AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Troublez mon Eau [ Valérian ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
16

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: ~

MessageSujet: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Ven 25 Juin - 22:33

Dans les profondeurs du lac, Gwenn ouvre lentement ses yeux.

Tels deux saphirs flamboyants, dans l'ombre, ils apparaissent, luisants.. effrayants. L'alastyne s'éveille alors que les premiers rayons du soleil éclairent avec douceur l'étendue d'eau dans laquelle dormait un étrange cheval aquatique à la robe d'un roux éclatant. L'animal s'étire, quelques craquements légers résonnent dans l'eau; d'un mouvement fluide, il s'élève dans ces profondeurs aquatiques, emportant sur son passage quelques filets d'algues, qui se mêlent de façon gracieuse dans sa crinière d'un blanc éclatant. Elles s'enroulent autour de ses pattes également, serpents vicieux, avec lesquels l'animal avait apprit à vivre, dans son élément.
Elle ne chercha pas à atteindre la surface, au contraire; elle arrêta son ascension à une profondeur raisonnable, une profondeur de laquelle elle pouvait aperçevoir la surface.. et, plus loin, là où il y avait peu de fond, les appétissantes jambes d'un bambin qui se baignait inconsciemment dans l'eau. Sous sa forme d'équidé, elle esquissa un sourire comme elle le pouvait. Malsain. Pourvu de crocs redoutables.. Et elle le savait. Quel plaisir, d'avoir dès son réveil, un morceau de chair fraîche trainant dans le coin, troublant la paisible tanière d'eau dans laquelle elle vivait ! C'était un service à domicile parfait.. quoi de plus agréable que d'être alastyne, après tout. Gwenn passait ses journées à se prélasser au soleil lorsque le temps le permettait, dormait lorsqu'elle était repue.. Pourquoi changer de mode de vie, n'est-ce pas ?

Elle se mit à sinuer doucement en direction de ce bout de chair fraîche, vivante, claire, appétissante.. Allons allons, elle risquait d'être vite repue avec un gamin aussi bien nourri lui-même dans son ventre ! S'imaginant déjà la tendresse de cette chair, elle ne résista pas à l'envie de voir son visage rieur, avant que sur celui-ci ne se peignent la peur et la panique, dans un hurlement étouffé sous l'eau. Aussi, à une distance raisonnable, elle remonta à la surface, laissant uniquement dépasser deux oreilles dressées, l'eau s'arrêtant juste en dessous de ses yeux. Si elle l'avait fait dans toute sa discrétion, au bout d'une trentaine de seconde, le gamin l'aperçut, et prit peur, enfin, c'est ce qu'elle en déduisit au cri qu'il poussa, avant de sortir de l'eau pour rejoindre la rive. ALLONS BON ! Un gamin qui avait peur des chevaux. Sur le coup, elle hésita sur quelle position adopter. Ou jouer la carte de la tranquillité, sortir doucement, avec prudence, pour ne pas l'effrayer; ou jouer de sa force et de sa rapidité et lui attrapper violemment le bras ou la jambe, avant de le traîner jusqu'au fond de son lac, là où elle pourrait se délecter tranquillement de sa chair. Son caractère pulsif lui hurlait de prendre la deuxième solution; mais la sagesse de son père, qu'elle essayait de se remémorer depuis qu'il n'était plus là, la poussait à se tenir tranquille.. Elle soupira, se soupir se retrouvant henissement las alors qu'elle était toujours sous forme d'équidé.
Aussi, la pensée de son père pris le dessus, il avait toujours eu raison..

Elle sortit tranquillement de l'eau, à pas prudent, doux, baissant légèrement la tête, adoptant la posture la plus tranquille et la plus calme qu'elle pouvait adopter. Le gamin de bronchait pas, une mine légèrement effrayée sur le visage; il la regardait arriver vers elle; elle commençait à s'impatienter, l'odeur de l'humain si alléchante la tentant.
Une fois assez près de lui pour l'attaquer, doucement elle tendit ses naseaux vers lui, attendant qu'il ose y poser sa main, pour la caresser; comment résister à un pelage qui avait l'air aussi doux ? Celui-ce ne bronchant pas, Gwenn commença réellement à s'énerver, tentant de garder son calme. Son impatience la poussa à pousser un henissement rauque, montrant furtivement ses dents aiguisées. Un court instant. Mais assez longtemps pour que l'enfant en aperçoive l'éclat.
Il partit soudainement en courant, et ses dans le vide que la mâchoire de Gwenn claqua.

