AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
207
Localisation :
dans son château...

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: enchanteresse/chef des traîtres :D

MessageSujet: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Lun 17 Aoû - 22:49

(juste, attendez un peu on vous donnera le top départ avec acco ; parce qu'il faut qu'on discute d'un truc avant^^)
(je le lance maintenant vu qu'après je serais moins disponible, donc comme ça vous répondez quand vous voulez^^)Laughing
il se situe après le rp avec prudence, après celui avec lancelot... et après je sais pas trop quoi d'autre en fait XD



---------------


### Appartements Privés de Morgane ###

Le soleil n'était pas encore levé quand Morgane revint d'une promenade nocturne. Depuis quelques temps, elle passait de plus en plus de moments en dehors de ses appartements, en dehors de son château, même. Il y avait eu la fois où elle était sortie et avait rencontré Prudence de Narsès, deux jours, enfin, deux nuits auparavant. Et puis celle où elle s'était fait passer pour Guenièvre et avait flirté avec Lancelot.

Morgane fronça les sourcils. Le chevalier de la Table Ronde lui avait tellement déplu qu'elle avait passé le reste de la nuit et une bonne partie de la matinée dans les bras d'Accolon. Bon, elle n'avait pas eu à le forcer, ni à trop se forcer elle-même, mais elle n'avait jamais ressenti le besoin d'être avec lui autant avant.

La fée revint s'asseoir sur son lit à baldaquin après avoir enlevé ses bottes noires. Le chevalier de Boron y reposait encore, allongé sur le ventre, le drap s'arrêtant à sa taille, laissant le dos découvert. La demi-soeur d'Arthur leva sa main et la passa doucement sur les muscles détendus, caressant, effleurant du bout des doigts la peau de son chevalier. Elle sut qu'il s'éveillait lorsque la chair de poule couvrit le corps de son second. Il tourna son visage vers elle, encore à moitié endormi, et elle s'allongea à son côté, lui caressant d'un doigt le visage.

Sa cicatrice dans ses cheveux, puis le bord droit du front, la tempe, le contour de l'oeil, le nez, la mâchoire, le menton... Morgane fit le contour des lèvres avant de l'embrasser doucement. C'était bizarre qu'elle soit aussi douce avec lui. C'était bizarre qu'elle soit comme ça. C'était étrange, elle avait des envies bizarres ces derniers jours. Elle s'était réveillée en ayant envie de manger des tomates, coupées en deux avec un peu de sel dessus.

Morgane se détourna un très court instant pour se murmurer quelques mots dans une ancienne langue, une main sur le front et l'autre sur le ventre et revint ensuite vers Accolon. Voyant que son chevalier se réveillait enfin et s'était relevé sur le lit, elle s'assit sur ses genoux, sur le drap noir, et lui entoura la nuque des mains.

# J'ai convoqué tout le monde pour le milieu de matinée, dans le Vestibule. Je vais leur présenter la Narsès. Et puis je vais donner sa première vraie mission au jeune Thibaut. A moins que je ne te la confie. Mais je ne sais pas ce que tu vas décider... Je ne sais pas si tu vas vouloir la faire ou pas.

Un sourire espiègle étira ses lèvres, et, s'étant redressée sur ses genoux et avançant sur le drap, se rapprochant de lui, Morgane se pencha pour embrasser son second, ses mains derrière sa nuque ou sur ses épaules carrées.
Il se posait beaucoup de questions, elle le savait. Elle savait qu'il se demandait pourquoi elle était aussi tendre, aussi amante avec lui depuis temps. Pourquoi était-elle aussi câline? Pourquoi prenait-elle avec plus d'attention qu'auparavant son avis? Pourquoi faisait-elle plus attention à lui? Pourquoi le réveillait-elle en douceur, alors qu'elle l'avait toujours réveillé plus... directement? Comme la fois où elle l'avait plongé dans le fleuve, le tenant par les pieds, avant de le ressortir aussitôt. Ou bien l'autre fois où elle avait, un hiver glacial, -mais là c'était plus gentil- fait apparaître une énorme boule de feu dans la chambre, juste au-dessus de lui. Elle avait fait disparaître les trois ou quatre brûlures du torse du chevalier en quelques secondes, juste après, et l'avait, enfin, leur avait fait prendre un bain (il fallait bien qu'elle y trouve un quelconque amusement/plaisir à part le fait de jouer avec le feu -au sens propre du terme, bien entendu).
La fée savait à présent pourquoi il lui était tellement nécessaire depuis quelques jours.


