AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Jeu 13 Aoû - 17:28

La Mer... L'Océan... Ses yeux en avaient la couleur, on le lui avait toujours dit. La couleur et la profondeur insondable, surtout depuis qu'il s'était mit à arpenter les Voies de la Magie. Il avait déjà vu la mer. Une fois. Justement à cause de ce qu'on disait de son regard. Il avait choisit un endroit où la forêt se rapprochait au plus prêt de la côte, bien entendu, car il n'avait jamais aimé, et n'aimait toujours pas, quitter ses bois adorés, même pour peu de temps. Longuement, il avait contemplé les vagues qui venaient ce briser sur les roches, puis il était descendu, pour toucher, pour goûter cette eau dont on lui avait enseigné qu'elle était salé. Parce qu'il était curieux. Il l'avait toujours été... Cette curiosité était l'une des choses qui avaient façonnées ce qu'il était aujourd'hui...

« Il », c'était Gil-Galad Voronwë. Le Mage. Pas juste un mage, non, le Mage par exellence, le meilleur Magicien de son Peuple, ce qui n'était pas peu dire puisqu'il appartenait à la Race des Elfes, habile entre toutes à user des Arcanes. Alliant rapidité d'incantation et puissance, il était doté d'une grande précision et d'une vivacité que peu pouvaient égaler. Quand il était question de Magie plus que n'importe quel autre domaine, son esprit tortueux trouvait des solutions là où les autres ne se voyaient offrir que des impasses, et franchissait les barrières de son pouvoir avec une facilité qui en avait déconcerté plus d'un. Etudiant acharné, il connaissait de très nombreux sorts, en aillant lui-même inventé ou perfectionné une partie.

Oui, en vérité Gil-Galad avait des raisons de se considérer comme le plus grand Mage du Beau Peuple – et donc forcément de tous les peuples. Encore jeune et ne pratiquant la Magie elle-même que depuis un demi-siècle à peine, il avait pourtant déjà une bonne dose de sagesse dans certains domaines... Mais pas au niveau de l'humilité. Et malheureusement, s'il n'était peut-être pas aussi bon qu'il voulait bien le croire, il restait puissant. Il devait pourtant bien admettre que l'Enchanteur Merlin et ses deux Enchantresses d'élèves étaient sans doutes plus puissant que lui, quoi que de très mauvaise grâce. Il ne pouvait d'ailleurs s'empêcher d'ajouter « sans doutes »... Ah ! L'arrogance était sans doute son plus grand défaut !

Pour en venir à ce jour particulier, c'était celui où il avait revu la Mer. Parce qu'il ne pouvait plus rester dans la Fôret. Parce qu'il ne pourrait plus y rester bien longtemps... Parce que ce maudit Pendragon avait demandé des négociations et que le Roi avait choisit d'aller négocier avec lui, emmenant la Délégation Elfique. Ors, s'il était une chose qui pouvait tempérer l'amour de la Magie de notre héros – et en vérité qu'il était grand, cet amour ! – c'était sa loyauté pour Llandon, son Monarque, l'homme qui avait découvert ses dons là où il ne les avaient jamais vu lui-même, qui lui avait permis de les dévellopés dans un temps record avec les meilleurs. L'homme au service du quel il s'était ensuite voué, tout naturellement.

Plongeant son regard dans un Océan qui leur ressemblait tant, Gil-Galad y puisa un peu de réconfort. C'était magnifique, la Mer... Plus vieille que ses éternelles forêts, elle donnait une impression de puissance et d'éternité, de calme tranquille mais dévastateur. Du moins elle donnait cette impression à notre Mage. Bien sûr, rien ne vaudrais jamais les Bois Immortels, mais ces eaux arriveraient sans nuls doutes en secondes positions. Un sourire vint au lèvre du « jeune » homme ( il n'avait qu'un peu plus d'un siècle, le petit !), car c'était exactement pour cela qu'il était venu jusqu'ici... Tant qu'a devoir quitter le couvert des arbres, autant en profiter un peu pour autre chose que pour voir des Humains...

Oh, il ne détestait pas les Humains, il s'en fit la réflexion en se détournant finalement. C'était leur nature... Après tout, ils n'étaient que ce qu'ils étaient... Des parasites du monde, certes. Pourtant, il s'en aperçu alors, n'aillant pas jusque-là approfondit ses pensées, il ne les méprisait plus... Plus totalement. Le Peuple des Hommes aurait pu donner quelque chose d'intéressant, s'ils parvenaient à ce civiliser un peu. Là, ils étaient pire que des bêtes... A tient, en faite si, il les méprisait toujours un peu, mais moins qu'avant. Il avait rencontrer trop d'entre-eux pour continuer à avoir autant de mépris qu'avant... Mais il en avait aussi trop rencontrer, d'une autre sorte, pour ne plus en avoir du tout. Il en rencontrait bien plus qu'avant depuis qu'il avait décider de ce jouer des limites son foyer.

S'il l'avait fait, c'était pour s'habituer au monde extérieur, afin de pouvoir servir le Roi au mieux pendant le voyage. Il avait découvert qu'il n'avait pas à proprement parlé besoin de ses chers arbres pour user de son art – son orgeuille ne lui avait pas permis de vraiment en douter – même s'ils l'aidaient toujours à conserver ses forces de part leur aura, leur chant... Une forêt, c'était encore mieux. C'était mieux que tout et dans tout domaine, la Magie mise à part, de toute façon. Mais Caamelot n'était pas une forêt, c'était un nid de pierre édifier par les Hommes qui avaient rasés des forêts et rendu stériles des plaines pour cela... Pas vraiment le genre d'actes qu'appréciait Gil-Galad, ni le genre d'endroits où il était impatient de ce rendre.

Pendant qu'il songait ainsi, ses pas l'avaient porté loin des flots, vers les arbres, bien entendu, où il avait grimpé. N'aillant pas de préférence pour ce mode de déplacement, contrairement à certains, il n'avait juste pas envie de devoire (encore) ce débarasser d'Humain inintéressants et donc gênants... Précaution inutile car le coin avait l'air d'être plutôt « à l'abandon »... Le genre d'endroit qu'il aimait. Revenant au sol pour boire l'eau d'un basin sous une cascade, il sentit, il entendit pourtant un Chant humain. Un « chant » avec un grand « C » pour faciliter la distinction. En toute choses se trouvait un Chant. Dans les animaux, dans les plantes, dans les pierres et les rivières. Dans le Soleil, et, il l'avait vérifier, dans la Mer.