Mécontente, extrêmement mécontente d'avoir laissé partir sa proie, elle se cabra, poussant à nouveau un henissement, de colère, de rage, en tout cas, elle était décidée à ne pas, la prochaine fois, laisser filer ainsi sa prochaine occasion. Ah, ces humains, si imprévisibles !

Tandis qu'elle se dirrigeait vers l'eau, son ventre gargouilla.
Elle avait réellement faim.. Tant pis, pas de chair fraîche ce matin, elle allait devoir aller chercher au fond de son trou d'eau un corps datant de la veille, déjà à moitié dévoré.. Soupirant, elle plongea dans l'eau, atteignant rapidement le fond, chercher les restes de son dernier repas. Lorsqu'elle retrouva le corps - qui ressemblait plus à un vulgaire tas de chair à moitié déchiqueté, il fallait dire - elle s'affaissa sur la vase, attrappant du bout des dents un morceau du corps, pour entreprendre de commencer son repas.
Cependant, elle crut aperçevoir un mouvement à la surface; elle tourna la tête vers la source de ce qui avait attiré son attention, avant d'essquisser un sourire.

Peut-être allait-elle avoir son petit déjeuner ?

__________________
.

Dare Swiming with me... ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
24
Localisation :
Ici, là... Je vais et je viens... Errant en liberté...

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: Barde, errant, troubadour, vagabond, chanteur... Tant et tant...

MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Dim 27 Juin - 9:47

Il ne s'établissait jamais longtemps au même endroit. Il était un errant, après tout, un éternel errant, qui errait depuis tant d'années que cela en était presque devenu une seconde nature. Certes, il n'avait pas encore l'intention de quitter durablement la région de Caamelot. Il y avait quelque chose qui le retenait là. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Non pas qu'il y soit déjà rester pendant une durée qui puisse paraître importante à un être aussi immortel que lui, mais il aurait été prêt à rester aux alentours pendant bien des années, si cela avait été nécéssaire. Il y était prêt si cela s'avérait nécéssaire. Il l'avait retrouvée, il l'avait enfin retrouvée, après avoir été torturé si longtemps par le doute, le terrible doute, qui était né en lui sans qu'il puisse l'en empêcher. Plus maintenant, et il était donc prêt à attendre, si nécéssaire.

En clair, il était amoureux. Il aimait et était aimé.

Cela, il pouvait le penser avec une assez bonne certitude grâce à une rencontre providentielle. Mais, aussi à cause de cette rencontre, il avait ressentit le besoin de s'éloigner un peu, de s'isoler quelques temps pour se retrouver avec lui-même. Après, après il reviendrait vers son aimée, son adorée. Après. Et quand il repartirait pour de bon, il l'emporterait avec lui, cette fois. Il attendrait autant qu'il le faudrait, mais elle serait à ses côtés lors de son départ. Et ensuite, ils seraient heureux. Avant aussi du reste, mais cette fois il pourrait être heureux plus longtemps, avec elle, de façon plus complète. Car elle était, comme lui, une fille de la merveilleuse Magie du Sidh, il l'avait comprit très rapidement après leur première rencontre. Une rencontre qu'il n'oublirait jamais, sans doutes, ou alors pas avant de très, très nombreux siècles, car qui pouvait dire avec lui ?

