AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Bas les masques ! [Anna de Gorlois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Bas les masques ! [Anna de Gorlois]   Ven 4 Juin - 19:42

La Galante... Même ce simple nom avait un parfum de nostalgie. Accolon fixait la taverne à quelques distances de là, un instant inconscient du monde qui l'entourait. Comme revenu à une époque lointaine... C'était seulement il y a 3 petites années...

Un troupeau de trois jeunes gardes le fit redescendre sur Terre. Heureusement, ils avaient plus l'air de flâner et de compter fleurette aux dames que de s'intéresser à un passant barbu. Une patrouille bien inutile dans ce quartier que la criminalité avait depuis longtemps déserté... les seules magouilles que l'ont tramait vers La Galante se parlaient espèces sonnantes et trébuchantes, pouvoirs et duchés, charges royales et manipulations... Pour servir son roi, Accolon avait joué à ce jeu bien longtemps et le temps d'un sourire il s'imagina discuter avec le Duc de Glasgow, le convaincant de prendre le camp de Morgane contre un statut de Roi du Nord ; menacer ce vieillard de Comte de Birminghamen en lui révélant le sort que Mordred réserverait à ses futures catins de filles ; saouler ce bon Lord d'Ipswich jusqu'à ce le temps des conquêtes et des guerres sanglantes lui montent tellement à la tête qu'il prendrait même les armes contre Arthur pour avoir la gloire de mourir au combat...
Trop dangereux... définitivement trop dangereux, le moindre de ces courtisans savaient que la tête d'Accolon valait toute la reconnaissance d'Arthur et bien plus encore...
Le traitre réajusta le loup sur son visage avant de passer le pas de la porte.

Poulet grillé et vin rouge du sud de la France. Des jongleurs à côté du feu et une bonne humeur festive dans la salle commune. Les quelques tables les plus chers étaient occupés par des nobles masqués... sûrement pour un heureux évènement du château, mais Accolon n'avait pas d'oreilles qui trainaient jusque là. Une servant à l'allure picte vint le recevoir avec les salutations d'usage.

- La table de Madame de Carabas s'il vous plait... ah, et une bouteille de votre meilleur vin. Rouge, de préférence. Anna de Gorlois avait tout de même bien prévue son coup : chacun utilisait officiellement un nom d'emprunt, histoire d'ajouter un brin de piment aux petits masques... Les visages étaient majoritairement découverts, mais Accolon s'était rasé de près et portait un pourpoint léger neutre... qui irait imaginer qu'un traître pourrait s'inviter à une beuverie masquée de taverne ?

Accolon s'inclina galamment devant la dame qui lui avait donné rendez-vous. Anna de Gorlois, aucun doute possible. Pourquoi l'avait-elle donc faire venir ici ? Il n'avait jamais été dans ses amis proches, même du temps d'Arthur. Il avait été l'un des premiers et des plus virulents pour la mettre sous surveillance - simple "précaution" disait-il - quand Morgane trahit. Et il était celui qui ne l'avait inclue dans aucun de ses plans depuis son arrivée chez les traîtres pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait pas clairement fait le choix de son allégeance.
Le traître eut un léger frisson... il était seul, entouré de nobles armés, dans une taverne aux issues incertaines, en plein coeur du coeur de Camelot... si seulement sa fille n'avait autant insisté pour lui faire accepter cette entrevue. La voix d'Accolon se fit plus froide, ne cherchant pas à cacher son malaise...

- Malgré tous ces masques, je me sens le seul à en porter vraiment un par ici... J'espère sincèrement que vous avez une bonne raison pour m'avoir fait venir.

La serveuse arriva avec le vin commandé et remplit respectueusement les verres. Accolon ne lâcha pas Anna du regard une seule seconde.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Bas les masques ! [Anna de Gorlois]   Mer 9 Juin - 21:53

La voix calme, avec un ton posé, et des arguments logiques. Accolon conserva son air sévère mais se réjouit de la clarté de son interlocutrice. Nul doute que la Dame Anna avait su joué de son intellect pour survivre à Camelot malgré sa réputation.
La deuxième remarque fit mouche, et le traître se fendit d'un sourire carnassier en imaginant leur procès et sentence. Accolon pressentait pour sa part qu'une femme, noble, telle qu'Anna ne serait pas pendue ou décapitée comme lui. On la laisserait moisir dans une chambre sous bonne garde, et peut-être qu'au bout d'une dizaine d'année et de changement de Cour, un courtisan serait bien tenté de voir ce qu'il pourrait gagner à s'attirer les grâces d'une telle figure. Mais le vieux stratège préféra garder son avis pour lui, l'heure n'était pas à ce jeu là.

