?". Et sans vraiment attendre de réponse, il s'avança pour y prendre place.
La bouteille fut débouchée et les pommes et tasses partagées. Accolon servit les verres mais préféra s'allonger sur l'herbe plutôt que d'en boire. Diable, depuis combien de temps ne s'était-il pas accordé le loisir de somnoler sous un arbre ? Le visage du traître se relaxa et se para du sourire de l'instant présent.
- Vous m'avez dit être la dame de compagnie de la princesse Iseult ? Sa beauté est légendaire, mais c'est tout ce que j'en sais - ah si, je sais également qu'elle ne sera pas mienne, haha, rajouta le traître avec une pointe d'amusement. Comment prend-elle le fait que des chevaliers de tous horizons se battent pour sa main ?
En lui même, Accolon ne put s'empêcher de rigoler : qu'il était drôle de voir à quelle vitesse pouvait revenir l'appel du devoir. Déjà, il avait oublié le cadre iddylique et son appel au calme. La seule chose qui trottait maintenant dans sa tête était d'orienter la conversation pour savoir ce qu'il découlerait de ce tournoi. Iseult.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Ven 31 Juil - 16:08

Accolon ne s'offusqua aucunement que Malvina ne gouta point au vin qu'il ait acheté... à vrai dire, il aurait été plus intelligent de lui demander si elle comptait savourer un rafraichissement avant d'acheter la bouteille. Qu'importe, Accolon en aurait plus pour lui-même, se consola-t-il en espérant que le vin soit de bon goût.
La dame de compagnie d'Iseult était assez énigmatique et froide quand elle le voulait. Cela contrastait singulièrement avec son jeune âge et son apparence - Accolon l'aurait imaginée bien plus docile et gaie, mais le traître n'aurait su dire si cet air là était voulu ou non. Se méfiait-elle ? Sûrement. Le Chevalier de la Fée eut un sourire en coin devant l'évidence : tout le monde se méfiait de lui, et tout le monde avait raison de le faire.
Mavina sembla un moment chercher les mots pour sa réponse, mais Accolon ne put qu'avoir un sourire attendri. Les paroles de la domestique semblaient sincères et l'aspect sentimental de la réponse supposait que le lien l'unissant à la princesse était fort. Elle le regardait dans les yeux et le traître n'y lut aucun mensonge.
Accolon ne voulait pas perdre son interlocutrice avant même d'avoir abordé de vraies questions, et c'est donc en toute honnêteté qu'il répondit à la jeune femme.
- Vu l'avancement du tournoi, il y a de grandes chances pour que la main de la princesse soit accordée à un chevalier de la Table Ronde. Peut-être n'est-ce pas un véritable conte de fée comme vous le dîtes, mais au moins Dame Iseult pourra se rassurer d'être mariée à un homme droit et respectueux... c'est toujours mieux qu'un mariage arrangé avec le fils d'un baron ou je ne sais quoi encore, sans aucune notion d'honneur.
Accolon haussa les épaules.
- Au pire, je suppose que le futur-mari sera assez intelligent pour laisser libre votre maîtresse de goûter à quelques... libertés ailleurs... ne serait-ce que par tact, ou simplement pour éviter le scandale d'une rupture.
Visiblement, le traître avait une morale assez douteuse et ne voyait ce mariage comme une si mauvaise chose. Accolon avait tranché depuis longtemps que l'amour n'était pas un luxe que les nobles pouvaient s'offrir, et encore moins princes et princesses. L'ancien chevalier remarqua toutefois de lui-même que cette prise de position n'allait pas vraiment dans le sens de Malvina, et il s'empressa d'atténuer ses propos.
- Enfin, vous avez sûrement raison en disant que Dame Iseult ne sera pas entièrement heureuse. C'est une chose que d'accomplir son devoir et s'en est une autre que d'être en accord avec ses propres désirs.
Accolon se redressa pour prendre une gorgée de vin, avec un air soucieux suite à sa dernière phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Mar 18 Aoû - 1:42

Accolon fut assez interloqué par les plaintes de la suivante
d'Iseult. Il n'aurait jamais pensé que son dernier petit commentaire
suscite autant d'émotions. Ah, la jeunesse...

- Vous êtes jeune, il est normal que vous pensiez ainsi. Vous avez encore le temps de refaire le monde et donc vous vous posez bien des questions. Si vous permettez un conseil : ne vous bercez pas trop d'illusions demoiselle, chacun pense que l'herbe est plus verte de l'autre côté du pré. Selon moi, il est plus sage de trouver le meilleur dans ce que le sort vous a donné. Mais bon, je ne veux pas vous faire vieillir avant l'âge, et vous êtes libre de garder vos rêveries.