La magicienne recula et retint avec peine un haut-le-coeur.

# Désolée.. C'est pas contre toi, c'est juste que...

Nouveau haut-le-coeur. La fée le réprima aussitôt, avant de se pencher à nouveau vers
Accolon.

...désolée. Tu as bien dormi?

Un ange passa ; les deux se regardaient, pas vraiment allongés et pas vraiment assis, sans bouger. Morgane sentit la main de son chevalier dans son dos, elle lui caressa la joue.

# Je vais bien, dit-elle, sentant plus ou moins de l'inquiétude de la part de son amant.

Elle hésita un instant avant d'ajouter :
# Et, je voulais te demander... Leif ou Ewald? Ou bien, -parce que c'est toujours possible-, Alwine, Ida, ou Sunniva? A moins que tu n'aies une autre
idée peut-être?...

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

I will have my vengeance...


Dernière édition par Morgane le Lun 22 Fév - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Mar 18 Aoû - 0:44

Une colline et des nuages. Un château. Petit. Sans muraille.
Des champs à sa base. Qui s'étendent à perte de vue. Paisible domaine. Domaine familial.
A jamais perdu.
Sa mère - il n'arrivait même plus à lui reformer ses traits en rêve - lui passait un habit neuf, avec un lion d'or couronnant un cerf. Il était une poupée sans fils qu'on donnait à Uther le Dragon pour apaiser sa fureur. Uther le Dragon habitait dans une caverne scintillante, où brillaient la montre en retard d'un lapin blanc, de la confiture à la framboise et des petits soldats de plomb. Uther le Dragon rangeait précieusement tous ces trésors, et il mit soigneusement sa poupée-Accolon en place avec les autres soldats de plomb. Ils étaient tous jeunes ces soldats de plomb, mais ils étaient en plomb alors ils n'avaient pas peur.
Uther le Dragon les faisait marcher dans sa grande caverne, qu'il appelait la Bretagne. Le chemin était rempli de pièges. Il y avait des melons explosifs et des gâteaux carnivores qui mangeait votre cerveau. La main choisit Accolon - mais quelle main ? cela n'avait décidement aucune logique - et passa un doigt sur son visage, l'épaississant, le vieillissant. Une raie blanche apparut dans ses cheveux, son menton se profila. La sensation était trop étrange et Accolon ouvrit finalement les yeux. La nuit, le néant. Non... des draps noirs. De simples draps noirs. Et une Fée.

Le stratège des traîtres se força à se relever pour échapper aux dernières étreintes du sommeil. Il était sûr que sa Fée venait d'être douce avec lui et pourtant cela était trop étrange pour qu'il y croit vraiment.
Convocation. Mission. Prudence. Thibaut. Vouloir. Vouloir ? Accolon tenta de percer les émotions qui se cachait derrière le sourire espiègle - espiègle ? - de Morgane. Depuis quand avait-il autant voix au chapitre ? Ou du moins, aussi ouvertement. Les questions se turent avec le baiser et le traître se laissa aller à la délicatesse. Cela était si agréable, et si rare, au réveil.

Le haut-le-coeur de sa Fée le fit redescendre sur terre. C'était la première fois qu'Accolon voyait Morgane avoir le moindre signe de faiblesse physique. Si elle n'avait était collée à lui, il n'aurait même pas cru cela possible. La femme qui avait ravi son coeur s'excusa. Accolon se redit lui-même la phrase dans sa tête. "Morgane s'excusa". L'expression du traître se fit plus soucieuse que jamais.
Nouveau haut-le-coeur. Nouvelle touche de sollicitude. Accolon ne savait pas comment réagir. Il découvrait une autre Morgane, ou plutôt il voyait Morgane différemment.
Humaine. Faillible. "Je vais bien", avait-elle dit alors qu'il lui passait une main dans son dos dans un geste protecteur. La perception du petit monde d'Accolon était boulversée. Qui aurait cru que la Fée cachait en elle cette Morgane là ? Et le vieux guerrier était inquiet pour elle.
Accolon vit son amante hésiter un instant et l'encouragea d'un sourire.