Tout bon Mage savait écouter les chants de la Nature et les interprétés. Grâce à eux il pouvait parler aux plantes, mieux comprendre les bêtes, même si tout Elfe parlait avec eux, mais aussi diagloguer avec « l'esprit » d'un lieu... Un lieu naturel, car il ne savait pas encore vraiment ce qu'il en était avec les bâtiments morts des Hommes. Et le Chant qui lui avait fait penché la tête était celui d'une Humaine... Les animaux étaient moins sensibles que les autres aux perceptions du Chant, et ce Peuple-là l'était moins qu'aucun autre à la surface du monde, pour ce qu'en savait Gil-Galad. Impossible de l'utiliser pour leur parler, tout juste était-il possible de percevoir leurs émotions en surface... Quand il lui plaisait d'user de ce don, et qu'il y pensait.

S'approchant de l'Humaine qui l'avait ainsi intrigué, remontant pour cela dans les arbres, il la trouva dans un magnifique petit endroit, et décida de ne pas ce dévoiler, ce contentant d'observer. Au bout d'un long moment, elle fini par ce troubler... Légèrement. Ce relevant, elle s'empara d'une branche d'arbre qui trainait non loin, ce qui aurait pu être drôle. Elle était belle, pour une de sa race, avec ses cheveux blond, son corps souple et ses beaux atouts, mais cette beauté, de part tous ses éléments, l'identifiait comme une non-combattante... De toute façon, même sans cette beauté bien pâle aux yeux d'un Elfe, il ne s'y serait pas trompé. Cette femme ne savait pas ce battre, c'était certain. Et si elle l'avait su, rien n'aurait été changé.

« Y a-t-il quelqu'un ? »

« Non y a personne ! ». La voix, douce, était pourtant ferme, mais il pouvait voir son chant ce troubler encore un peu... Les prémices de la peur, certes. Et même s'il était beaucoup de choses, en ce moment du moins notre héros n'était pas cruel.

« Il n'y a que moi, demoiselle... »

Il avait parlé doucement, mais savait qu'elle l'avait parfaitement entendue. Il ne cherchait pas à se donner l'air mystérieux ou à ce cacher, sa voix étant parfaitement normale... Détendue, car comment aurait-il pu en être autrement. Avec une souplesse presque inconnue des Humains, il sauta de son arbre jusqu'au sol, dans son noir habit un peu négligé.

« Et je vous prierais de laisser tomber cette branche, je n'aime pas être menacé... »

Un sourire était venu orné son visage, et ses yeux océaniques étaient, comme souvent, parfaitement indéchifrable, surtout pour quelqu'un comme elle...

HRP/Mon correcteur bug toujours, désolé... Embarassed /HRP

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Jeu 13 Aoû - 21:18

Gil-Galad avait longement eu le temps de détailler la jeune femme du haut de son arbre. Jeune, les cheveux blond-roux que l'on disait vénitien, non dénuée de charme... Un Humaine, quoi ! Jamais ces éphémères ne pouraient rivaliser avec les Elfes, dans aucun domaine, mais surtout dans celui de l'apparence. On ne les appelaient pas « le Beau Peuple » pour rien. Non, ce qu'il observa, sans le montrer bien entendu, ce fût ses réactions... Ses réactions et les variations de son chant qu'il percevait. Un chant pas si déplaisant pour quelqu'un de sa race, au passage. Visiblement, il n'aurait pas à ce débarasser d'elle pour son audace, ou même pour débarasser le monde de sa présence, ce qu'il avait fait quelques fois avec des Humains rencontrés au détour d'un bois.

Elle l'étonna d'ailleurs un peu, car elle commença par s'exécuter et poser son ridicule bâton au sol. Certes, cette branche était des plus dérisoire, même contre un membre du Peuple des Hommes moyen, mais tout de même, c'était sa seule ligne de défense, si mince soit-elle. Ou peut-être que sa seule défense était sa fragilité... Toujours était-il que sa réaction suivante étonna beaucoup moins notre héros, puisqu'elle le détailla. N'aillant jamais été un courtisan – il ne le deviendrait sans doute jamais – et préférant ne pas perdre son temps à d'inutiles détails, comme le soin de sa coiffure ou l'élégance de sa tenue vestimentaire. Sa prestence tenait dans la sobriété de sa mise et dans le côté désordonné de son apparence... Non pas qu'il s'en soucie, d'ailleurs.

Parmi les Elfes, le halo de Mage, que lui apportait sa réputation et, pour les autres praticiens des Arcanes, l'aura magique elle-même, valait tous les beaux vêtements du monde, du moins était-ce son avis. Quand aux Humains, le simple fait d'être un Elfe le magnifiait à leurs yeux, de façon totalement compréhensible. Ce ne serait qu'au milieu de la Délégation qu'il pourrait véritablement être éclipsé, le temps que la rumeur de ce qu'il était, de ce qu'il pouvait faire se propage. N'avait-il pas arraché leur Roi aux portes de la Mort ? N'avait-il pas accomplit mille et un exploits ? Gil-Galad n'avait pas de temps à dépenser dans des préocupations aussi futiles que son apparence. Il préférait ce consacrer à l'étude de la Magie...

Bien entendu, ses derniers temps, son accoutumence au monde hors de sa verte Forêt passait encore avant, car ses services au près du Roi en dépendaient... D'ailleurs, la jeune inconnue ne sembla pas s'attarder sur ces menus détails. Non, en fait elle semblait s'intéresser à ses yeux. Mais qui aurait pu lui reprocher. Son regard océanique devait être encore bien plus remarquable chez ces gens, lui qui avait contemplé tant et tant de mystères, vu tant et tant de choses plus que magnifiques !

« Veuillez m'excuser, je.. Vraiment, je suis désolée. On m'a demander de rester sur mes gardes ces derniers temps alors je me méfie de tous bruit suspect. »

Pourtant il n'avait fait aucun bruit... Il ne le lui fit pourtant pas remarquer, car ceux de sa race avaient souvent du mal à accepter qu'on puisse percevoir des choses, sans que les « cinq sens » ne les aient enregistrer. Les Elfes avaient les sens beaucoup plus développés, et ça valait aussi pour celui-là, qui était de plus le principal outil du Mage dans un monde où la vue ou l'ouie étaient rarement d'une grande aide. Se souvenant apparemment du conseil de prudence en l'énonçant, elle alla se placer dos à un arbre, jouant nerveusement avec une mèche de ses cheveux. Pas que ça lui soit d'une grande aide face à lui, d'ailleurs, mais rien ne le serait vraiment...

