AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Eimer dite "La Boiteuse"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar




Nombre de messages :
11

MessageSujet: Eimer dite "La Boiteuse"   Dim 7 Oct - 16:58





EIMER
La Boiteuse

• ANNE HATHAWAY•
• 20 ANS •
• HUMAINE •
• VOYAGEUSE •
• CELIBATAIRE •
• NEUTRE... Pour l'instant. •


Histoire...




Avertissement :

Bienvenue à toi, ô cher lecteur passionné de vieux grimoires et d’aventures, voyageant dans le temps et le (cyber) espace, noble ou ignare, manant, gueux, troubadour, ménestrel – ou « geek », comme l’on dit chez vous ! Qui que tu sois, tu es le bienvenu dans mon monde, ou plutôt celui d’Eimer. En revanche, si tu espères entendre parler d’Excalibur, Pierre de Fal, Lance de Lug, Massue et autre Chaudron de Dagda, quitte ces lieux et va-t’en demander ton chemin au premier mendiant que tu croiseras. Car ici, il ne s’agit pas de reliques et autres talismans, de bijoux, de parures, de vêtements cousus d’or et de draps de soie. L’histoire que je m’apprête à vous conter n’est pas celle des héros dont l’on scandera le nom dans quelques millénaires mais celle des oubliés de la légende, des pauvres, des mécréants, des malades et des infirmes ! Oseras-tu franchir le seuil ?

Bienvenue, donc, en ces temps reculés où un récit digne de ce nom commence encore par le traditionnel « il était une fois… » et non pas par l’une des formules vides de sens de vos copistes actuels – comment dites-vous déjà ? Journalistes ? – : « C’était une personne sans histoire… ». Voilà comment, à coup de formules creuses et abrutissantes, deux millénaires auront suffi pour voir notre belle race humaine détrônée par les elfes et autres créatures fantastiques ! Sans histoire. Comment peut-on ne pas avoir d’histoire ? Tout le monde en a une ! Même Eimer ! Elle ne le sait pas, c’est tout. Car pour elle, sa vie commence en même temps que ses souvenirs. Elle ignore comment elle s’est retrouvée dans cet hospice, au milieu des aveugles et des culs-de-jatte, jamais bien loin des lépreux. Moi, je peux vous le dire. Car pendant que l’on se crêpe le chignon en famille à Camelot, la misère s’étend et les famines sont monnaie courante, le peuple étant encore une fois victime collatérale d’une guerre qui le dépasse.

Il était une fois, vous disais-je, dans un royaume fort fort lointain, quelque part en terres irlandaises… Le nom exact de la contrée ? Imaginez-vous ne serait-ce qu’un seul instant le peu de connaissances que nous avons de la géographie de notre monde ? Nous ne sommes pas au siècle des cartes routières, du guide Michelin et encore moins du GPS, technologies qui, de toutes les façons, nous seraient bien inutiles puisque la plupart de nos contemporains sont illettrés. Eh, parbleu, tâchez donc de délaisser vos repères purement matériels et de vous intéresser davantage aux individus et aux sentiments qui ont pu motiver leurs choix ! Les choix, parlons-en, justement. Car avant de rencontrer Ciaran, jamais Eibhleann n’aurait cru être un jour confrontée à pareil dilemme. Ce n’était pas tant le contraste existant entre sa joie de vivre et l’austérité apparente de cet homme. Ce n’était pas non plus l’incompatibilité de leurs conditions sociales. Il n’était pas davantage question de la vie de bohème d’Eibhleann qui l’appellerait à repartir sous peu pour animer le cœur d’un autre village. Non, pendant les quelques semaines qui virent grandir leur relation, jamais ces obstacles ne furent abordés. Eperdument amoureuse, la jeune acrobate était prête à quitter sa troupe pour rester auprès de celui qu’elle croyait aimer. Jusqu’à ce que cette histoire engage quelqu’un d’autre qu’elle, un être microscopique qui commençait à s’éveiller en elle.

A cette époque sans électricité ni GPS, il n’y a rien de plus déshonorant que de mettre au monde un bâtard. Ou plutôt si. Donner la vie à un bâtard infirme. Ironie du sort, Eibhleann qui avait raté tant de choses durant sa courte vie venait de gagner sur les deux tableaux. Contrainte d’abandonner sa troupe pendant sa grossesse, Eibhleann avait vu Ciaran se montrer de plus en plus distant pour finalement ne plus donner signe de vie à partir du jour de la naissance de l’enfant. Privé de père, destiné à être la cible des moqueries et des ragots, ce petit être partait avec un handicap considérable. Mais ce n’était rien comparé à ce petit pied complètement difforme qui lui promettait un avenir orageux.