Son orgueil ayant été assez satisfait par toutes ces démonstrations de courtoisie, Accolon ne se fit pas plus prier pour prendre place.

- J'avoue que cette bouteille n'aurait pas mérité un tel gâchis. En désespoir de cause, je m'étais consolé en imaginant qu'elle aurait pu me permettre d'assommer au moins une personne, si d'aventure un petit piège m'attendait par ici. Accolon goûta lui aussi au vin et eut un léger soupir de plaisir. Le vin de La Galante, cela faisait si longtemps. Vraiment heureux de ne pas devoir en arriver à de telles extrémités.

Le traître se lança dans les commodités d'usage, trop heureux de parler autrement que pour crier des menaces à des paysans ou hurler des ordres de combat.

- Vous n'avez pas changé, ma dame. Toujours aussi noble allure. Nul doute que vous sachiez toujours autant vous faire respecter à la Cour... vous m'aviez donné du mal à l'époque lorsque j'avais une dent contre vous et faisais la chasse aux traîtres.

On ne pouvait pas vraiment en dire autant d'Accolon. Outre son aspect soigné exprès pour l'occasion - même en son temps de Chevalerie, il avait toujours porté barbe et cheveux en broussaille, le stratège accusait le coup de sa vie plus dure chez les traîtres. Quelques rides étaient apparues au bord de ses yeux et sur son front, sans doute à force de trop échafauder de plans sur des cartes d'influences, et son allure semblait un peu plus osseuse à force de voyage et repas de fortune sur les routes.

- Notre première rencontre depuis ma nouvelle servitude... j'ai toujours, et j'ai encore, du mal à vous intégrer à mes schémas ma dame. Il sourit et haussa les épaules, cela pourrait peut-être changer avant la fin de cette conversation. Accolon changea de sujet. Quelles sont les nouvelles du château ? Arthur parle-t-il toujours de rencontrer les elfes ?

Il avait déjà la réponse, les traîtres avaient quelques sources d'informations. Assez rare toutefois... et amourachée de Méléagant qui plus est, faute de goût incroyable, si ce n'était de simple discernement.
Accolon tâtait toujours plus ou moins le terrain, mais il était détendu et Anna l'avait mis en confiance. La conversation pouvait bien durer un brin... et puis il était vrai que ce vin était diablement bon !

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
187

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Chevalier de la Fée

MessageSujet: Re: Bas les masques ! [Anna de Gorlois]   Ven 2 Juil - 22:31

La remarque sur le vin la fit sourire, et Accolon se rassura de ne pas avoir perdu un certain humour mondain et d'étiquette pour provoquer de telles réactions. Le traître haussa simplement les épaules, confirmant que la dame avait vu juste sur son épée.
Qui justement était une fichue stupide épée et non sa hache favorite... ajouté à cela que dans cette taverne personne ne portait d'armure sinon des beaux tissus, et une bouteille brisée avait, en plus de son tranchant, plein de beaux éclats pour amocher les chairs. Puis dans la main gauche, une arme improvisée était toujours meilleure qu'un bouclier absent... Marrant comme les différences d'éducation entrainaient des différences de logique. Accolon constata comme souvent qu'il était un soldat avant tout.

La détermination d'Anna le surprit au point qu'il en haussa un sourcil. Que cherchait-elle à lui prouver ? Qu'elle méritait sa confiance ? Qu'il n'y avait véritablement aucun piège ? Il écouta attentivement les élans passionnés qui succédèrent à cette affirmation. Puis il fit jouer le vin dans sa coupe, regardant sa couleur danser avec un air peu convaincu.

- Mmouais... Accolon avait une légère moue et son ton peu convaincu se répercutait même sur son langage. Il posa son verre et se força à plus de sérieux, rendant son respect à Anna en lui répondant les yeux dans les yeux. Les liens du sang, ma dame, moi je n'y crois pas trop alors permettez-moi d'être sceptique. Ce n'est pas parce que vous êtes apparenté à quelqu'un que vous l'appréciez. Pour prendre un exemple absurde : Mordred est bien le fils d'Arthur, non ? Quant au fait que vous appréciez mon fils et ma fille...

Le traître fut surpris de l'émotion des paroles de la dame de Gorlois. Il n'aurait jamais pensé que cela fasse actuellement plaisir à quelqu'un qu'il ait une descendance... enfin Morgane plutôt en l'occurence.