Puis il fronça les sourcils, scrutant Morgane. Elle lui demandait... ? Les yeux d'Accolon s'agrandirent. Des...prénoms ? Le traître inspira profondément pour se donner un peu d'air. Et elle avait des haut-le-coeur ?
Le Chevalier de Morgane déglutit, et un nouvel ange passa. Accolon ouvrit la bouche pour articuler quelque chose mais aucun son ne sortit. Son esprit avait envie de crier. La bêtise des hommes a toujours été sans borne pour imaginer les choses les plus élémentaires. Un enfant... c'était bien la dernière chose que pouvait imaginer Accolon... Son en... Il n'arrivait même pas à employer le possessif.

- Leif... et... j'aime bien Leif, ou Alwine... la voix si grave et si sûre du Chevalier n'était plus qu'un murmure à peine audile. Choisir des prénoms selon ses goûts. C'était un choix simple. Ca retardait le fait qu'il devait réfléchir à autre chose.

Accolon se recroquevilla sur le lit et serra Morgane contre lui, plongeant sa tête contre son épaule. Il frissonna et il eut la chait de poule un instant. Il fallut au traître un petit instant avant d'articuler de nouveau.

- Et... et... Une foule de questions se bousculaient dans la tête du traître. Notre enfant ? Ce "Nous" déjà, ce serait bien de savoir ce que l'on entend par là maintenant, un "vrai" couple alors ? Allait-il servir d'expérience magique comme Mordred ? Allait-il être un De Boron ? Eduquer comme un traître, comme un homme, comme quoi ? Comment diable... Accolon se força à rationaliser, ils n'en étaient pas encore à ce stade là. Non pas encore. Pas tout de suite. Et... ais-je mon mot à dire sur no... sur cet... sur...enfin... ou bien dois-je aussi suivre tes ordres sur ce sujet là également ? Accolon arriva à finir sa question dans un souffle. Le Chevalier était sous le choc, il avait l'impression d'avoir même subi le plus grand choc de sa vie. Au moment où il l'attendait le moins, on lui offrait une descendance ? Ou bien allait-elle être sacrifié sur l'autel de la conquête ? Un léger sourire naquit sur les lèvres d'Accolon : allez, il y a encore un mince espoir que Morgane rigole de ses suppositions erronées et se moque de lui...
Le traître n'arrivait pas à y croire, mais la Fée avait réussi à réveiller une grande peur de l'inconnue en soufflant son petit château de cartes bien organisé dans lequel Accolon agençait sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
207
Localisation :
dans son château...

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: enchanteresse/chef des traîtres :D

MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Mar 18 Aoû - 17:51


Il n'arrivait pas à utiliser le possessif?... Mais de qui d'autre pouvait être la chose qui grandissait doucement en elle, à part de lui?... Il faudrait bien qu'Accolon s'y fasse, après tout.

- Leif... et... j'aime bien Leif, ou Alwine...

Un grand sourire éclaira le visage de Morgane. Elle posa ses mains sur celles d'Accolon et remonta jusqu'aux épaules.

# Alors ce sera Leif ou Alwine. Le fils, la noble amie. Ca me va. Tu avais une autre idée ou pas? Parce que tu as quand même ton mot à dire, dans l'affaire.

Morgane répondit ensuite aux interrogations muettes de son chevalier :

# C'est vrai qu'avoir un enfant est censé être dans la suite d'autres unions. Un vrai couple, c'est quoi pour toi? Deux humains tout ce qu'il y a de plus banal? Le mariage et tout le tintouin? Si c'est le cas, on verra plus tard, ça n'est pas vraiment le moment.
Ce sera un fils ou une fille de Boron, oui. Je lui apprendrais quelques sortilèges s'il ou elle en éprouve le désir.
Il ne sera pas une expérience. Je le/la ferai grandir plus vite, j'y suis obligée, car je ne pourrai pas laisser cet enfant sans défense trop longtemps. C'est beaucoup trop risqué. Tu lui apprendras à se battre, à vaincre, à analyser des situations, tu lui enseigneras tout ce que tu estimes indispensable. Garçon ou fille, tu auras voix au chapitre.

