AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]   Sam 7 Nov - 13:49

[HRP : ce RP se situe théoriquement 3 ans et 6 mois avant le début du forum. La Fée Morgane a été exilé de Camelot et la guerre avec les traîtres a commencé.]

Les statues dans la Cour se dressaient, immobiles et droites, figures immuables à la pluie et au tonnerre qui se déchainaient. Le vacarme des éléments avait remplacé celui habituel des résidents de la haute-cour : les gouttes de pluie s'abattaient avec fracas sur la pierre ; le vent rugissait en serpentant dans les couloirs du château, au grand damne des domestiques en poste qui devaient batailler pour conserver les torches allumées ; la foudre qui fendait le ciel noir du début de soirée.
Si Camelot résistait comme tous les ans à une telle fureur, qu'avait-on vraiment à craindre de cette guerre qui nous divisait ? La chasse aux traîtres continuait, ramenant son lot de prisonniers et de cadavres, tandis qu'il semblait toujours y avoir plus en plus de traîtrise et de perfidie au coeur du royaume. La Table Ronde s'était fendue en deux et les chevaliers rescapés luttaient encore pour en recoller les morceaux.
Camelot est la pierre immuable centre de la Bretagne, disaient les bardes. Accolon n'en était plus si sûr. Petit à petit, les bases du royaume continuaient à s'éroder sous l'action du temps et du souvenir des jours meilleurs. Quelque chose s'était brisé quelque part, à un moment. Accolon avait peur que ce soit lui-même. Le Chevalier de la Table Ronde porta de nouveau la bouteille de rouge à sa bouche, pompant de longues gorgées à même le goulot.

Les rumeurs et les on-dits allaient bon train sur le sir de Boron. Sa logique de "la fin justifie les
moyens" était poussée à son paroxisme dans la hargne que mettait le chevalier à poursuivre les traîtres, et les bruits de couloirs étaient encore bien loin de la vérité. Si Arthur ne se rendait compte que du quart des méthodes de son ancien protecteur, Accolon aurait vite fait de perdre son titre et même sa particule.
Dernier exploit en date, la mort de son écuyer en cours de mission. Beaucoup auraient apprécié l'héroïsme, mais le chevalier trainait déjà pas moins de quatre autres cadavres de bons et fidèles apprentis depuis le début de sa carrière. Arthur n'avait pas du tout apprécié. Logique, commenta Accolon à lui-même tout en buvant de nouvelles gorgées. Ses pensées tournoyaient avec énervement au rythme du son de ses bottes sur le sol.

Il ne se souvenait plus exactement de ce que lui avait demandé Arthur. Sa réponse par contre restait claire dans sa tête. "Putain, on a pris la tour d'assaut ! J'avais Gustave et 6 autres gars avec moi, plus le petit Gilles. Y avait 3 saloperies de selkies à l'intérieur, 3 ! Normalement, on perd dix de nos hommes pour en abattre une seule. Là, deux pertes seulement, il faudrait plutôt s'en réjouir ! Je vais quand même pas pleurer si le bambin est mort à la place d'un de mes vétérans !"
Habituellement, Accolon ne sortait pas totalement de ses gonds en présence du roi, même quand celui-ci lui disait ses quatre vérités. Là, la soupape avait lâché. L'énervement et le stress accumulés étaient sortis d'un coup et le chevalier n'avait pas pu s'empêcher d'insulter son roi lui-même. Pendragon avait fait allusion au fait que Morgane n'apparaissait plus ces temps-ci. Cela lui valut un beau rire bien amer de la part du soldat - si seulement il savait !. "Prends quelques jours de repos", lui avait dit Arthur sur son ton le plus amical et le plus soucieux. En claquant la porte, Accolon l'avait envoyé se faire foutre.
L'alcool ne faisait pas encore son effet. L'esprit du chevalier le rattraper pour relativiser sa mauvaise humeur. Il était le plus vieux chevalier en service, son premier écuyer lui avait été donné par Uther et il était mort stupidement d'un carreau d'arbalète lors d'un siège contre un campement Saxons. La malchance et les risques du métier avaient eu raison du reste des courageux qui tentaient de se présenter comme serviteur de de Boron. Cinq écuyers morts... bah, Accolon n'aurait pas eu assez de doigts même avec dix mains pour compter le nombre de soldats qu'il avait envoyé voir la faucheuse. Ne pas penser aux pertes, elles trouvent leurs raisons d'être dans le devoir accompli.

La petite bousculade le sortit de ses pensées. La domestique avait bien tenté de s'écarter mais Accolon lui était totalement rentré dedans. Quelques gouttes de vin maquillèrent le sol - manque de chance pour le Chevalier d'Orcanie qui n'allait sûrement pas apprécié la redécoration de son pas de porte. Le visage du chevalier se tordit dans une grimace pleine de rage, les muscles du cou saillant horriblement sous l'effet de la crispation des mâchoires. La bouteille tomba au sol tandis que la poigne d'Accolon se serra sur la gorge de la jeune femme et la souleva du sol pour la plaquer au mur.
Le sir de Boron avait une horrible réputation avec les domestiques, surtout dernièrement. Ceux-ci le fuyaient comme la peste tant ses crises de violences devenaient fréquentes et imprévisibles. Accolon n'en était plus à une bavure près et les yeux bleus de la servante décuplèrent sa rage. La pureté même ! Il ne voyait qu'Arthur là où se trouvait la domestique nommée Brisène.

