AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Edwin De Cors • Fiche Admin •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous
avatar


Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous

Nombre de messages :
437
Localisation :
Forêt [En chemin vers Camelot]

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Gardien du Secret / Conteur & Barde

MessageSujet: Edwin De Cors • Fiche Admin •   Mer 18 Mar - 7:58





DE CORS
Edwin

• Ewan McGregor •
• 25 années •
• Tout dépend des aprioris que vous avez sur son peuple mais du point de vue de notre temps c'est un humain. •
• Humble voyageur, membre des Carpates •
• Célibataire •
• Neutre •


Les Lignes de ma Paume...




Je vais vous raconter la seule histoire que jamais Edwin ne vous contera pour des raisons qui lui sont propres car après tout, cette histoire, c'est la sienne. Il ne la comté qu'une fois c'était pour môôi qui n'a fait que croiser son chemin un soir. Cependant je crois savoir que Ysatis qui voyage avec lui à présent a pu deviner une partie de cette histoire mais jamais elle ne l'évoqua ni avec Edwin, ni avec quiconque. Tout commence il y a 25 années sur une terre que défend déjà depuis des décennies le peuple originel de cette île de Bretagne : la terre des Pictes. En effet notre conteur n'est pas un de ces Bretons qui revendiquent cette terre juste par désir. Non, cette terre est la sienne et celle de son peuple depuis déjà plusieurs siècles. C'est sous un autre prénom que notre homme est né mais je ne vous dirais pas lequel car il ne me l'a pas révéler, nous continuerons donc de l'appeler Edwin. Edwin était donc né dans une des contrée les plus proches de la frontière avec les Bretons. Une région qui n'était donc pas des plus calmes mais le village ne provoquant jamais leur ennemis héréditaire ceux-ci ne préféraient s'occuper des tribus clairement agressives. Notre jeune homme avait déjà un destin tout tracé, fils du roi du village, il devait prendre la relève en temps venu. Il eu donc le plaisir d'un apprentissage un peu plus fourni que les autres jeunes du village. Cela ne fut pas une corvée pour lui, au contraire, très tôt il développa une soif de connaissance et tomba rapidement en admiration de l'histoire et les légendes de son peuple. A l'inverse il développa une habilité certaine à échapper à tout cours de combats ou autre choses du même genres. Quand les jeunes gens de sont âge s'amusaient à se battre, lui disparaissait dans la nature, grimpait aux arbres pour s'y trouver un abri et laissait son esprit vagabonder. Personne ou presque ne pouvait le trouver temps qu'il n'était pas décidé à ce montrer, la nature le protégeait et en grandissant cela ce confirma. Seul Aëla finissait toujours par le débusquer, elle semblait pouvoir suivre sa trace partout mais ne trahissait jamais son ami. La relation des deux jeunes gens était assez flou, oscillant entre la fraternité et l'amour. Aëla sortait les poings et autre lame affuté lorsque Edwin en avait besoin et lui dévoilait ses talents d'orateurs lorsque la demoiselle devait être ainsi défendu. Un échange de bon procédé qui les lia solidement. Le jeune homme sait parfaitement décrypter les messages de la Nature capricieuse, l'exemple le plus éloquent et que jamais il ne serra surprit par une intempéries, jamais. Le père d'Edwin n'était guère ravi de voir son fils disparaître dès que le thème d'un quelconque combat était évoqué. Certes le village n'était pas agressif envers les Bretons mais il devait tout de même se défendre de temps à autre et il était indispensable que son successeur sache comment réagir face à cela. Mais l'homme ne trouvait pas le moyen de contraindre son fils, ce petit bout d'homme était bien trop prévenant et bon avec tout les membres du village. Il ne renâclait jamais à aider au corvée, s'il n'y avait pas eu cette manie de disparaître sans un bruit, cette enfant aurait été parfait à ses yeux. Le jeune Edwin apprit même le Breton grâce à un ancien du village qui avait été esclave autrefois de ce peuple et même si le jeune homme partage la position de son peuple face à ces envahisseurs il ne trouva pas moins, dans cette enseignement, une nouvelle source d'histoire plus magnifique les unes que les autres.