Voilà comment il en était venu à errer dans ces bois, à se promener auraient dit certains, mais c'était plus que cela. Bien plus pour lui. Distraitement, il pinça quelques cordes de la harpe qui se trouvait à sa ceinture, dans un geste distrait mais qui produit pourtant un son mélodieux. Il était le harpiste. Il était le troubadour, l'éternel barde. Il portait aussi une mandoline dans le dos, et il y avait une flûte, avec d'autres choses, dans la sacoche qu'il portait en bandouillère. Pourtant, il n'était point sans défense, et le sabre à son côté en témoignait. Non pas que son apparence fût vraiment dissuasive. Il n'avait pas l'air vraiment fort, même si sa silhouette était grande et souple, et ses cheveux bruns en bataille n'inspiraient pas plus la terreur que ses yeux d'un bleu très profond, sans âges, qui pouvaient avoir tant d'expression, quand il jouait, et parfois à d'autres moments.

Mais bien sûr, il n'était pas un Humain. Et cela changeait tout... Il était un Draugr.

Cela voulait dire qu'il était plus fort et plus rapide que les mortels, et qu'il ne l'était pas vraiment, mortel, ne veillissant pas et étant très, très dur à tuer. Sans compter l'expérience que les années lui avaient apporté, les années et tout ce qu'il avait traversé avec elle. Il avait connu les intrigues des palais les plus rafinés, séjourné à Persépolis, triomphé à Alexandrie, tracé son chemin à la cour de l'Empereur de Chine. Mais aussi les compagnies les plus barbares et les plus rudes, des steppes mongoles aux drakkars scandinaves. Et les temps les plus calmes dans les douces campagnes d'Europe... Cela faisait si longtemps, tellement longtemps qu'il errait, tellement longtemps que ses pieds foulaient tous les chemins du monde. Oh non, il n'était pas sans défenses, et ses plus grandes défenses n'étaient point physique, car il était le barde, bien sûr, et que son talent et son art étaient bien loin d'être négligeables.

Et ses pas, ses fidèles pas qui l'avaient portés en tant de lieux, le portèrent cette fois jusqu'au bord d'un lac, un étang, au cadre bien agréable. Il y avait des traces dans la boue, mais il n'y prêta pas attention, plongé dans sa rêverie pensive. S'il l'avait fait, sans doutes aurait-il comprit certaines choses, car il était un Fils du Sidh, et que sa longue, très longue vie lui avait apprit bien des choses. Il ne le fit point, toutefois, car la musique le portait, comme toujours, et elle était un peu mélencolique. Cela lui arrivait souvent, et ici encore alors qu'il songeait à son cher, très cher amour. Se perchant sur une pierre surplombant l'eau, il se déchaussa d'un mouvement souple et laissa ses pieds effleurer l'eau. Pensivement, il pinça encore quelques cordes, en une courte mélodie teinté de mélencolie, puis se contenta de profiter du paysage naturel, les yeux perdus sur la surface de l'eau.

__________________
Pour tout MP à Valérian Chantelune, merci de contacter Gil-Galad Vorondwë.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
16

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: ~

MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Mer 30 Juin - 5:28

Gwenn se concentra sur son nouveau but; ne pas laisser s'échapper cette proie.

Elle ne fit pas la même erreur; elle remonta légèrement, mais ne s'aventura pas à sortir la tête de l'eau, pour voir à quoi ressemblait bien ce qui avait provoqué ce mouvement à la surface de l'eau. Elle remontait jusqu'à ce qu'elle puisse au moins aperçevoir, distinguer la créature. Elle afficha un sourire; un jeune homme, se tenant tranquillement sur un rocher. Mais quelle inconscience...
Il semblait admirer le paysage. Elle étouffa un rire. Un si joli paysage, mon cher, peut-cacher bien des choses ! Et ce que ce lac cachait, oh, rien de bien dangereux.. quelques poissons.. quelques algues.. une jolie alastyne avide de sang et de chair humaine.. enfin, pas de quoi s'affoler, un seul prédateur pour un tel étang.
Un seul et unique prédateur, certes; mais un prédateur qui a faim, très faim ! Un prédateur dont le ventre gargouille et exprimera son mécontentement toute la journée si jamais elle ne se nourrissait pas au plus vite. Bon, il y avait ce cher jeune homme qui se trouvait au fond de son lac, enfin, ces chers RESTES de jeune homme, plutôt. Mais elle n'allait pas laisser échapper l'occasion d'avoir de la viande fraîche, puisque celle-ci se présentait.