« Veuillez pardonner mon indiscrétion mais...Que faisiez vous perché sur un arbre au beau milieu d'un endroit désert ? »

Ce qu'il faisait-là ? Elle ne l'avait donc pas identifier comme un Elfe ? Voilà qui était étonnant... Tous les autres l'avaient fait, sauf cette femme étrange venue d'au-delà de la Mer. Mais bon, les autres l'avaient surtout croisé dans la Forêt Immortelle, ce qui expliquait qu'ils aient plus facilement envisagé cette possibilité.

« Mais à propos, je ne me suis pas présentée. Je me nomme Elvira Vandelanire, noble du château de Camelot, je m'occupe du jardin du château. J'aime que la nature soit belle. »

Une Noble de la cours d'Arthur... Qui s'occupait du jardien ? Ca voulait déjà dire qu'il y en avait un, et elle devait avoir des domestiques compétents sous ses ordres. C'était déjà ça de pris. Par contre, il était sûrement plus prêt du château qu'il l'avait pensé, et il n'avait pas à s'y rendre avant d'y aller avec son Roi... Non pas qu'il en ait eu envie. Malgré les jardins, ça restait surtout fait en pierre, ce truc ! En pierre, en terre et en bois mort...

« Mais je crains que les fleurs dont je m'occupe ne soient pas aussi belles que cette forêt. Rien n'est plus beau que la nature sauvage sans aucune forme de civilisation. »

Voilà des paroles bien sensées pour une Humaine ! Notre Magicien sourit de nouveau, pendant qu'elle détournait brièvement la tête, visiblement amusé de quelques réflexions qu'il ne pouvait percevoir. Ses yeux pétillant un instant, il s'inclina avec grâce.

« Enchanté de faire votre connaissance, demoiselle Vandelanire. Et je suis désolé de vous avoir causé de l'inquiétude, même si j'étais persuadé de ne pas avoir pu faire de bruit qui vous ait dérangé. »

Il n'était pas un courtisan, certes, mais il n'était pas n'importe qui, et le parler des Elfes n'était pas celui des Humains... Loin de là.

« Malheureusement, vous semblez ne pas avoir saisit quelle genre de personne je suis... »

D'un air dégagé, il s'approcha un peu plus d'elle, n'appréciant pas outre mesure les conversations à distance, surtout au sol.

« Voyez-vous, cela me semblait évident, mais nous ne sommes pas de la même race. J'ai pour ma part l'honneur d'appartenir au Beau Peuple, à celui des Elfes. »

Cette fois ça tête s'inlina seul tandis qu'il souriait de nouveau. Pourait-elle en douter ? Il n'avait pas totalement l'air Humain. Il était plus vif, plus souple, plus grâcieux... Plus beau, justement.

« Quand à ma présence dans cet arbre elle n'avait qu'une raison, demoiselle. Je vous avoue que je vous observait, par pure curiosité, car cela fait peu de temps que j'ai commencer à m'intéresser à ceux de votre sorte. »

Pas vraiment de son propre choix, d'ailleurs, mais elle n'avait pas vraiment besoin de le savoir non-plus. Par contre, elle saurait finalement qui il était, alors pourquoi lui cacher ?

« Mais voici que j'oublie à mon tour de me présenter. Je me nomme Gil-Galad Vorondwë, Mage au service du Roi Llandon, le Souverain du Peuple Elfique. Et si vous voulez me faire plaisir, demoiselle Vandelanire, vous m'appelerez Gil-Galad. »

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Ven 14 Aoû - 12:19

La jeune femme avait sourit, à plusieurs reprises, en réponse à ses paroles et à ses propres sourires. Visiblement, le fait qu'il soit un Elfe, et donc pas un barbare Humain, la rassurait sur la probablilité d'une attaque. Celle-ci était nulle, car notre héros ne voyait aucun intérêt à attaquer cette demoiselle.

« Dans ce cas si je dois vous appeler par votre prénom appelez moi Elvira je vous prie. En vérité, je n'aime pas que l'on me donne le titre de Damoiselle, je trouve que c'est bien trop d'honneur donné à une femme comme moi. »

Et bien décidément ! Les gens portaient-ils vraiment des titres, à Caamelot, ou bien avaient-ils réussi, par quelque miracle inespérer, à comprendre que seul le Beau Peuple méritait le nom de « noble » ? D'abord Arthur et mainteant cette Elvira. Le Roi de Bretagne avait certes eu de meilleures raisons de ne pas continuer à s'habriter derrière les « majesté » et autre fadaise du genre, puisque Gil-Galad lui avait sauvé la vie, mais il avait prétendu ne pas être firand de ces appelations, de toute façon. L'Elfe lui-même n'était pas outre mesure friand de titres. Certes, il ne tolérait pas que les rustres membres du Peuple des Hommes l'appellent pas son nom, aussi imposait-il des « Seigneurs » ou « Seigneur Mage » avec de pareille gens, mais c'était tout.

D'ailleurs, c'étaient les deux seuls titres qu'il avait accepté de porter avec celui de « Mage », tout simplement, Mage de la Cour du Roi, encore que parmi sa propre Race on ne l'utilise que rarement, l'usage du prénom étant bien plus pratique dans ce genre de cas. Seul le Roi – le vrai Roi, le Roi Llandon – méritait à son sens qu'on use de formules d'usages pour s'adressé à lui, car il était le Souverain du Premier de Tous les Peuples... Le Roi et sa soeur, car il tenait beaucoup à sa soeur, lien familiaux oblige. Pendant que notre héros songeait à tout cela, la jeune femme s'était assise dans l'herbe moeleuse de la clairière, et elle reprit la parole.