- Bon, soit, admettons que "pour vous", cela soit donc important. Veuillez me pardonner pour mes insinuations. Si Accolon était près à faire des excuses, il était encore loin d'accorder toute sa confiance. Il avait trop cultiver sa paranoïa pendant des années, tant chez Arthur que chez Morgane, qu'il ne savait plus penser autrement.

Pas étonnent qu'elle se fasse craindre à la Cour toutefois. Etre la soeur de Morgane devait être quelque chose d'assez dur à porter dans un environnement comme Camelot. Anna avait l'air de s'en être fait une armure, elle parlait de Morgane pour dire qu'elle lui ressemblait et qu'elle avait sa force. Lui avait-on laissé qu'une coquille vide pour qu'elle se drape dans l'autorité de la Fée pour trouver la sienne propre ?
Une chose était sûre : la situation n'avait pas évoluée depuis la trahison d'Accolon, à Camelot la vie d'Anna était décidée par les actes de sa soeur. Et leurs destins étaient ainsi liés. Que cherchait la Dame de Gorlois avec cette entrevue ? Renforcer cette proximité ? Etait-ce pour cela qu'elle tentait de le séduire avec des cadeaux - même si de ce côté-là ça marchait plutôt bien, la curiosité d'Accolon avait été piquée à vif. Le traître reporta son verre de vin à ses lèvres, méditant sur l'unique but qu'évoquait la noble.

Il avait envie de clarifier les choses, savoir comment la positionner sur son échiquier. Sa réaction fut on ne peut plus claire : elle ne le savait pas elle-même. Accolon changea alors de sujet, histoire de deviner par lui-même ce qu'il en était. Et la réponse le prit tellement au dépourvu qu'il en rit, inconscient de la moquerie qu'il faisait subir à son interlocutrice. Mais c'était quand même trop drôle !

- Ma Dame, si je puis me permettre, vous n'êtes pas claire quant à vos capacités ou à vos aspirations. Laissez-moi vous le dire de but en blanc : on ne dit jamais rien non plus aux gueuses, elles écoutent aux portes d'elles-même ou d'autres les payent pour le faire. Et les bougresses ont parfois manipulé bien des maris ou amants. Votre objectif à Camelot est donc de finir isolée dans votre tour ? Avec ce sang dont vous êtes si fière, ayez au moins l'audace d'être une noble influente. Accolon vida son verre cul-sec. Il s'était un peu emporté et il le regrettait, mais être déçu à ce point : elle avouait avec fatalité son incompétence. Quelle utilité pourrait-il donc bien en tirer ? Son rôle de stratège n'avait plus rien à faire ici, mais Accolon se remémora qu'il était maintenant père en plus. Il se servit un nouveau verre de vin pour l'aider à passer le cap - l'idée de sa paternité le mettait toujours quelque peu mal à l'aise malgré le temps.

- Ah, encore une chose, vous dîtes "qui trahira". Dois-je en déduire que vous êtes pour l'instant loyale à Arthur, ou à ses préceptes du moins, pour avoir à trahir quoique ce soit ? Accolon immédiatement leva une main en signe de paix, au cas où. Il ne voulait absolument pas insulter la dame en disant cela. Pas de reproches à cela ma Dame, j'ai servi Arthur pendant plus d'années que vous n'en avez seulement vécues. Ne nous voilons pas la face, si Morgane met Mordred sur le trône, la Bretagne est bonne pour finir en marre de sang. Je ne puis vous en vouloir de choisir au mieux la neutralité.
Par contre, si "vraiment" votre objectif est de vous lier et de protéger les membres de votre famille...
Mordred pouvait bien crever qu'Accolon n'en aurait rien à foutre, mais il évitait de le dire tout haut. Alwine et Leif, c'était une toute autre histoire.

- Pourrais-je oser vous demander un service qui ne devra pas trop vous coûter ? Auriez-vous l'amabilité de plaider leur cause face à Arthur, si d'aventure la guerre tournait en notre défaveur ? Ce ne sont que des enfans, bien qu'ils aient l'air d'avoir vingt ans, et ils n'ont jamais eu le choix de leur destinée...
Et le pire dans tout ça, c'était peut-être que le traître était diablement sincère dans ses paroles.

__________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bas les masques ! [Anna de Gorlois]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bas les masques ! [Anna de Gorlois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anna Preston - Are you talking to me ?
» Les Masques Du Destin
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]
» 1st Round: Anna Kournikova vs Maria Kirilenko
» Anna Defontaine [End]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Hors-Jeu
 :: • Archives • :: Partie II
-