_Et... as-je mon mot à dire sur no... sur cet... sur...enfin... ou bien dois-je aussi suivre tes ordres sur ce sujet-là également ?

# Mon enfant sera aussi le tien, Accolon, je te le rappelle répéta-t-elle en lui caressant la joue. Tu auras ton mot à dire, évidemment. Il est peut-être difficile de refuser ton héritier maintenant qu'il est presque là, dit-elle avec un sourire amusé, mais pour le reste tu auras le choix. C'est pour ça que je te laisse déjà décider du prénom. Je voudrais que tu acceptes cet enfant à naître, comme celui de ma chair, mais aussi de la tienne.

Morgane essayait de le détendre, cherchait à le rassurer. Elle avait déjà connu la grossesse, elle avait déjà connu la maternité, mais pour lui c'était nouveau. Sa crainte de l'inconnu était tout à fait normale, naturelle. C'était pour ça qu'elle lui laissait le choix du prénom, de même qu'autant de liberté. La grossesse l'affaiblissait toujours mentalement, et puis elle le reconnaissait volontiers, c'était la tendresse violente de leurs étreintes qui l'avait rendue enceinte. Même si l'amour que partageait plus ou moins les deux traîtres était peu banal et plutôt incongru, cet enfant, Leif ou Alwine, serait un enfant de l'amour...
Plus que Mordred, même si celui-ci avait une grande place dans le coeur de la magicienne. Le seul défaut de Mordred résidait dans sa paternité. Leif ou Alwine n'aurait pas ce problème, puisque le chevalier de Boron était parfaitement dévoué à la magicienne et à sa cause.
Mais les plans de Morgane restaient inchangés : Mordred serait roi. Leif ou Alwine ne prendrait pas cette place, mais aurait la sienne. Un rôle important, bien sûr, très important dans le futur royaume, mais autre que roi ou reine. Morgane ne pouvait pas enlever à Mordred la raison de son existence.

La fée avait à présent le format d'une femme enceinte de 5mois, et la protubérance de son ventre était bien visible. Morgane se pencha vers Accolon et l'embrassa doucement avant de se reculer, et, prenant sa main, la posa sur son ventre sous lequel l'enfant se développait en accéléré.

# L'acceptes-tu?


Elle ne voulait pas prendre le contrôle de son esprit ni l'influencer, et, de fait, craignait un peu la réaction d'Accolon. Surtout que, comme elle était partie, elle serait à terme d'ici... moins d'un quart d'heure!


__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

I will have my vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Lun 24 Aoû - 0:34

Morgane se concentrait à détendre son amant, et ce dernier n'était pas en condition pour refuser. Il but ses paroles et se laissa bercer dans ses bras. Accolon était à la dérive et il avait besoin d'un piont d'ancrage. Le traître n'était pas en accord avec tout ce que son amante avait dit, mais le ton qu'elle avait employé le satisfait amplement. Il n'avait pas envie d'argumenter, pas maintenant. La douceur que lui procurait la Fée lui suffisait amplement pour le moment.
Tu auras ta voix au chapitre... Accolon, pour une fois, aurais préféré se passer de décider quoique ce soit. Pas là. Pas maintenant. La Fée continuait de parler sans lui laisser le temps de répondre. Merci.

Accolon prit une profonde inspiration, et soupira longuement, comme s'il pouvait évacuer physiquement son anxiété. Il se laissa faire lorsque Morgane lui caressa la joue, et il lui rendit la pareille en laçant ses doigts dans les siens. Les douceurs continuèrent jusqu'à un doux baiser de la Fée puis Accolon constata le ventre rond de son amante. Il eut un instant d'hésitation mais laissa Morgane guider sa main. Les yeux du traître se fermèrent alors qu'il tentait de ressentir la petite vie qui se développait sous ses doigts.