Elle songea à la façon dont elle allait s'y prendre. Déployer son atout de charme, maléfisme naturel qui était quasiment irrésistible; en même temps, elle n'était, en cette matinée, d'aucune envie de jouer les pigeons aguicheurs.. Si c'était nécessaire pour s'emparer de sa proie, elle le ferait. Elle poussa un soupir. C'était un jeune homme; la façon la plus facile de s'y prendre était bien celle-ci. Elle se transforma, passant de sa forme d'équidé roux à sa forme humaine pâle. Invisible, sous l'eau, elle sinua jusq'au rocher voisin, qui se trouvait à quoi.. deux ou trois mètres de celui du jeune homme au minimum, s'apprêtant à sortit de l'eau et s'y percher; elle s'arrêta net, lorsque une mélodie retentit. Gwenn put l'entendre comme elle était proche, mais la mélodie restait légèrement étouffée, comme elle se trouvait sous l'eau.. L'alastyne n'avait jamais croisé de personne émettant un tel son. Ce n'était pas humain.. En résumé, elle n'avait jamais croisé d'insrtument de musique, ce qui intrigua l'équidé. Ce détail la troubla; elle se reprit pourtant, se reconcentrant sur son but, et enclencha son don de charme. La mélodie était nostalgique, ce qui lui tira un sourire. Rien de plus facile à séduire qu'une âme poétique, pour une aussi belle créature, a l'apparence pure. Cependant, elle n'avait plus qu'à prier que c'était un coeur solitaire, et que celui-ci n'était pas gagné par l'amour. Un jeune homme dont le coeur n'est pas pris est, certes, facile à séduire; mais lorsqu'il est conquis, et que l'amour y est profondément ancré, il est plus difficile à convaincre de s'abandonner...
Elle émergea d'un coup de l'eau, et se percha sur le rocher, de profil au jeune homme, tout de même légèrement tournée de dos. Assise tranquillement, sa longue chevelure rousse cachant ce qu'il fallait de sa poitrine, des algues y étant entremêlées. Ses cheveux étaient si longs, qu'ils atteignaient sans difficulté ses cuisses. Gwenn tourna la tête vers le jeune homme, son regard bleu intense se posant sur l'instrument de musique. Elle ouvrit grand les yeux; alors c'était ce petit objet qui faisait autant de bruit, aussi joli qu'il soit ? Elle remonta son regard sur le visage du jeune homme. Charmant, les traits harmonieux, elle croisa son regard; un regard jumeau au sien. C'etait yeux bleus contre yeux bleus..

L'alastyn prit une profonde inspiration, cherchant son odeur.
De ce qu'elle sentit, elle en fut choquée. Car en vérité, elle ne sentit rien de particulier. Une certaine odeur certes; tout ce qu'elle croisait avait une odeur, même la pierre.. mais lui n'avait pas cette odeur humaine, caractéristique, appétissante, aléchante. Non. Sa voix douce et mélodieuse s'éleva, empreinte d'étonnement, et aussi d'une certaine frayeur, qui pouvait se lire sur les traits de son visage.

" Vous.. Vous ne sentez pas l'humain ! "

L'exclamation retentit, Gwenn se tenait immobile, le regard rivé sur lui, les yeux légèrement écarquillés, son regard d'un bleu irréel le fixant. Sous le vif sentiment de surprise, son aura de charme perdit largement en puissance. L'alastyn étant née dans ce lac, elle n'avait pas connaissance de l'île de Sidh.. aussi ne savait-elle pas qu'elle était étrangère à ce monde d'humain, et n'avait que pour connaissance de ces créatures les alastyns, sa propre race.

Mais un humain qui n'avait pas l'odeur d'un humain, ce n'était pas normal.
Pas du tout normal..
Le prédateur avait simplement peur de se retrouver proie.

__________________
.

Dare Swiming with me... ~


Dernière édition par Gwenn K.Dagat le Ven 2 Juil - 2:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
24
Localisation :
Ici, là... Je vais et je viens... Errant en liberté...

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: Barde, errant, troubadour, vagabond, chanteur... Tant et tant...

MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Jeu 1 Juil - 17:26

Il avait espéré pouvoir laisser son esprit vagabonder à sa guise, vers la fin qui l’attendait, et qui serait probablement une tendresse teinté de mélancolie, bien que ce ne soit pas forcément le cas. Mais, bien évidemment, le Destin se chargea de lui rappeler que ses espoirs et ses intentions, à lui l’éternel errant de la terre, pesaient bien peu de la balance de la réalité, la plupart du temps. Le Destin s’en chargeait toujours, il s’en était toujours chargé. Que ce fût par le meurtre, la guerre ou le complot, ou par d’autres voies moins « destructrices », comme ici. Toujours. Peut-être était-ce lié à la Magie que charriait son sang, le Magie de la mystique Île de Sidh. Peut-être. Peut-être était-ce autre chose. Mais cela était, de toutes les façons…

Cette fois-ci, son rappel prit la forme d’une compagnie, pour venir troubler sa méditation, si on pouvait appeler ça comme ça. Mais bien sûr, le simple fait de lui procurer une compagnie n’était pas suffisant. Oh non ! Car elle ne surgit point du détours d’un chemin, n’émergea pas de la forêt et ne se matérialisa même pas soudain devant lui. S’aurait peut-être été préférable, au fond… Mais en l’occurrence, elle émergea plutôt du lac, belle jeune femme aux cheveux roux et au charme ensorcelant. Et dans ses cheveux, bien sûr, bien sûr, il y avait des algues. Bien sûr, car le vin devait être but jusqu’au bout. Pas une phoque, pas une Fille des Bois en immersion. Pas un mâle irradiant de puissance contraire. Oh non, ni l’un ni l’autre. Trop facile, beaucoup trop facile.

C’était une femme. Et une Alastyn.

Et, malgré la beauté indéniable de la jeune femme nue comme au jour de sa naissance, malgré son regard, malgré tout ce qui aurait ravi un autre homme, et peut-être lui aussi en d’autres temps, il se contenta pour sa part de pousser un profond, très profond soupir. Un soupir chargée d’une mélancolie si profonde et de tant d’années, qu’il n’aurait jamais pu appartenir à un mortel, encore moins à un Humain, cette race si inconstante…

" Vous.. Vous ne sentez pas l'humain ! "

Oh, et bien entendu, ça ne pouvait pas être une froide et impitoyable Alastyne au cœur de glace, qui reposait au fond de ces eaux depuis des années et n’y craignait aucun mal. Bien sûr que non. Il fallait qu’elle soit inexpérimentée, probablement fort jeune, puisqu’elle semblait si épouvantée de ne pas sentir sur lui l’odeur des Hommes. La surprise aurait pu se comprendre, mais en plus brève, car les Draugrar n’étaient pas une denrée courante. Mais pas aussi longue, et en aucun cas ce fantôme de terreur. Non, si elle était moins innocente que sa mie, elle n’en restait pas moins bien jeune, surtout face à lui, et c’était un élément de plus, un rappel de plus. Et aussi autre chose.

« Ne crains rien de moi, ma Sœur. »

Sa voix était belle, mélodieuse, et son ton était calme et posé, porteur d’années sans nombre. Nul besoin de masque, ici, même s’il aurait tout aussi bien pu en revêtir un, s’il l’avait voulu. Ce qu’il ne pouvait se résoudre à vouloir, par contre, c’était de continuer à voir ces émotions, cette crainte voilée, chez cette damoiselle du peuple de son aimée, qui la lui rappelait par tant de petites concordances, cadeaux ou piques de la capricieuse Destinée…

« Je ne sens pas l’Humain parce que je ne suis pas plus Humain que toi. Je suis, comme toi, un Enfant de la Magie ancienne, la Magie du Sidh. »

Vu qu’elle n’avait pas comprit tout de suite, ça ne lui dirait probablement rien, mais il n’était jamais trop tard pour apprendre la vérité sur ce qu’on était…

« Je sui un Draugr, du peuple des Draugar, tout comme tu fais partie de celui des Alastyn. Et je me nomme, en ce temps en en ces lieux, Valérian. Valérian Chantelune. »


Petite présentation qui ne pouvait pas faire de mal. Il s’inclina à demi, joueur, laissant un peu sa mélancolie de côté… Pour le moment tout du moins.