Le poing s'abbatit violement et sans prévenir, jettant la jeune femme au sol. Accolon n'avait pas retenu son coup et des éclaboussures de sang recouvraient ses phalanges, pour le plus grand malheur du nez de la victime. Le Chevalier arma son pied pour lancer un violent coup dans les cottes de la fille à terre. Accolon mettait des coups de pieds dans son roi, dans son rôle de chevalier, dans ce débile de Gilles qu'était mort, dans cette salope de Fée qui reviendrait encore sûrement le hanter ce soir, dans cette vie qui tournait en rond et parce que - bon sang - qu'est-ce que ça faisait du bien !
L'adrénaline retomba aussi vite qu'elle était montée. Sûrement pas assez vite dans l'opinion de la pauvre créature qui restait blottie par terre, ses bras totalement bleus pour avoir fait office de remparts de fortune à la fureur d'un chevalier fou. Accolon rigola légèrement tout en portant une main à ses yeux, comme pour se cacher à lui-même la réalité de son geste. Non, non il n'était pas sadique. Il y avait une logique derrière tout ça, il était normal qu'une domestique paye pour que les chevaliers soient les plus efficaces possibles. C'était leur rôle dans un sens. Tout s'ordonnait. Parfaitement.
Accolon rigola de nouveau.
Dieu, qu'est-ce qu'il avait du mal à se convaincre lui-même ces derniers temps.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Accolon de Boron le Sam 7 Nov - 13:57, édité 1 fois (Raison : (mise en forme suite à un copié/collé))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chevalier Solaire
avatar


Chevalier Solaire

Nombre de messages :
60
Localisation :
Caamelot

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Table Ronde

MessageSujet: Re: Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]   Dim 10 Jan - 18:26



    Le jour combattait la nature, les appartement de Gauvain étaient calmes, comme toujours. Adnae lisait, sur une table dans la pièce principale. Gauvain, lui, n'était pas loin, assis contre une fenêtre, il regardait le château et Caamelot en contre bas, lutter contre la tempête qui semblait ne plus vouloir s'arrêter. Le contact avec la vitre, pourtant froide, n'avait pas empêcher le chevalier de restait assis là depuis plusieurs minutes. Il entendait Adnae souffler régulièrement, contraint à une lecture qu'il ne semblait pas apprécié mais qui serait pourtant très utile pour sa culture. Finalement n'y tenant plus le jeune homme tenta une autre approche et rompit le cycle de ses protestations soupirantes.

      " Est-ce que je peux ..."

      " Finis ce chapitre et nous en reparlerons."


    Il n'avait put achever sa phrase avant que le chevalier ne lui réponde. Gauvain savait parfaitement que l'adolescent trouvait ces séances de lecture totalement inutile. Mais malheureusement pour lui son chevalier trouvait que cela ne pouvait pas lui faire de mal. Gauvain eu donc le grand plaisir de retrouver les soupirs régulier de son écuyer mais à présent les pages se tournaient d'une façon régulière. Les yeux de Gauvain parcouraient la cour du château qui était déserte, par ce temps là chaque domestique restait à son poste et négociait âprement toutes sorties. Mais quand ces hommes et ces femmes faisaient des pieds et des mains pour ne pas affronter l'intempérie, l'écuyer de Gauvain ne demandait qu'une chose, descendre de la tour et traverser toute la cour pour rejoindre l'écurie. Mais cela ne lui serait accorder que lorsqu'il aurait finit sa lecture.
    Mais peut être qu'il ne serait pas obliger d'aller jusque là, des bruits étranges firent lever la tête des deux hommes vers la porte donnant sur le couloir principale de la tour. Ces bruits furent bien vite identifier par les oreilles habituer de Gauvain, le choc d'un corps sur un autre, on se battait ? Adnae aussi sembla reconnaître le son et le regard clair du chevalier rencontra celui de son écuyer. Ils se levèrent d'un même mouvement alors qu'un rire s'éleva dans le couloir. Gauvain fit signe à l'adolescent de se rassoir, tandis que le silence se faisait de l'autre côté de la porte. Le chevalier, perplexe, resta debout au milieu de la pièce, l'adolescent s'était rassit mais bien sur n'avait plus du tout la tête à lire.
    Il allait tout de même tenter de s'y remettre lorsque la porte s'ouvrit sur une domestique et le chevalier De Boron.