« Parlez moi du peuple elfique. Je n'ai jamais entendu beaucoup parler de votre peuple et je dois vous avouer que je suis bien curieuse d'en apprendre plus. D'autant que vous êtes le premier elfe que je voie. Je ne m'attendais pas... »

Aillant presque envie de rire, il se contenta d'un sourire. Elle ne s'attendais pas à quoi ? A tant de beauté, à tant de grâce, à tant de majesté, à tant de talent manifeste ? Pourtant leurs légendes étaient bien fournies en fabrioles sur les siens, allant même jusqu'à, ô phénomène extraordinaire, exagérer certaines caractéristiques elfiques, déjà tellement supérieures aux leurs dans la réalité.. Et bien sûr elle voulait qu'il lui parle des Elfes. C'était le cas de beaucoup d'Humain qu'il avait rencontré ces derniers temps. Le Beau Peuple facinait, et c'était bien normal.

« Je suis désolée de vous dévisager ainsi, c'est seulement que je n'ai pas l'habitude voyez vous de voir quelqu'un d'aussi gracieux. »

Cette fois il rit bel et bien, tant devant le compliment naturel que les excuses inutiles. Un rire de joie et d'amusement, non pas de mépris comme souvent devant ceux de son espèce, juste avant de mettre fin à leurs tristes jours déjà bien courts. Et il était beau, ce rire, car le rire est le miroire de l'âme, et l'âme de Gil-Galad était emplie de la plus belle chose qui soit : la Magie.

« Que diriez vous si nous marchions un peu? Non pas que je n'aime pas cet endroit, c'est seulement que je n'ai pas l'habitude de rester sans bouger. De plus nous aurons la possibilité de pouvoir découvrir un peu plus l'endroit. Etes vous d'accord ? »

Tient, elle s'était relevé pendant qu'il parlait, aillant visiblement la bougeote. Il inclina légèrement la tête pour signifier son acquiesement.

« Ce sera avec plaisir, Elvira. D'autant que c'aurait plutôt été à moi de vous demander la permission de me promener à vos côtés dans ces terres loin de mes bois, si tant est qu'il soit besoin de permission, ce qui n'est pas le cas. »

En effet, il n'avait nul besoin de l'accord des Hommes pour parcourir leur terre... De toute façon, qu'auraient-ils bien pu faire contre lui. Il se mit donc en marche vers la forêt et la casquade au-delà.

« Et il n'est nul besoin de vous excuser pour vos regards qui, du reste, ne m'ont pas gênés... J'ai dû m'y habituer depuis que mes pas me poussent à rencontrer ceux de votre race. Les Elfes sont ainsi, ils se font généralement dévisager par les Humains à leur première rencontre. Ce n'est qu'un fait naturel. Moi-même, en insatiable curieux, j'ai observer avec grande attention la première Humaine que j'ai rencontrée. »

C'était il y a quelques temps déjà, à présent... Une jeune femme dont la jument s'était égarée aux confins de leurs bois...

« Ce serait avec grand plaisir que je répondrais à toutes vos questions sur nous. Je puis déjà vous dire que si vous me jugez aussi beau que cela, vous n'avez encore rien vu, car les Souverains de notre peuple sont bien plus beaux que moi, chacun à leur manière. »

Bien entendu, la majesté du Roi surpassait de loin, à ses yeux, la beauté de la Reine, si grande soit-elle. Mais tendis qu'il pensait ainsi, autre chose lui vint à l'esprit.

« En parlant de cela, je songe qu'il serait en vérité bien plus plaisant d'échanger des informations. Puisque vous vous occupez des jardins de Caamelot, parlez-moi donc d'eux. Sont-ils vastes ? Comprennent-ils des arbres ? De grands arbres majestueux et non pas des arbustes ? Sont-ils fournit ? Libres ou bien engoncés dans de sinistre muraille de pierre rapelant la mort et la guerre ? »

Le sujet l'intéressait sérieusement, puisqu'il allait devoir aller là-bas et sûrement y rester enfermer un temps pour les services du Roi... Que de malchance tout de même que cette maudite fratrie soit venue au monde en son temps... Enfin, d'un autre côté, il était le mieux placer pour faire face à toutes menaces...

« Y a-t-il beaucoup de pierre, à Caamelot ? Je veux dire, est-ce ouvert ou renfermé ? J'espère qu'ils sont beaux, ces fameux jardins. Y a-t-il d'autres zones de vie dans cette oeuvre mortuaire ? »

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Ven 14 Aoû - 20:16

La jeune femme l'avait suivit dans son mouvement, souriante, mais ce n'était pas bien étonnant... Après tout, c'était elle qui avait avancé cette idée tout d'abord.

« Oui je suppose qu'observer un humain ne doit pas être très impressionnant pour un elfe. Vous nous surpassez en beaucoup de matière d'après ce que je sais. Votre peuple est apparement bien plus sage que le notre, vous savez d'ailleurs parler plusieurs langages. Et je ne m'étonne pas que les elfes soient ce que l'on pourrait qualifier de "Maître de la magie". »

Les yeux de Gil-Galad pétillèrent de plaisir devant ces paroles. Voilà une Humaine qui avait le sens des réalités ! Non seulement elle comprenait que les Elfes surpaissaient son peuple sur bien des points – bon, sur tous, mais c'était un détail – surtout en ce qui concernait la sagesse, mais en plus elle le reconnaissait comme le Maître de la Magie. Bon, bon, elle les qualifiait tous de ce magnifique adjectif, mais comme il était le meilleur praticiens elfiques des Arcanes, c'était du pareille au même que de ne l'appliquer qu'à lui... Non ?

« Sont ils vraiment plus beaux que vous ou bien vous sousestimez vous ? La modestie est une grande qualité vous savez. Mais il n'est pas bon non plus de se rabaisser. »

Son rire résonna de nouveau, joyeux. En plus de tout elle comprenait qu'il était modeste de nature. Ben quoi, il se considérait comme « le meilleur Mage du Peuple Elfique », alors qu'il aurait très bien pu prétendre être « le meilleur Mage du monde » ! Par contre il ne se rabaissait pas vraiment non plus, pas dans les paroles qu'elle évoquait : le Roi était bien plus charismatique que lui, bien plus beau, mais lui il était Magicien, alors que le Roi était... Roi, justement.