-
Je l'accepte... j'ai seulement l'impression... enfin, je veux dire qu'il me faudra un peu de temps pour faire le point, sur ce que j'ai et ce que je veux. Pour l'en... notre enfant aussi. Je pourrai mieux t'en parler après avoir y avoir réfléchi à tête reposée... Accolon continuait de caresser le ventre de sa Fée, qui se développait à vue d'oeil. Un joyeux rire lui échappa des lèvres... Mais on dirait que notre futur bambin en a décidé autrement.

Léger flegme, petit sarcasme et faible sourire, Accolon revenait à son naturel. Il avait fallu un petit moment à ce que la joie de l'évènement de l'atteinde, mais une étincelle brillait dans ses yeux lorsqu'il contemplait le ventre de son amante. Il se pencha pour embrasser Morgane tout en lui glissant une main dans les cheveux.
L'idée d'un accouchement dans l'instant ne l'avait pas encore trop affecté, ou peut-être espérait-il que la Fée s'occuperait de tout - c'était elle la femme, et la magicienne en plus. Son enfant... passer de soldat à père. Posséder de nouveau ses propres responsabilités après avoir tout abandonné pour Morgane. Le traître devrait s'y rhabituer.
Accolon lui tenait néanmoins tendrement la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
207
Localisation :
dans son château...

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: enchanteresse/chef des traîtres :D

MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Lun 31 Aoû - 9:18

- Je l'accepte... j'ai seulement l'impression... enfin, je veux dire qu'il me faudra un peu de temps pour faire le point, sur ce que j'ai et ce que je veux. Pour l'en... notre enfant aussi. Je pourrai mieux t'en parler après avoir y avoir réfléchi à tête reposée... Mais on dirait que notre futur bambin en a décidé autrement.

Entendre rire Accolon rassura un peu la magicienne. S'il évacuait le stress qu'occasionnait cette nouvelle, s'il parvenait à accepter la grossesse, alors tout irait bien. Mais comment prendrait-il l'autre nouvelle?...

# Tu auras du temps si tu le souhaites. Et, si tu préfères ne pas le voir...
Morgane s'arrêta un instant de parler, posa ses mains de part et d'autre de son ventre, de la part duquel elle venait de recevoir des coups de pied. Elle sourit avant de se reprendre : Si tu ne veux pas les voir avant quelques temps, je comprendrais. Pour toi, c'est nouveau, alors que pour moi... C'est différent, mais j'ai déjà connu ce passage, enfin, si on veut...

Morgane embrassa brièvement Accolon avant de reculer sur le lit et de s'installer à son côté. Elle s'allongea, le ventre lourd, énorme et respira profondément. Quelques instants passèrent avant que la peau de son abdomen ne remue à nouveau et ne se tende.

Morgane attrapa par réflexe la main d'Accolon et serra de toutes ses forces, les doigts joints blanchissants à vue d'oeil. A accélérer la grossesse, elle avait aussi accéléré l'accouchement... Serrant les dents, se cambrant sur le matelas, Morgane savait que la douleur passerait bientôt, dès que ce que contenait son ventre serait sorti... Une goutte de sueur coula le long de sa tempe et la magicienne essaya de respirer le plus profondément possible, se forçant tant bien que mal à calmer son corps. Pour la naissance de Mordred, une sage-femme l'avait aidée, mais depuis, elle était morte. (Non Morgane ne l'avait pas aidée, elle était morte de vieillesse).

Une idée lui vit alors. Rassemblant l'énergie qui lui restait, la fée sortit de son corps et regarda la scène d'un peu plus haut. Elle vit Accolon désemparé (inquiet ou effrayé peut-être?), et son corps chancelant sur l'oreiller. Il fallait qu'elle agisse vite si elle voulait réussir à sortir les jumeaux indemmes. S'approchant de son corps, être invisible, elle posa ses mains de vent sur la peau tordue. Aussitôt, la douleur cessa, et le corps physique retomba inerte. Maintenant, elle pouvait travailler... Morgane écarta les genoux de son corps et aida les petits à sortir, s'aidant elle-même de magie. Toujours invisible elle sortit d'abord le petit garçon qui criait déjà, agitant les poings fermés, avant de se pencher sortir la petite fille, plus calme que son frère. Si elle aussi criait, elle le faisait moins fort que son jumeau et, surtout, elle était moins agitée et remuait à peine.