      " Messire Gauvain, messire Accolon de Boron souhaiterai s'entretenir avec vous. "


    Le regard aiguiser de Gauvain se posa sur Accolon puis sur une bouteille au sol un peu plus loin, automatiquement il revint sur Brisène. Il chercha rapidement un détail qui confirmait ses soupçons mais il ne trouva rien, aucune trace de violence sur la domestique. Ce qui ne manqua pas de surprendre Gauvain qui était pourtant persuader d'avoir éclaircit la situation. Tout cela n'avait durer que très peu de temps et notre chevalier retrouva presque aussitôt son visage serein habituel. Il acquiesça avec un très léger sourire, accédant ainsi à la requête que rapportait Brisène.

      " Tu as finis Adnae ? "

      " Oui messire mais je ... "

      " Tu peux donc descendre. "


    Étrangement le "peux" résonnait plus comme un ordre et c'est d'ailleurs ce qu'il était. Gauvain n'avait pas besoin de se retourner pour savoir que le jeune homme avait radicalement changé d'avis sur le programme de l'après-midi quand il avait vu Accolon. La fascination que nourrissait son écuyer pour se chevalier crevait les yeux et Gauvain ne voyait pas ça d'un très bon œil. Plus une forme d'intuition qu'une réelle aversion, si Adnae voulait un héros il pouvait tout de même choisir quelqu'un d'un peu moins "veineux". L'adolescent sachant parfaitement qu'aucune négociation serait permise, il se dirigea vers la porte non s'en saluer comme il se doit et même un peu trop bien, le chevalier De Boron. Gauvain congédia quant-à lui Brisène d'un sourire et invita Accolon à entre d'un signe de la main.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]   Jeu 21 Jan - 23:12

L'ardeur qu'avait déployé le chevalier lui semblait maintenant bien dérisoire, telle la poupée qui effleurait le sol de pierres froides. L'alcool fit perdre à Accolon quelques secondes de réflexion, le temps que son cerveau veuille bien se remettre en route suite à cet évènement imprévu. Il capta les paroles d'une femme de chambre pile à sa droite et, sans rien dire, il lui adressa un regard suspicieux tout en la laissant ramasser sa doublure miniature.
Son nom lui échappait, quelque chose qui commençait par Bri, mais il savait qu'elle était la domestique d'Elaine et que son attitude lui apportait des rumeurs de sorcellerie. Celles-ci semblaient donc avoir quelques fondements ! Morgane avait-elle un lien avec tout ça ? La chasse aux créatures du Sidh et autres sorciers faussait les pistes, on ne pouvait assimiler magie "non encadrée" et la Fée Rouge.
Accolon allait ouvrir la bouche pour l'interrompre, mais la tournure devint encore plus inattendue lorsque la domestique força son chemin jusqu'à ouvrir la porte de Gauvain. Le Chevalier referma sa mâchoire pour ne pas avoir l'air d'un poisson hors de l'eau devant son camarade, bien qu'Accolon n'était aucunement dupe que ses cheveux en bataille et son haleine vinassée suffiraient amplement à ternir son rang.

Le petit Adnae se faufila hors de la pièce alors que le stratège de Camelot lui jetta à peine un regard et un petit hochement de tête à son salut trop bien éduqué. Le petit protégé de Gauvain l'impressionnait généralement, mais là Accolon n'arrivait pas à fixer ses idées quant à Brisène - ça y est, il avait retrouvé le nom ! - et il ne la quittait pas du coin de l'oeil. Devrait-il la torturer pour savoir de quoi il retournait ? Ou bien devait-il livrer cette information dans l'instant à Gauvain ? Accolon se surprit à maudire le fait d'avoir bu.

- Hmpf, on dirait que ma sale réputation me joue encore des tours. Les domestiques n'hésitent plus à taper aux portes avec de faux prétextes pour pouvoir me fausser poliement compagnie.
Accolon avait un petit sourire sur les lèvres, tentant de détendre l'atmosphère mais surtout lui-même. Il n'avait pas envisagé finir en tête à tête avec Gauvain. Le sermont d'Arthur de l'après-midi lui avait largement suffit, pas besoin d'en rajouter une couche en croisant le regard d'un Chevalier qui lui renverrait tous ses doutes et toutes ses imperfections à la figure.
Le silence lui pesait. Il passa une main dans ses cheveux et se frotta les yeux. Accolon avait l'air plus usé que jamais.

- J'aimerai bien connaître ton secret pour éduquer un écuyer comme tu le fais, Adnae a l'air en bonne forme. Et j'approuve totalement pour la lecture. Accolon s'aidait de la pièce pour trouver des choses à dire, peine perdue. ... Bon sang, j'ai l'impression que ces deux dernières années ont déjà duré des décennies. J'ai jamais été autant fatigué nerveusement de toute ma vie... Je crois que je vai finir par croire les gens qui racontent que je débloque, héhé.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mémoire d'un autre temps [Brisène, Gauvain d'Orcanie, Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A l'autre bout du chemin... [Pv Brume + Libre]
» Retrouvaille d'un autre temps [PV Miloë]
» La brume d'un autre temps
» Fin d'un temps {PV Lucianna ~ Tim & Libre}
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-