« En effet, les jardins sont assez spacieux. Vous pourrez y trouver toutes sortes de fleurs et d'arbustes que j'entretiens d'ailleurs de mon mieux, je ne supporte pas de voir une fleur fanée ou quelques arbres malades. D'ailleurs en parlant d'arbres, je dois vous avouer qu'on trouvent beaucoup d'arbustes mais il y a certains arbres de taille moyenne, notamment une allée ou se disposent des charmes alignés les uns à côtés des autres de part et d'autre du sentier. Et je fais de mon mieux pour que l'endroit paraisse apaisant, pour que les personnes qui s'y rendent ressentent une tranquilité et un apaisement aussi proche que possible de la paisibilité que l'on peut trouver en une nature sauvage. »

Bon... Un bilan plus ou moins positif... Visiblement elle faisait de gros efforts pour rendre ce truc le moins horrible possible, mais tout de même... Des arbres alignés ? Et puis des fleurs en pot tant qu'on y était ! Contraidre ainsi la nature était une chose fort déplaisante, mais on ne pouvait pas trop en demander aux Humains, non plus. Analysant son Chant, notre héros n'y vit que sincérité et désir de rendre le plus beaux possibles ce jardin qu'on lui avait confié, ce qui lui fit plaisir. Avec de la chance, cela ferait un espace « vivable » à l'intérieur de ce grand truc de pierre. Certes, il pourrait toujours sans n'évader – n'était il pas Gil-Galad ? - mais le Roi pourrait avoir besoin de lui à tout instant, ou presque, et il ne lui serait donc probablement pas possible d'aller très loin...

« Oui, Camelot est fortifiée il est donc logique d'y trouver des murs mais rassurez vous, c'est assez grand pour que ne s'y sente pas trop oppressé. Quant à savoir si les jardins sont beaux et bien vous en jugerez de vous même. Après tout, la beauté n'est qu'une question de point de vue. Et à part les jardins, on ne peut pas dire qu'il y ait vraiment d'espaces de verdure. Mais je vous conseille néanmoins de vous rendre sur les murailles au coucher du soleil, on y a une vue exceptionnelle sur l'horizon. Vous verrez, vous ne sentirez meme plus que vous serez dans une forteresse, tant vos pensées vous porterons loin dans cette lumière rougeoyante du soleil couchant. »

Pour la première partie de sa réponse, notre Mage était franchement sceptique. Le simple fait d'avoir des murs de pierre pour l'emprisonner suffirait probablement déjà à ce qu'il se sente oppressé, même s'il ne le montrerait jamais. Déjà dans sa jeunesse il n'avait jamais apprécié outre-mesure les espaces clos, même ceux d'Alfirin, la Cité Immortelle. Il leur préférait de loin la Forêt et le Chant des plantes qui y poussaient. A présent il les tolérait mieux, bien mieux, notamment ceux de la bibliothèque ou de son étude, même s'il appréciait toujours plus de travailler en plein air. C'était tout bonnement sa nature. Alors qu'est-ce que ce serait dans ce château des Hommes, dans cette soit-disant ville faite de roche froide ?

La seconde partie était plus sensée, même s'il se demandait ce qui lui faisait croire qu'il mettrait jamais les pieds là-bas... Il ne lui avait rien dit, après tout... Mais il la verait sûrement souvent, car s'il n'y avait aucun autre espace de verdure là-bas, il risquait de beaucoup fréquanter les jardins... Quand aux murailles, sans doutes tenterait-il l'expérience, même si ce n'était sûrement pas comparable à un coucher de soleil sur la Forêt... D'un autre côté, qu'est-ce qui pourrait l'être ?

« Et les jardins elfiques, comment sont ils ? »

A cette question, il rit encore, peut-être plus fort qu'avant. Décidément, il était dans un de ses bons jours, à moins que ce ne fût le cadre qui le mette de bonne humeur.

« Des Jardins Elfiques ? Et que feraient les Elfes de jardins, petite Humaine ? Nous sommes le Peuple Sylvestre, les Enfants de la Forêt et de la Magie ! Nous soignons les Bois Eternels tous entiers, réduisants les maladies, aidant les plantes à croitres. On pourrait dire que nous n'avons pas de jardins, ou bien que toute la forêt est un jardin. Les arbres nous offrent l'hospitalité, nous leur offront notre savoir-faire. C'est une symbiose. Nous n'avons nul besoin de jardins, car les bois autours de notre Cité, une vraie Cité, pas cette assemblage de pierre que vous nomez ainsi, sont tout bonnement enchanteurs. »

Sa voix se faisait plus douce tandis qu'il parlait d'Alfirin et de ce qui l'entourait, car c'était son foyer. Tout ce qu'il avait connu, tout ce qu'il aurait connu sans ce Pendragon de malheur !

« Quand à votre description des jardins de Caamelot, elle est plutôt prometeuse, et sans faux-semblant, ce que j'apprécie. Mais j'aurais une petite question, tout de même... Qu'est-ce qui vous fait croire que je mettrais jamais les pieds là-bas ? Auriez vous des capacités de visions qui vous permetraient de l'affirmer ? »

Bien entendu, c'était une question plus ironique qu'autre chose, bien que l'ironie ne perce pas dans sa voix, car il était persuadé qu'il aurait perçu de telles capacités...

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Ven 14 Aoû - 23:46

Elvira avait baiser les yeux quand il avait rit en lui expliquant que les jardins elfiques n'existaient pas, car ils avaient pour eux toute la forêt, et ce fût presque timidement qu'elle lui répondit...

« Oui, cela doit être magnifique. Si je l'avais pu, il y a longtemps que je me serait rendue sur vos terres. Mais ne croyez pas que Camelot est un endroit si difficile à vivre. Vous savez on s'y habitue, il suffit de passer votre temps aux jardins comme moi même je le fais, et vous verrez vous sentirez votre coeur plus léger. »

Mhouai... Evidemment, tout le monde rêvait toujours de ce rendre à Alfirin... Mais bien peu y arrivaient jamais, quoi qu'elle, il l'aurait sans doute laissé passer, si c'était lui qui l'avait interceptée. Ceux qu'il ne laissait pas passer avaient rarement l'occasion de le regreter bien longtemps, car leur vie arrivait généralement à son terme aussitôt. Pas toujours certes, mais bon... Quand à sa solution, ce ne serait qu'un bien pâle substitu à la Forêt, même s'il y aurait sans doute recours... Pas en y passant son temps, mais en y allant souvent, s'il devait rester à l'intérieur.