Pauvre et malade, incapable de gagner sa vie autrement qu’en se produisant de ville en ville, Eibhleann comprit bien vite que sa fille et elles ne pourraient survivre que séparément. Voilà comment notre petite Eimer fit son entrée dans cet hospice destiné aux infirmes et aux malades, aux exclus de la société. Mais je brandis Excalibur avant même de l’avoir extirpée la pierre ! Car à ce moment de l’histoire, la pauvre enfant n’a pas encore de prénom. D’ailleurs, je doute fort qu’elle en eut un avant d’être en âge de parler… et de marcher. Car très vite, cette « particularité » qu’il était aisé de dissimuler sous des haillons apparut aux yeux de tous. La fillette ne se mouvait qu’avec une très grande difficulté et toujours avec ce pas irrégulier que l’on entendait venir de loin, ce léger… boitement. Voilà pourquoi les vieilles dames chargées de l’hospice la nommèrent Leborcham, prénom irlandais signifiant… boiteuse. Inutile de dire que la fillette était peu satisfaite de ce choix. Mais son tempérament calme et effacé la dissuadait de faire la moindre remarque. Ce fut ainsi jusqu’à ce qu’elle se lie d’amitié avec l’un de plus vieux pensionnaires de cet hospice, un vieillard nommé Alastrann, qui avait perdu un bras et un œil en commettant l’affront de défier un bandit.

ALASTRANN – Alors c’est toi, Leborcham ?
EIMER – ….
ALASTRANN – Il te plait ce nom ?
EIMER –
ALASTRANN – Tu es donc muette en plus d’être boiteuse ?! Allons, d’où viens-tu ? Qui donc a pu abandonner une si jolie petite fille ?
EIMER –
ALASTRANN – De la mauvaise graine tout ça ! De la mauvaise graine colportée par le vent.

Et voilà comment vint le nom d’Eimer. Ambroisie. La nourriture des dieux, selon Alastrann. Mais aussi et surtout cette mauvaise herbe transportée par le vent. Oh, bien sûr, il fallut un temps considérable avant de voir les autres abandonner peu à peu Leborcham pour user enfin de ce nouveau prénom, souvent suivi du qualificatif « la boiteuse ». Mais désormais, cela n’avait plus tellement d’importance. Car dans la vie, Eimer avait Alastrann. Et Alastrann avait Eimer. Le vieillard fut le destinataire des tout premiers mots que la fillette osa enfin prononcer, alors qu’elle avait déjà sept ans. Avant cela, il lui fallut faire preuve de beaucoup de patience pour apprivoiser cet animal sauvage qui, tapit dans un coin de la pièce, le fixait de ses grands yeux qui exprimaient d’ailleurs bien davantage d’émotions que ses lèvres scellées. Puis, la confiance s’instaurant peu à peu, Eimer commença à parler pour ne plus jamais s’arrêter, rapportant à Alastrann tous ce qu’elle percevait de la vie de l’hospice, des propos que l’aveugle avait tenus au sourd à l’amourette secrète entre la bonne et le jardinier. Et ils riaient. Et c’était bon. C’était bon de rire lorsqu’on avait envie de fondre en larmes.

Eimer avait dix ans lorsqu’Alastrann lui parla de son passé. Il évoqua alors le beau jeune homme qu’il était, poète à ses heures mais surtout musicien de talent. Il lui montra alors son chalemie, ancêtre du hautbois, grossièrement taillé, qu’il gardait jalousement sous son lit depuis toutes ces années, depuis le jour où il avait perdu ce bras sans lequel il ne pouvait plus jouer. C’est aussi ce jour-là qu’Eimer le vit pleurer pour la toute première fois, au moment même où la fillette s’emparait de l’instrument pour souffler timidement dedans et en sortir un son doux, apaisant, réconfortant. La musique devint alors leur passion commune, leur jardin secret. Alastrann était un professeur passionné et Eimer une élève appliquée. Portée par cette empathie et cette sincérité qui animent la plupart des enfants, elle se sentait comme investie d’une mission, celle de permettre à Alastrann de vivre à nouveau sa passion à travers elle. Elle était son bras droit, en quelque sorte, celui qu’il avait perdu. Et elle prenait tout cela très à cœur. Trop, sans doute.