Maintenant que vous savez le principal sur l'enfance d'Edwin je vais comme lui lorsqu'il m'a conté son histoire, je vais m'éloigner de la sienne pour mieux y revenir plus tard. J'espère que vous n'ignorez pas la légende des 5 reliques divines, si c'est le cas sachez qu'Edwin ne la conte que très rarement et essentiellement à un auditoire auquel il a un minimum de confiance. N'étant pas très bon conteur je ne vais pas me plonger dans cette aventure, je vais plutôt m'intéresser à l'histoire d'une de ces reliques. Celle qui fut donné aux Fomoires : la massue de Dagda. Cette massue fut briser en morceau par ce peuple il y a bien longtemps et éparpillés dans les 4 îles du nord. L'un de ces morceaux fut remit à un tribu, vivant dans le nord de la plus grande île, il leur fut donné comme charge de dissimuler ce morceaux de relique et de garder cette emplacement secret. Le chef du village partie donc seul dans la forêt et dissimula l'objet avec la magie qui lui était propre et puissante. Le village devint alors le protecteur de la relique, certes il n'y avait que le chef qui savait où était précisément l'objet mais la tribu tout entière protégeait le gardien. Le secret fut transmis de génération en génération lors d'une soirée célébrant la 15 années des jeunes du villages, cette histoire leur étaient contés. Pour en revenir à Edwin, cette histoire il l'a découvrit à sa 15èmes années et prit conscience du poids qu'il était destiné à portée, cela ne l'effraya pas vraiment, il fut plus intrigué qu'autre chose. Surtout que la magie avait son mot à dire et cela devint très passionnant aux yeux du jeune homme. Néanmoins lorsqu'il apprit qu'un gardien du secret devait impérativement envoyé son successeur sur les traces de la relique lorsqu'il savait sa derrière heure arrivée, cela le troubla profondément. En effet le gardien était capable de prévoir sa mort plus ou moins en avance, jamais il ne pouvait savoir comment mais il le savait, ce qui était déjà un fait bien étrange en soit. C'est pour cela qu'Edwin redoutait le jour ou son père lui dirait de partir pour trouver le chemin de la relique qu'il serait censé protégé à son retour. Ce jour funeste arriva bien trop tôt au goût du jeune homme, à l'approche de ses 17 ans, son père l'envoya sur les traces de la reliques. Le jeune homme ne comprit pas comment son père pouvait mourir si tôt, en bonne santé, il n'était jamais malade. Mais il ne posa de question, ne l'évoqua même pas car il savait que même son père l'ignorait et qu'il devait sans doute lui aussi se poser des questions. Les adieux furent déchirants mais de son côté Edwin ne put pleuré son père que bien plus tard car l'aventure où il se lança fut bien trop rocambolesque pour qu'il puisse y songer avec la dignité de rigueur.

Vous comprendrez que je ne puisse vous conter cette partie de l'histoire car même pour môôi Edwin ne dit mot. Il n'évoqua jamais son voyage, il nota juste qu'il avait atteint son but et qu'il était rentré près de 4 mois plus tard à son village. Il s'attendait bien sur à ne plus voir son père mais la découverte qu'il fut fut bien plus terrible. De son village, il ne restait que cendre noir et froide. Mais il n'eut guère le temps de comprendre ce qu'il c'était passé car il était attendu et il ne put rien faire contre deux chevaliers en armures. Nous arrivons dans une partie de l'histoire bien délicate Edwin est resté assez évasif sur que c'était passé par la suite. Les chevaliers l'emmenèrent sans ménagement et il comprit bien vite pourquoi il avait était l'objet de ce raid. Les hommes cherchaient le morceau de la massue de Dagda et savait que ce village en était le protecteur, mais par inadvertance ils tuèrent le gardien du secret lors des combats et leur soulagement fut grande lorsqu'un villageois loquace leur dit qu'il y avait déjà un autre gardien initié. Inutile de préciser que les paroles du villageois ne furent guère protectrices, il mourut comme tout les compatriotes qu'il avait trahis. Edwin fut donc amener en Bretagne, arraché à sa terre, dérouté par tant de perte, le jeune homme ne put résister aux interrogatoires et aux tortures que grâce à la magie qui entourait le gardien. En effet un gardien ne peut révéler l'emplacement précis de la massue, qu'à celui qu'il juge comme son successeur mais cela nos chevaliers l'ignoraient. Étrangement durant ces deux longues années Edwin sentit plusieurs fois la mort s'approcher de lui mais à chaque fois elle s'éloignait sans raison aucune car l'homme fut plus que affaiblit lors de ces années. Il réussit cependant à sortir de cette situation critique grâce à la nature qui, même du côté Breton, restait une alliée de choix. En effet lorsque l'on voulut transférer le jeune homme dans une autre contrée inconnu, le convois armés fut surprit par un ennemi qu'il ne put combattre : la tempête. Les éléments se déchainèrent et tandis que dame nature punissait les bourreaux d'Edwin, se dernier pu se réfugier dans les bras protecteurs de la forêt. En piteuse état, alors âgé de presque 20 ans, le jeune homme réussit à penser ses blessures, trouvant même de l'aide auprès d'une vielle femme, vivant au cœur des bois. Cette femme se révéla être magicienne et inutile de préciser qu'Edwin lui est reconnaissant à vie. Néanmoins lorsqu'il fut remit sur pied, il la quitta sous ses conseils. Elle lui prédisait une vie plus intéressantes s'il marchait vers Cors. C'est ce qu'il fut, il sortit de la forêt protectrice et prit le chemin du village de Cors et c'est un soir où il c'était perdu dans une taverne avant de reprendre la route que nos chemins se sont croisé. Bizarrement il entreprit de raconter son histoire à moi, pauvre grenouille qui se demandait bien à quoi pouvait jouer cette humain. Mais j'avoue que cette histoire fut passionnante raconté avec ses mots. Mais lorsque il arrivait vers la fin de son histoire d'autres humains se joignirent à moi et je n'eus guère le temps de féliciter mon conteur que déjà ils l'entrainèrent dans leurs sillages. Sans doutes était-ce les émissaires de cette vie "plus intéressantes" à laquelle Edwin était destiné.