« Vous disiez que votre souverain que vous semblez tenir en haute estime se rend à Camelot. Et comme vous êtes à son service et semblez lui être fidèle et loyal, je pense qu'il n'y a aucune raison pour que vous ne le suiviez pas. Ou peut être que je me trompe, après tout l'erreur est humaine dit on... »

Elle lui fit un sourire entendu, et il inclina la tête pour lui signifier la pertinance de son analyse. Oui, ce n'était pas idiot... Sauf que si sa présence n'aurait pas été nécéssaire, il n'aurait jamais quité son foyer ! Il n'eût toutefois pas le temps d'approfondir cette idée, car elle se tourna vivement vers lui.

« Les elfes ont ils tous un caractère pareil au vôtre ? »

Ce moquait-elle de lui ? Son regard rieur le laissait penser, et s'il était une chose que Gil-Galad n'appréciait pas, c'était bien qu'on se moque de lui. Mais, encore une fois, elle pivota avec vivacité, droit sur la casquade, et il lui emboîta le pas, déjà de moins bonne humeur... Elle se pencha vers l'eau et y porta sa main.

« N'est elle pas magnifique ? Un peu fraîche peut être mais je trouve que cela la rend encore plus pure qu'elle ne l'est. »

Certes, le lieu avait sa beauté... Quand à la fraîcheur de l'eau, elle n'était pas si grande, puisqu'il y avait bu. Dans sa tête se forma une idée, pour lui apprendre le respect dû à un Mage... Mais en douceur, puisqu'elle s'occupait des jardins de Caamelot, et qu'elle rendrait donc leur visite un peu moins désagréable... Ce ne serait pas pour lui déplaire.

« Je crois que je passerais ma vie ici si je le pouvais. Malheureusement on a besoin de moi a Camelot, le devoir m'appelle. Et... Non peu importe. »

Il perçu son trouble, plus dans son Chant que dans son timide regard. C'était de belles paroles, et il envisagea de changer d'idée, de s'approcher d'elle et de lui demander, doucement « Et quoi ? »... Il abandonna bien vite cette idée, et forma les formes de la Magie dans sa tête.

« Variés sont les caractères des Elfes Sylvains, perdu au fond des Bois, jouant parmi les arbres, ô Enfants de la Nature, plus harmonieux de tous. Ils sont aussi neutres que la mère de leur corps, aussi impassible et plein de vie. »

Ce n'était pas des paroles, c'était un chant. Avec un petit « c », un chant comme une balade, un vieux refrain apprit durant son apprentissage. Et il était beau, ce chant, car son esprit était à cet instant chargé de Magie. Magie qu'il relâcha partiellement en la poussant dans l'eau sans lui laisser le temps de répondre, et sans risque de la blesser.

« Variés également ceux des Hauts Elfes, les yeux troublés des profondeurs des Arts, ô Enfants de la Magie, plus beaux de tous. Ils sont aussi neutres que la mère de leur esprit, aussi capricieux, changeant et imprévisibles. »

Toujours sans lui laisser le temps de réagir, il lança ensuite une de ses grandes spécialités – seulement une parmi d'autres ! - un sortilège de lévitation qui emmena la jeune femme toute mouillée dans les airs au-dessus de lui.

« Sachez qu'ils sont un seul peuple, et prenez donc garde à eux ! On ne saurait dire ce qu'ils vont faire, malgré toute leur grave noblesse, et leur rage est plus dévastatrice que nous. Jouez, jouez, avec l'eau dormante, à vos risque et périls, mais surtout ne la réveillez pas, de peur d'être détruits ! »

En fait de destruction, le sort suivant la sècha, et un petit vent magique vint arranger robe et chevelure, tourbillonnant autours d'elle et frôlant son corps.

« Quand aux Mages, entre tous, méfiez-vous en, méfiez-vous en ! Ce sont les plus changeant de tous, d'autant plus fluctuant qu'ils sont puissants. Vous ne prévoirez jamais leurs gestes, et leur pensées restent obscures. »

Doucement, en la faisant tournée sur elle-même, la Magie redescendit tout doucement la jeune noble jusqu'au niveau du sol, en face de Gil-Galad.

« Et quand à moi, Elvira, je suis le plus puissant... Et donc le plus fou de tous ! »

Illustrant son propos, il se saisit délicatement du bas de son visage, et lui donna un doux baiser de ses non moins douces lèvres... Le tout s'étant enchaîner trop vite pour la laisser en placer une.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Sam 15 Aoû - 15:19

L'esprit de l'Elfe pétilla d'amusement, comme il l'avait fait pendant toute l'affaire, quand la jeune femme lui rendit son baiser avec tout autant de douceur que lui. Réflexe ? Attirance inconsciente pour ceux de sa race ? Impossible à dire, mais quelle importance ? Elle détourna ensuite légèrement la tête, reprenant visiblement ses esprits. Il était vrai que l'enchaînement d'actions avec été rapide, ne lui laissant pas le temps de réagir, à dessin d'ailleurs.

« Pourquoi tout cela ? »

Pourquoi ? Parce qu'il avait eu envie. Parce qu'elle c'était moquée de lui... Ou tout du moins il en avait eu l'impression. Parce qu'elle lui avait posé une question, et qu'il avait choisit ce moyen pour lui répondre. Pour lui dire, pour lui montrer, que les siens étaient aussi imprévisibles que les Vents de la Magie, et qu'avec lui, avec lui surtout, Gil-Galad Vorondwë, il ne falait jamais tenir pour acquis quelque chose qu'il n'avait pas promi. Et aussi pour lui faire voir ses talents, prouver qu'il était bien Mage, le plus grand de tous en vérité, et qu'il n'avait donc pas mentit. Parce qu'il était ce qu'il était, changeant à tout instant, et qu'il n'était pas prêt d'être autre chose... Afin qu'elle sache tout cela, si elle pouvait le comprendre.

Mais sur le moment, il se contenta de rire, d'un rire doux et mélodieux, emplit d'amusement et qui se voulait un brin rassurant. Pas un rire ironique, ni même un rire moqueur. Il sentait que son chant était troublé, et c'était d'ailleurs en partie son but, mais ne voulait pas la déstabiliser plus que cela. S'écartant, elle alla s'asseoir sur une pierre et soupira, attendant peut-être une réponse. Imprévisible, comme toujours, il ne lui offrit que son silence. Et puis finalement, elle releva la tête, souriante.