Après s'être occupée de couper les cordons et de les envelopper dans des linges, déposant les enfants dans les bras du père, Morgane réintégra son corps. Le retour fut un peu difficile, un peu douloureux, mais bientôt la fée rouvrit les yeux. Elle cligna doucement des paupières, essuya la goutte de sueur qui perlait à son front et caressa la joue d'un Accolon ahuri.

Elle respira profondément, posa la main sur son bas-ventre et aussitôt la douleur se calma, pour disparaître dix minutes après. Morgane approcha sa tête de celle d'Accolon et l'embrassa doucement avant de reculer et de s'adosser à l'énorme coussin. Elle ferma les yeux un instant, puis, les rouvrant, claqua des doigts. Deux berceaux apparurent en face du lit à baldaquin.
Un petit peu reposée, Morgane croisa les mains sur sa poitrine et ferma les yeux. Elle resta dans un demi-sommeil une trentaine de secondes avant de revenir à elle.


La magicienne sourit alors à Accolon :
# Je te présente Leif et Alwine de Boron. Si tu es toujours d'accord qu'ils portent ton nom, bien sûr.

Voyant les bébés saisir chacun un doigt du chevalier-nouvellement-papa, Morgane eut un sourire attendri.

# Ils t'aiment déjà. D'ici ce soir, ils te le diront eux-mêmes. Pour l'instant, je voudrais juste que tu te détendent et pas que tu t'inquiètes pour eux ni pour moi. Ils vont bien, je vais bien, ne te fais pas de souci, d'accord?

Morgane allait effectivement beaucoup mieux. Être une magicienne aidait, c'est vrai... Elle se comportait comme si l'accouchement datait de quelques jours, voire quelques semaines, et pas quelques minutes... De même pour les enfants qui avaient environ trois mois.

Un doute s'installa alors dans l'esprit de Morgane. Elle lança un regard anxieux à son amant :

# Toi, tu les acceptes? tu les aimeras?

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

I will have my vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   Ven 4 Sep - 14:21

Morgane s'essayait à nouveau à rassurer son amant. Accolon se laissa faire, docile. Il ne répondit pas, il n'avait pas grand chose à dire de plus. Dans l'instant il avait plus l'impression de vouloir se parler à lui-même que de parler à quelqu'un d'autre - fut-ce Morgane.
Le traître se força à réagir pour faire un non de la tête. Il avait décidé de voir les enfants. Cela n'était pas très contraignant tout compte fait, Accolon était très doué pour ignorer les gens même s'ils étaient devant lui. Il avait relever que Morgane parler d'enfants, "les". Le Chevalier sourit, les mystères de la vie était bien obscure pour lui, il fallait vivement qu'il se remette à comploter contre Caamelot.

La Fée serra violemment sa main tandis qu'elle se cambra sous l'effet de la douleur... de l'accouchement ? Oui, bien sûr... quoi d'autre ? Accolon avait toujours été une bille en magie (cela aurait pu être différent s'il décidait de s'y intéresser plus que nécessaire) et là, il allait devoir comprendre la version en accélérer. Il serra en retour la main qui avait pris la sienne, c'était bien la seule chose qu'il pouvait - et avait envie - de faire.

Le traître avait vu juste sur le fait que Morgane n'attendait pas de participation active de sa part. Accolon avait tout de même sérieusement douté lorsque le corps de son amante se fit inerte comme la mort, et une inquiétude sincère avait transparu sur son visage. Morgane agit assez rapidement pour empêcher son amant de faire une bétise en tentant d'intervenir. Il ne comprenait pas tout à ce tour de passe-passe - et il avait même gravement froncé les sourcils lorsqu'il avait vu les nourissons tirés dans les airs par des mains invisibles. Mais pour une fois, il était bien content de laisser la Fée diriger les opérations.