Exemple de Jeu



L'astre rougeoyant projetait ses derniers éclats sur les plaines bretonnes tandis que les forêts et les vallées cachées au creux des hautes collines connaissaient déjà, depuis quelques temps, l'obscurité.

Dans la clairière où la troupe des Carpates avait élu domicile Edwin s'employait à raviver le foyerprincipal du camp. L'experience fit que notre homme ne mit que quelques minutes pour faire renaître les flammes sous la marmite au-dessus de laquelle Livia s'était penché quelques heures plus tôt. Le conteur n'était intervenu que une ou deux fois lors de la confection du souper pour essayer d'en améliorer la qualité par ses maigres connaissances culinaires. Le résultat de cette collaboration neserait connu que plus tard et en attendant que chacuns achèvent ses occupations Edwin alla s'installer près de l'enclos de fortune dans lequel la petite "cavalerie" de la troupe somnolait.

Lorsque le conteur s'assit dans l'herbe Arod ouvrit un oeil avant de le refermer aussitôt. Le sombre animal ne dormait pas vraiment car Edwin pouvait voir de son poste d'observation que ses oreilles étaient constamment en mouvement pour pister le moindre son émanant de la forêt environnante.


Comme à son habitude notre homme s'enfonça progressivement dans les méandres de son esprit. Il y avait de quoi penser ce soir : cette étrange expérience dans la forêt en compagnie de Livia et le fait que la troupe allait rejoindre Caamelot très bientôt.. Elvire lui avait laissé entendre hier soir qu'il devrait faire plus confiance à ses compagnons. Edwin en était arrivée à la conclusion qu'elle entendait par là qu'il devait leur raconter son histoire pour qu'ils puissent faire leurs propres choix entoutes connaissances de causes. Mais cela, notre conteur ne pouvait s'y résigner...

Edwin fut sortit de ses pensées par l'approche de voix familière. Calmement il se remit sur ses jambes et prit conscience que l'air c'était rafraîchit et que la nuit s'était véritablement installée. Il parti s'installer sur un rondin près du feu qui projetait son rougeoiement chaleureux sur le camp. Il souleva le couvercle de la marmite et remua machinalement son contenu en attendant l'apparition du reste de la troupe.




© Never-Utopia


Dernière édition par Edwin de Cors le Jeu 4 Oct - 11:20, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous
avatar


Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous

Nombre de messages :
437
Localisation :
Forêt [En chemin vers Camelot]

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Gardien du Secret / Conteur & Barde

MessageSujet: Re: Edwin De Cors • Fiche Admin •   Ven 28 Aoû - 8:55








Apparence et Caractère



APPARENCE: Son visage, dénué de toutes peintures notant son appartenance aux Pictes, est dès plus commun. Ses yeux sont d'un bleu cristallin, aussi cristalline que l'eau des ruisseaux qui glisses entres les rochers verdoyant de sa forêt natal. Ils pétillent aussi d'une curiosité et d'un amusement enfantin qui jamais ne l'ont quitté. Ses cheveux sont mi-longs car ils n'ont repoussés qu'il y a peut et ils sont d'un châtain chatoyant qui blondissent au soleil comme les blés ou à la lumière des bougies ce qui lui donne toujours l'impression d'être entouré d'un aura bienveillant. Sa peau est légèrement buriné par sa vie antérieur, il y a bien longtemps elle était face à la nature en permanence et souvent recouverte de signes sombres. Elle fut cependant très pâles après son séjour dans les geôles, mais les 5 années passées auprès des Carpates lui ont redonné des couleurs. Son sourire est rayonnant en permanence, rares sont les fois où il le perd.