« Sachez que je me vengerais de vos tours de magie. »

Sa voix était enjouée en disant cela, et il pu voir qu'elle forçait son chant à retrouver sa mélodie, refusant de ce laisser aller plus longtemps à... à quoi exactement ? L'abandon, l'apitoyement ? Pourquoi ressentir cela ? Fermement, il décida d'oublier cette pensée. A la place, il rit de nouveau de cette menace, confiant en lui et en son pouvoir qui ne l'avait jamais trahit. Se relevant, Elvira s'approcha d'un arbre et entoura une des fleurs qu'il portait de ses mains, la respirant doucement.

« Quel est le nom de cet arbre? Les fleurs qu'il porte sont en tout cas d'une grande beauté. S'il pouvait y en avoir d'aussi belles à Camelot... »

S'étant approché pendant qu'elle parlait, il lui rendit son regard tout en étendant la main par-dessus son épaule pour toucher l'écorce du végétal en question.

« Qui-Va-Au-Repos-Blanc-En-Armure-D'Or... »

Un chant. Ce n'en était pas un, mais ça aurait pu l'être, à la façon dont il prononça ce nom, avec une grande affection dans la voix.

« Oui, voilà celui qui lui va le mieux, même s'il en a d'autre... »

Son regard plein d'amour et pourtant à moitié voilé par la Magie, ses paroles mélodieuses et sa proximité avec elle aurait presque pu le faire passer pour un être de légende, un Elfe de conte. Il cligna des yeux, et l'impression persista encore un instant avant de disparaître, laissant derrière elle un fantôme.

« Mais si vous vouliez savoir le nom de sa race, je ne la sais pas. Pas dans votre langue tout du moins. Dans la nôtre c'est... »

Un mot suivit le reste de sa phrase, de l'elfique. Plus beau, plus aérien, bien plus libre et charmand que le Breton ou le Latin. Fronçant les sourcils, il laissa ses yeux quitter la jeune femme pour venir se poser sur l'arbre.

« Dis-moi, ô Toi-Qui- Va-Au-Repos-Blanc-En-Armure-D'Or, comment te nomment les Humains qui viennent à ton pied ? Le sais-tu, ami, le sais-tu ? »

Bruissement des feuilles, craquement des branches, murmure du vent... Tout cela sembla prendre corps un instant, puis revint à la normal. Gil-Galad revint sur la noble.

« Il ne sait pas... Les Humains ne viennent pas souvent ici. Molindalanis, il y a sept cycles de cela, dit-il, mais cela a-t-il encore le moindre rapport avec le nom que lui donne vos semblables ? Je ne saurais le dire. »

Avec un haussement d'épaule tout en légerté et en souplesse, il se détacha de l'arbre, s'éloignant d'elle par la même occasion, mais pas de beaucoup.

« Quand à la venue des siens à Caamelot... Cela pourrait ce faire. Je suis sur qu'il accepterait de vous donner quelques graines pour magnifier vos jardins. »

Songeur, l'Elfe pencha la tête sur le côté, un dangereux petit sourire aux lèvres.

« Et puisque vous semblez estimer devoir vous vanger de moi, même si je ne vois pas en quoi ma conduite fût digne de vangeance... »

Usant de geste plutôt que de parole, il approcha sa main d'une fleur et murmura quelques mots qui dansèrent dans l'air comme une farandolle. Après un instant des grains coulèrent dans la paume, qu'il referma aussitôt pour l'approcher de sa bouche et chantonner autre chose.

« Voilà, plantez ceci dans votre jardin, et je puis vous assurez que nous pourrons contempler ensemble le résultat lors de ma visite là-bas. »

Il lui tendit une main ouverte, où la poignée de graine luisait encore légèrement d'une lueur presque imperceptible, mais qu'on aurait pu, s'il avait été un peu plus vive, qualifié de doré.

« Suis-je pardonné pour ma réponse de tout à l'heure ? Elle m'avait semblé plutôt amusante, non ? A moins que ce ne soit pour le baiser qu'il ne me faille m'escuser avec ce modeste présent... Etait-il si déplaisant ? »

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Sam 15 Aoû - 23:39

La jeune femme, visiblement émerveillée par sa capacité à dialoguer avec les plantes, accepta les graines de bonne grâce, les plaçant délicatement dans une petite bourse de cuir... Avant de rire finalement quand il posa ses dernières questions pas vraiment sérieuse.

« Evidemment que vous êtes pardonné. Votre réponse était seulement... imprévisible. »

Son rire retenti encore dans les airs à son ultime mot. Oui, imprévisible, mais ne l'avait-il pas chanté en même temps ? On ne pouvait prévoir ce qu'allait faire un Mage, lui plus que tout autre, car la Magie l'avait marqué plus qu'aucun autre...

« Et si vous voulez tout savoir, votre baiser n'était pas déplaisant du tout. Il était seulement inattendu tout comme votre réponse si... Disons originale. »

Après le rire de la jeune femme vint son sourire, et cette fois encore il le lui rendit. Certes, ça avait été original, mais sans danger pour elle. Une illustration de son propos, en quelques sortes, qui avait tout à fait remplit son office s'il en croyait ses paroles. Finalement il était assez content de ses petits tours de Magie, qui lui avaient montrer l'étendue de cette discipline. Pas sa totale puissance, bien entendu. Car elle était grande, cette puissance... Plusieurs fois, Gil-Galad avait ramené des mourants du seuil de la Mort elle-même par ses Arts, et c'était loin d'être facile.

« Mais, dites moi, comment faites vous pour communiquer avec les plantes ? »

Hum... Il aurait pu anticiper cette question, en fait. C'était plutôt logique pour une jardinière qui se disait si dévouée à sa tâche... Il avait toujours eu ce don, depuis sa petite enfance, bien qu'il l'ait grandement développé au cours de sa formation de Magicien. La question suivante fût tout aussi prévisible, voir même plus encore.

« Croyez vous qu'un humain puisse faire de même ? »

C'était timidement qu'elle avait posé cette question, et tout aussi timidement qu'elle alla caresser l'écorse de l'arbre qui l'avait tant intrigué. Notre héros sourit encore, sympathique.

« Un Humain ? Je ne sais pas... Jamais encore je n'ais tenter l'expérience. Une Humaine par contre, c'est une autre histoire. Certaines le peuvent, une en perça même la plupart des secrets... Sans aide pour une partie d'entre-eux, qui plus est. »

Des souvenirs remontèrent à la surface, certains proches, d'autres plus lointains, sur cette femme qu'il avait rencontré plusieurs fois, et qui avait perdu la mémoire quelques années plus tôt...