Le temps s'écoula dans un même flot par la suite. Les cordons disparurent et les berceaux apparurent. Accolon fut jaloux de la vitesse avec laquelle Morgane se remettait de l'évènement. Il n'était pas sûr de pouvoir en faire de même, mais lui ce n'était pas des soucis de douleur physique qui le perturbait.
Il laissa les enfants prendre ses doigts dans leur petite main... déjà grande pour leur âge, si quand bien même ce mot avait du sens aujourd'hui.

- Mmm... Accolon acquiesa à la réflexion de son amante dans un murmure. Qu'il se détende. Oui, il essayait. Il souria même à leurs enfants, et tout son visage se radoucit comme jamais il ne l'avait été lorsqu'il comptempla leurs visages. Le nouveau père surprit le regard que lui lançait sa Fée. Ne te fais pas de soucis toi non plus. Leif et Alwine porteront mon nom et mon amour. Le mot sonnait étrangement dans la bouche d'Accolon. Je les aime à ma manière.

Le traître savait qu'il venait là de dire une vérité, même s'il n'arrivait pas encore à poser un sens précis à ses propres paroles. Il n'avait jamais envisagé avoir une famille, il avait renié tous ses liens avec la sienne. Et voilà que dans la plus improbable des situations et au plus improbable des moments, il se retrouvait dans la place du père. Accolon se répéta mentalement les prénoms de ses enfants, puis il sourit.

-----------

La téléportation dans la salle commune s'était faîte plus délicatement qu'à l'accoutumée - un nouveau trait de caractère de Morgane la mère ?. Accolon avait revêtu ses habits de noble, d'un riche tissu noir. Sa hache ne pendait pas à sa ceinture, pas de de gantelets en métal, pas de regard de tueur. Accolon était tout simplement l'homme, et tout son apparat de stratège des traîtres avait été laissé au placard. Il était étonnant de constaté comment le personnage qui se tenait là semblait vide de sens, une fois son rôle militaire mis de côté.

Morgane, royale évidemment, s'était installée sur son trône entourée de ses deux enfants... on ne pouvait presque plus les appeler des bébés dorénavant. Leur croissance était exponentielle. Accolon ferma les yeux, en retrait comme à son habitude lorsqu'il supposait devoir laisser la parole à son amante, mais cette fois-ci cette dernière lui donna tort.
Le Chevalier l'interrogea discrètement du regard. Morgane restait mystérieuse. Bien. Accolon sourit : si cela était un test pour savoir s'il assumait pleinement son rôle de père, il n'avait pas envie de perdre la face.
Le traître fit un pas en avant et s'adressa à l'ensemble de leurs proches recrues dont le jeune Thibault - Morgane avait un faible pour lui ou quoi ? - et habitants du château - même Alice était là, Accolon grommela intérieurement en l'imaginant en nourrice.

-
Bien... Bonjour et merci à chacun d'entre vous d'être présent. Il était étrange d'entendre le stratège parler ainsi, sa voix restait toujours dure et neutre mais l'autorité inhérente semblait avoir perdu de sa substance. Les vieilles habitudes reviennent toutefois au galop, et Accolon décida d'aller droit au but après avoir avaler sa salive. Voici Leif et Alwine de Boron.

Le Chevalier marqua une pause inutile : il était évident que chaque spectateur avait déjà pris le temps de dévisager les deux jumeaux depuis leur "entrée" dans la salle. Un ange passa. Accolon ne semblait pas avoir envie de continuer.

Il sentait le regard de Morgane dans son dos. Haha, ajouter quelque chose d'autre ? Et puis quoi encore ! Accolon avait retrouvé un soupçon de défi. C'était ses enfants, et il venait des les présenter. Point. Que cette fichue bande de traîtres se débrouille avec ça et réagisse s'ils voulaient que le stratège s'explique plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite nouvelle... et autres joyeusetés. [Accolon ; Libre] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite nouvelle...
» Petite nouvelle du Renard
» une nouvelle venu dans la forêt [LIBRE]
» la petite nouvelle : Nouvelle Lune :3
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-