Edwin est de taille moyenne, son corps fut autrefois adapté à l'extrême au déplacement en forêt mais il a perdu de sa souplesse à cause des multiples entailles qui le parcoure à présent. Le jeune homme a apprit à se dissimuler totalement, la seule chose que vous verrait de lui est sa tête, une partie de son cou et ses doigts. Tout le reste est dissimulé sous des habits plus ou moins varié, Edwin a une préférence pour le cuir qu'il travaille lui même ce qui lui permet de se créer bon nombre de vêtements et accessoires qui lui sont propres. Mais il ne rechigne pas devant du lin d'assez bonne qualité. Ainsi ses bras et ses mains sont entièrement dissimulés sous une bande de tissu noir. Cela lui permet de mettre des manches évasés sans pour autant dévoiler une quelconque partie de son histoire.


CARACTÈRE: Edwin eu pendant les premières années de sa nouvelle vie un très léger accent qu'il s'empressa de gommer, en effet, il n'est guère bon d'être Pictes en terre Bretonne. Le jeune homme est très soucieux de dissimuler son corps, il ne veut pas de regard interrogateur ou de pitié ce qu'il veut c'est de l'amusement et de l'intrigue uniquement causé par ce qu'il dit et non pas par ce qu'il est. Malgré le fait que à présent il fasse partie de la troupe des Carpates notre aime s'éloigner quelques heures parfois un jour entier. Il s'enfonce alors dans une forêt avoisinante, à pied ou à cheval, grimpe à un arbre et pense au chemin parcouru ou à de nouvelles épopées.

Edwin est d'une nature très prévenante, toujours le premier à proposé de l'aide, toujours le premier à trouvé l'optimisme nécessaire pour tenir dans les situations même les plus difficiles. Après les souffrances qu'il a vécu, il pourrait éprouver de la rage ou un désir de vengeance face à ces chevaliers qui ont décimés un village entiers avant de l'enfermer dans des geôles pendant deux longues années. Mais ce n'est pas le cas, Edwin ressent plus de la pitié pour eux, esclaves d'un désir qui les brûlent de l'intérieur. Sans doutes ont-ils opérés sous les ordres d'une plus grandes autorités mais nuls doutes que ce que cherche cette autorité, ils la désir autant, voir plus, qu'elle et c'est très attristant. Notre homme est plutôt du genre à fuir toute forme de violence mais attention ce n'est pas de la crainte, s'il doit défendre quelqu'un il le fera. Disons plutôt qu'il déteste la violence gratuite et qu'il n'y a recourt que lorsqu'il n'y a plus que cela à envisager. Très attentif à ce qui l'entoure, toujours à l'affut de l'inspiration, il est difficile de lui dissimuler quelques choses et certains membres des Carpates en on fait leur frais même si Edwin n'intervint que lorsqu'il le juge nécessaire. C'est ainsi que l'homme ne détient pas qu'un seul secret mais plusieurs qui sont, certes, un peu moins lourd que celui qu'il détient depuis 10 ans déjà.



Informations Diverses



Edwin n'a jamais su qui avait commandité son enlèvement et à cause de cela il a choisit cette vie vagabonde, toujours en déplacement il espère ne jamais être retrouvé. Il redoute l'arrivée à Camelot car cette ville semble si intrigué par l'une des reliques, qu'il craint tomber par inadvertance sur l'être responsable de ses maux.
Il est difficile de savoir qu'elle est la nature de la magie qui entoure Edwin, provient-elle de lui inconsciemment ou bien est-elle le fruit d'une entité bienveillante. Peut être le découvrirons nous un jour.









Hors
Jeu

• Votre âge • 20 ans
• Pseudo • Steyda
• Comment as tu connu le forum ? • Une demande de partenariat sur Nightmares & Murders
• Fréquence de Présence (plus ou moins) • 7j/7
• Un petit mot pour la route ? •



© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Edwin De Cors • Fiche Admin •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Case Départ
 :: • Présentations •
-