Le traître était quelque peu surpris de rencontrer cette Malvina. Accolon n'avait pas l'occasion de rencontrer beaucoup âmes révoltées contre leur condition ces derniers temps : un homme qui n'acceptait pas sa place ne faisait pas un bon soldat, et donc le vieux stratège préférait le plus souvent s'en séparer.
Intéressante rencontre, l'amant de la Fée se demandait ce que pensait leur dernière recrue du devoir, un jeune de 16 ans nommé Thibaut, alors que la jeune fille l'interrogea. Accolon tâcha de lire en elle mais il se heurta à un mur.
Le traître sourit. Cette fille était intelligente, même si elle manquait d'expérience.

- Mmm... c'est assez simple, d'une certaine manière. En fait, je cherche à me faire une idée de votre maîtresse pour savoir comment l'intégrer dans mes plans futurs. Nul doute qu'une princesse d'un royaume aussi vaste que celui d'Irlande aura de l'influence sur la cour à Caamelot. C'est une pièce non négligeable sur l'échéquier, et la Dame Iseult n'ayant pas encore était assomée des rumeurs haineuses à l'égard de notre souveraine Morgane, j'espère peut-être trouver en elle une oreille attentive pour démontrer que les "traîtres", comme vous dîtes si bien, ne sont pas ce qu'ils en ont l'air.

Accolon passa une main dans ses cheveux et se resservit un verre de vin. Il n'était pas mauvais après tout. Le traître parlait franchement et sans détour. C'était à la fois une preuve de respect et l'évidence du fait que Malvina soit mise au courant ou non ne changeait pas grand chose à la donne.

- Pour tout vous dire, j'avoue ne pas encore savoir comment je vais m'y prendre. Et justement, je comptais à ce que cette entrevue m'aide à y voir plus clair. Iseult doit-elle être considérée comme un futur obstacle et ennemie dans notre conquête du trône, ou bien la réalité serait-elle moins nette ? Voilà la question à laquelle j'essaye de répondre en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   Ven 28 Aoû - 13:01

Accolon s'aperçut immédiatement qu'il avait mal choisi ses mots. Le traître s'en fit le reproche, il se croyait un peu trop bon diplomate et c'était peut-être vrai avec des barons ou des ducs mais en l'occurence il avait du mal avec la jeune fille.
L'amant de la Fée sourit et hocha la tête aux dires de Malvina. La domestique avait de la volonté à revendre, et c'était une bonne chose - pour elle en tout cas - même si Accolon trouvait ses souhaits décalés.

La surprise du traître fut encore plus grande lorsque ses prochaines paroles braquèrent complètement son interlocutrice contre lui... avec un soupçon de frayeur aussi, même s'il était difficile à voir. Accolon se maudit de sa maladresse : Malvina lui avait bien dit ne pas s'intéresser aux intrigues de cour et de souveraineté, le traître aurait dû s'attendre à ce que dévoiler de telles "machinations" la pousse à la fuite plutôt qu'à jouer avec lui pour lui faire lâcher d'autres informations. Accolon savait qu'il l'avait perdue, mais il répondit néanmoins du plus poliment qu'il put aux questions qu'elle avaient formulées.

- Oui, mon objectif... ou plutôt celui de ma souveraine est de prendre le trône de Bretagne. Et oui, beaucoup me considèrent comme fou je suppose. Mais je ne hais pas Arthur même s'il est mon ennemi. Accolon aurait répondu cela de toute façon, mais en disant ces mots, il se rendit compte que c'était vrai : il ne détestait pas Arthur, il avait toujours le même respect pour lui. Etrange. Il méditerait sur ses nouvelles pensées plus tard.

Le temps qu'Accolon s'interroge sur lui même, Malvina avait déjà dit ses adieux. Le traître les avaient écouté d'une oreille et avait simplement haussé les épaules en ajoutant "J'espère tout de même que vous réfléchirez à mes paroles, et je m'excuse s'il vous semble avoir perdu votre temps en ma compagnie."
Accolon ne se leva pas pour la saluer formellement : Malvina partait déjà et elle semblait assez furieuse pour que les paroles ne puissent rien ajouter sinon de l'huile sur le feu. Le silence était une meilleure option.

Le traître la regarda partir, puis il se servit un nouveau verre de vin. Le soleil était haut dans le ciel, mais les feuilles du grand arbres procurait à Accolon une ombre agréable. Le vieux guerrier s'allongea de nouveau et ferma les yeux, savourant le plaisir d'une sieste dans l'après midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Là où le spectacle n'est pas [Malvina + ouvert] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» La caisse des intermittents du spectacle épinglée
» Sen'tsura, magnifique spectacle. [PV: Shadow][en pause]
» Fin printemps 1187 - Spectacle Ombre et Lumière
» Un spectacle étonnant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-