« Et ne t’en fais pas. Les Draugar ne sont pas les prédateurs des tiens… Ou même de qui que ce soit de manière générale. Par contre je te préviens que nous ne faisons pas de très bonne proie, j’en ais peur… »

Dès le début, il l’avait tutoyé, sans se poser de question en la matière, et il sourit doucement, non sans une certaine chaleur rassurante. Puisque c’était ce que le Destin lui envoyait…

__________________
Pour tout MP à Valérian Chantelune, merci de contacter Gil-Galad Vorondwë.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
16

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: ~

MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Lun 29 Oct - 0:12

La créature garda son regard fixé sur le jeune homme - si elle pouvait le nommer homme !, et se glissa, doucement et progressivement, dans l'eau froide de son lac. Son lac, le sien, celui où elle régnait en seule et redoutable prédatrice, où seuls ses repas quotidiens de chair humaine avaient pu s'y risquer pour s'y perdre, saisis entre les crocs aiguisés de la créature aquatique qu'elle était. Alors que ses mains étaient restées posées sur la roche froide où elle se trouvait quelques secondes auparavant assise, le niveau de l'eau atteignait le haut de sa poitrine; ses longs cheveux, écrin roux emmêlé d'algues folles, se dispersèrent dans le fluide froid, flottant à la surface, entourant son corps pâle. On eut dit qu'elle baignant dans une aura de sang; révélant sa véritable nature, celle d'une créature dont les seules distractions étaient celles d'un animal meurtrier, mordant dans la chair, tuant pour vivre, vivre dans l'eau, mêlée d'algues, mêlée de sang.. Gwenn était un être d'eau et de sang, oui; mais elle était jeune, et n'avait que le peux d'expérience qu'elle avait acquise avec son père, dont elle avait été si injustement séparée. Elle avait beau avoir l'apparence d'une jeune femme, elle était toujours, dans ce corps mature, l'âme joueuse et ignorante d'une pouliche. Elle ne pouvait être en proie à la haine, à l'amour, à tout ce qui traitait d'autre chose que dormir, nager, chasser, manger. Elle avait encore besoin de son père, qui n'était plus là. Elle avait encore tout à apprendre, à découvrir. Son départ était bien trop prématuré, pour qu'elle soit assez mature, pour agir, le retrouver; elle ne pouvait que rester là, dans ce lac, à attendre qu'un miracle arrive, que le destin s'en charge. Attendre dans son eau, attendre que le vent y amène quelque chose, à la surface; quelque chose d'autre qu'une proie.

C'était arrivé ce matin; elle se trouvait en face de quelque chose de vivant, à l'apparence humaine, mais ne le sentant pas.
Qu'était-il ?

L'être en face d'elle n'était pas effrayé. Au contraire, il ne semblait pas surpris par cette femme dont le corps nus était plongé dans l'eau. La situation était étrangement drôle; le prédateur avait peur dans son propre territoire, d'une proie potentielle.

« N'aies crainte, ma Soeur. » Soeur ? que voulait-il dire ? il n'était pas un Alastyn, elle l'aurait senti, elle l'aurait su. Je ne sens pas l’Humain parce que je ne suis pas plus Humain que toi. Je suis, comme toi, un Enfant de la Magie ancienne, la Magie du Sidh. »

Son expression changea. De ses lèvres s'était échappé un mot qui la rassura;

Sidh.

Son père, sa mère en venaient. Ils avaient passé le portail. Tous les deux. Gwenn avait toujours voulu que son père lui en raconte tant sur ce monde, mais il s'y était toujours refusé de trop le lui en parler, la mélancolie envahissant son coeur au souvenir de sa bien aimée, la mère de Gwenn. Tout ce qu'elle savait, c'est que l'île de Sidh était un monde de paix, où d'autres créatures se côtoyaient, sans se porter préjudice. Aujourd'hui, pour la première fois, l'un des siens lui faisait face.