« Elle était exceptionelle pour une de votre race... Cerridwen était son nom. »

Il resta encore un instant songeur, puis renvint au moment présent. Il n'était pas temps de se perdre dans ses souvenirs...

« Quoi qu'il en soit, je communique avec les plantes grâce à leur Chant. Toutes les choses du monde possèdent leur Chant. Les oiseaux du ciel, les bêtes de la Forêt, les arbres, les brins d'herbes, la source qui casquade et la pierre qui murmure lentement. Vous, moi, votre Roi, le mien... Toute chose. »

Deux mots qui n'étaient presque qu'un souffle, après des paroles intenses, comme toujours quand il parlait de ce genre de choses.

« Les Chants sont fait d'émotions, de vécu, de ce que nous sommes et de ce que nous avons été. Le mien est tissé de Magie. Il l'a toujours été, et c'est ainsi qu'on m'a repéré comme Mage de talent. Le votre est... comme celui d'une fleur. Une fleur sucrée. »

C'était la meilleur comparaison qui lui était venue à l'esprit, qu'elle soit véritablement la meilleur de toutes ou non.

« A l'orignie, tous les éléments du monde perçevait les Chants. Mais les animaux ont fini par voir cette capacité affaiblie, et les races « conscientes », à l'exeption des Elfes, l'ont encore bien plus occultée, les Humains plus que tous les autres. »

Sans arrogance et sans mépris, pour une fois, car cela n'aurait pas eu sa place là à cet instant précis.

« La première étape est de percevoir votre Chant. Tournez-vous vers vous-même, jeune Humaine. Vous ne le lirez pas, presque personne ne peut lire son Chant, encore moins sans formation, mais voyez sa forme générale... Le pouvez-vous ? »

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   Lun 14 Déc - 20:46

HRP/Très très très en retard... J'avais complètement oublié ce tropic ! En espérant que ma partenaire ne soit pas partie pour de bon.../HRP

La jeune femme ferma les yeux, et les sens affûtés de Gil-Galad, non point tant ses sens d'Elfes, mais ses sens de Mage, la sentirent qui se tournait vers elle-même. Il se contenta d'attendre, dans ce silence qu'il aimait, qu'il avait toujours aimé, battant au rythme des myriades de vies, tout autours de lui. Il attendit jusqu'à ce qu'elle ouvre à nouveau les yeux...

« Je sens une sorte de fraicheur liée à de la mélancolie. C'est étrange, je ne sais pas si c'est vraiment mon Chant que j'ai senti. Enfin si c'est cela, je pense qu'il est assez tourmentée. »

Tourmenté... N'était-ce pas le propre des Humains, justement, que d'être tourmentés ? Des Humains et de quelques autres choses ? Mais il ne dit rien, se contentant de sourire, stable, au contraire, comme un arbre aux racines plongées si profondément dans le sol qu'il enracinait toute une forêt. Elle devait encore cherché, il le savait. Il le savait comme il savait le nom de chaque heure et le souffle du feu. Par cet instinct qui tissait tant sa Magie...

« Est il possible avec l'aide du Chant d'apaiser l'interieur de son être ? J'entend par là apaiser mes tourments. Vous avez du sentir cette mélancolie en moi n'est ce pas ? Puisque vous pouvez pressentir la forme de mon Chant non ? »

Il y avait de l'émotion dans sa voix, et des larmes dans ses yeux mortels quand elle détourna la tête. Parfois, sonder son Chant, ce qu'il y avait à l'intérieur de soit, faisait remonter les souvenirs enfuis... D'ailleurs, ses mots suivants ne furent guère plus qu'un murmure, un murmure parfaitement perçu par son ouie elfique.

« Je suis désolée. Je crains que mon Chant ne soit pas aussi beau que le votre. Croyez vous que les plantes pourraient accorder de l'attention à une personne telle que moi ? »

Tant, tant de doutes dans sa voix... Avec un sourire très doux, toujours aussi profond, il lui prit le menton et lui releva la tête, la regardant dans les yeux.

« Ne pleurez pas, Enfant. Cela n'est pas nécéssaire. Il y a toujours de la joie, dans tous les Chants. Il suffit de savoir la perçevoir en leur coeur. »

C'était à chacun d'aller le chercher... Normalement. Mais il était ce qu'il était, avant tout et surtout. Il murmura des mots anciens, des mots qui étaient plus que des mots. Un sortilège antique, qui allait chercher le meilleur au fond des Chants, pour peu qu'il fût entendu.

« Voilà qui est mieux. La lumière vient toujours après la pluie, et le cycle tourne toujours. »

Ca aurait pu être platitude dans une autre bouche, mais pas dans la sienne. Dans la sienne, c'était l'écho d'une infinité de vie végétales et animales qui parlaient à travers lui.

« Votre chant est plus beau que celui de bien des humains, Elvira. Bien assez beau pour les plantes. Je suis sûr qu'elles vous accordraient leur attention avec plaisir. »

Murmure du vent dans les branches, mais sans aucun vent, crissement de l'herbe sous les pas, sans qu'il y ait de bas, bruissement de la verdure... Pour une simple oreille humaine, oui, ça aurait pu n'être que cela... Car la plupart des Humains n'écoutaient pas...

« Vous voyez ? Elles vous acceptent. Rappelez vous la sensation que vous avez eu en sentant votre chant, et concentrez-là sur une plante... Alors vous verrez. Un peu. »

Et, tout en la lâchant, il éclata de rire. L'expérience, bien entendu, était nécéssaire dans ce domaine comme dans tous les autres, mais il lui faisait confiance pour se rôder rapidement. Quant à son rire... Son rire... C'était un chant à lui seul, une mélodie pleine de Magie. Il riait parfoit ainsi, et ce son était beau, un son qui disait le vent et l'eau glougloutante, un son tissé comme une tapisserie, avec un millier de millier de vie entremêlées...

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre avec un elfe [ Gil Galad Vorondwë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un RP avec une elfe ?
» le loup et l'elfe |Abandonné]
» LES ELFES : Compte Rendu
» Rp avec une elfe
» Rp avec une elfe aveugle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-