« Je sui un Draugr, du peuple des Draugar, tout comme tu fais partie de celui des Alastyn. Et je me nomme, en ce temps en en ces lieux, Valérian. Valérian Chantelune. »

Elle le regarda s'incliner, sans bouger face à cette présentation. Il n'avait pas l'air de lui vouloir du mal, non... mais elle avait du mal à savoir quelle attitude avoir en cette situation. Jamais elle aurait imaginé avoir une conversation avec l'une de ses possibles proies; disons qu'à chaque fois, elle ne leur en avait pas laissé le temps...

« Et ne t’en fais pas. Les Draugar ne sont pas les prédateurs des tiens… Ou même de qui que ce soit de manière générale. Par contre je te préviens que nous ne faisons pas de très bonne proie, j’en ais peur… »

Oh, donc pas de déjeuner appétissant en face de l'Alastyne.
Peu importait, la jeune femme n'écoutait plus son estomac, et ne voyait plus en face d'elle un repas, dès lors qu'elle avait senti son odeur. Elle le regarda encore quelques instants, silencieuse; puis enfin, son corps se détendit. Elle resta pourtant derrière son rocher, peu habituée aux situations anormales. D'habitude, elle charmait, attirait sans même avoir à prononcer un mot; dès que le malheureux avait l'eau aux genoux, il était perdu. C'était, ce matin, la première fois qu'elle était si proche d'un homme sans vouloir en faire son repas. Elle échangeait. Elle échangeait ! Gwenn n'était plus un animal.
C'est un peu mal à l'aise, qu'elle se présenta. Pour la première fois.

« Je m'appelle Gwenn... »

Elle marqua un court temps de pause, s'enfonçant un peu plus dans l'eau, qui lui arriva eu milieu de son cou.

« Kerch Dagat. »

Une fois le morceau passé, elle se mit à rire. C'était incontrôlable; elle riait, d'un rire franc et peu charmant puis qu'il s'assimilait à un hennissement. Elle se rendait compte qu'elle s'apprêtait possiblement à avoir une discussion avec quelqu'un. Depuis le départ de son père, Gwenn n'avait prononcé que quelques mots à l'attention d'un homme qui a fini au fond de son lac, et avait encore moins rit. Et ça faisait du bien.
Elle se prit d'une humeur curieuse, et plongea quelques secondes durant sous l'eau, pour en ressortir et hisser le haut de son corps sur le rocher où elle s'était précédemment assise, et s'appuya sur ses avant-bras. Ses longs cheveux mouillés s'étendaient le long de son dos, coulant parfois sur ses épaules, sur ses côtes. L'arrière de son corps trempait dans l'eau. Elle regarda le draugr. Des questions naquirent dans sa tête. Elle avait envie de parler. Dire des choses. N'importe quoi, mais parler. Elle en avait besoin, elle avait été seule bien longtemps. Laquelle poser ? Son regard s'arrêta net sur le bout de bois qui émettait une étrange mélodie avant que l'alastyne ne s'effraie de l'odeur non humaine de l'être qui se trouvait en face d'elle. Excitée de savoir ce que c'était, mais un peu timide, sa voix s'éleva.

« Qu'est-ce que c'est ? C'est joli. J'aime beaucoup. Ça vient de Sidh aussi ? »

Fit-elle, son regard toujours fixé sur l'instrument.
Gwenn redevenait tout à coup plus qu'une pouliche; elle redevenait une enfant.

__________________
.

Dare Swiming with me... ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
24
Localisation :
Ici, là... Je vais et je viens... Errant en liberté...

Carnet de Route
Nature: Créature de Sidh
Relations:
Fonction/Activité: Barde, errant, troubadour, vagabond, chanteur... Tant et tant...

MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   Mar 20 Nov - 16:52

    Visiblement, la jeune femme en face de lui était troublé, comme on pouvait d'ailleurs raisonnablement s'y attendre, mais les mots qu'il prononçait la touchaient. Il avait notamment pu voir qu'elle réagissait au nom de Sidh... elle n'était donc pas totalement ignorante, même si elle ne savait pas reconnaître un Draugr, ce qui était indubitablement une bonne chose. Cela faisait moins d'éléments d'explications à déployer pour lui, ce qui voulait dire aussi moins de données à absorber pour elles. Sa compréhension et son acceptation n'en seraient que facilité si elle avait déjà des bases et pouvait ainsi mieux comprendre le reste de ce qu'il lui disait. Mais avant de songer à de la compréhension, il y avait une étape plus essentielle à passer : il s'était présenté, et pas vraiment de façon brève et concise, en plus, aussi était-ce maintenant à elle de faire de même, afin qu'il sache un peu plus à qui il avait affaire dans toute cette histoire...

    « Je m'appelle Gwenn... »

    Gwenn... un joli prénom, mais il aurait été étonnant qu'elle n'ait que celui-ci à présenter, tout de même. D'autant qu'elle semblait se laisser aller elle-même dans le domaine de l'intimidation, sans raison évidente, s'enfonçant un peu plus dans l'eau, d'où le fait que le musicien se disait qu'elle ne devait pas avoir tout dit... et en effet, la suite arriva quelques instants plus tard à peine.

    « Kerch Dagat. »

    Gwenn Kerch Dagat... alors qu'il faisait rouler le nom dans son esprit, en appréciant les sonorités qui correspondaient bien à l'Île de Sidh, il entendit la jeune femme rire, visiblement amusée de sa propre timidité au moment de finir sa présentation. Le Draugr lui rendit un sourire qui reflétait de la bonne humeur, effaçant en partie la mélancolie qui avait présidée à sa venue ici, car il était heureux que tout se passe bien. Il n'avait aucune envie de la combattre, elle qui était de la grande famille des Enfants du Sidh et qui en plus lui rappelait par certains côtés la femme qui hantait son cœur et ses pensées. Ce fut donc de façon plus détendue qu'il la vit émerger de l'eau et prendre place sur un rocher. Il y eu un petit moment de silence, puis la belle fixa son regard sur la harpe qu'il tenait toujours à la main après qu'elle l'ait interrompu, un peu plus tôt.

    « Qu'est-ce que c'est ? C'est joli. J'aime beaucoup. Ça vient de Sidh aussi ? »

    Il lui fallut un instant avant de comprendre de quoi elle parlait, et il ne pu alors s'empêcher de rire. Non pas un rire moqueur ou cruel, mais simplement et doucement amusé par son comportement. Il secoua la tête, souriant toujours, alors que ses doigts effleuraient doucement l'instrument, en tirant quelques notes vagabondes aux hasards de leur égarement.

    « Non, ce n'est pas un objet qui vient de Sidh, je le crains. Ce sont des hommes mortels qui ont taillée cette harpe, mais cela ne l'empêche pas de produire une très belle musique quand on sait en jouer... ou qu'elle soit belle, en effet. C'est un instrument de musique, dont je joue pour produire de belles mélodies, car je suis musicien. »

    Se laissant emporter, Valérian tissa quelques accords de ses doigts agiles, pinçant les différentes cordes avec un talent sûr, inné, encore affûte par des années et des années de pratiques, « des viens entières », si l'on devait compter comme comptaient les humains.

    « Mais dis-moi, je suis curieux, Gwenn. Comment es-tu arrivée ici, et comment cela se fait-il que tu ignores toutes ces choses sur le monde, que ce soit le monde des hommes ou celui des Créatures du Sidh ? Je dois avouer que c'est plutôt singulier... »

    Oh oui cela l'était car, malgré son ignorance, sa double ignorance même, elle semblait vivre grosso-modo comme une membre normale de son espèce, contrairement par exemple à sa chaire et tendre amour perdue, ce qui rendait la chose encore plus intrigante pour lui...

__________________
Pour tout MP à Valérian Chantelune, merci de contacter Gil-Galad Vorondwë.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troublez mon Eau [ Valérian ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Troublez mon Eau [ Valérian ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Valérian Ion-Sûl Forn Ghisolfi
» Valérian de Jarjayes - Colonel de la Garde Royale
» Absent du manoir (Antoine Valérient)
» Rian • Cœur à prendre, pas à vendre.
» quand le travail rend malade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
A l'écart des Hommes
 :: ~ Les forêts ~
-