La musique s’arrêta brusquement, au beau milieu d’un phrasé parfait, comme s’il manquait une portée, une double-barre ou une reprise. Une reprise. Eimer avait prié longuement pour en obtenir une, cette nuit-là. Mais le lendemain, à son réveil et alors qu’elle l’avait veillé des heures durant, Alastrann n’était plus là. Désormais, il n’y avait plus que son hautbois qu’elle faisait tourner entre ses mains, et ses dernières paroles qui résonnaient dans sa tête :

ALASTRANN – Je vais bientôt partir, Eimer. C’est comme ça que cela devait se passer. Mais toi, que vas-tu faire ? Tu ne vas tout de même pas rester ici pour toujours alors qu’il y a tout un monde qui t’attend dehors !

Puis, alors qu’Eimer esquissait un geste pour dévoiler sa jambe…

ALASTRANN – Allons ! Tu ne vas pas te poser ainsi en victime pendant encore des années ! Bats-toi, un peu ! Allez, va-t’en ! Il n’y a plus rien de bon pour toi ici, plus rien d’autre qu’un vieillard mourant ! Va-t’en ! N’aies pas peur de vivre !

Dès le lendemain, Eimer fit ses bagages. Oh, ce ne fut pas bien difficile ! Tout ce qu’elle avait en sa possession se limitait à une vieille cape de voyage, quelques couteaux dérobés en cuisine et à cet instrument auquel elle se raccrochait désormais comme à une bouée de sauvetage. Elle quitta l’hospice. Alastrann avait raison. Au dehors, rien n’était facile. A seize ans à peine, la jeune fille devait désormais se débrouiller seule. Or, difficile de trouver une place de serveuse ou de servante avec une démarche aussi lente et disgracieuse. Il fallait rajouter à cela cette méconnaissance et cette peur poussant les biens portants à voir la boiterie comme une malédiction divine ou du moins un signe extérieur de déséquilibre mental. N’oublie pas, toi, lecteur du XXIème siècle, que l’absence d’instruction est un terreau fertile pour les mythes et les croyances ! Partout où Eimer venait frapper, elle était rejetée, parfois malmenée ou rouée de coups. Sans doute cet épisode de sa vie travailla-t-il à l’endurcir. Sans doute Alastrann pensait-il qu’elle en avait besoin pour faire le deuil de cette fillette abandonnée, triste et introvertie et devenir une femme de caractère.

En quatre ans à peine, cette métamorphose s’opéra. Eimer apprit à accepter sa différence et même à en faire une force, usant et abusant du besoin des personnes fortunées de faire la charité pour s’attirer les grâces divines. Elle comprit également quoi faire pour émouvoir encore davantage les bien-pensants. Alastrann aurait sans doute été peiné de la voir ainsi lacérer ses bras et son visage au couteau pour se donner l’air plus misérable encore. Mais la douleur surmontée, cela représentait une à deux portions de pain supplémentaires ce qui n’était pas négligeable. Elle qui n’avait bénéficié d’aucune instruction avait appris à compter : compter les pièces, compter la nourriture, compter les heures avant la nuit qu’elle mettait à profit pour dérober quelques provisions dans les réserves des boutiques. Elle avait pris le parti de ne jamais rester trop longtemps au même endroit. Bouger c’était la clé pour survivre. Ainsi, elle s’allia parfois à des groupes de voyageurs, profitant des divers moyens de transports des marchands pour aller, clandestinement ou non, de ville en ville.

C’est ainsi qu’Eimer arriva aux environs de Camelot, sans trop savoir ce qui l’avait poussée jusque-là. La curiosité, sans doute. L’espoir vain d’y trouver de quoi vivre plus décemment. Peut-être intégrer une troupe de musiciens ? Ou bien créer la sienne ? Elle a beau se montrer fière et distante, renfermée et agressive, Eimer sait pertinemment qu’étant donné sa fragilité physique et psychologique à vingt ans à peine, elle ne survivra pas bien longtemps. Alors, elle est prête à tout ou presque et prendra ce qu’on lui offrira. La guerre ? Arthur ou Morgane, elle n’a pas d’avis. L’un et l’autre se fichent bien des pauvres gens. Elle a donc choisit la neutralité. Toutefois, elle n’hésitera pas à se tourner vers le camp qui lui fera la proposition la plus alléchante. Le Bien, le Mal, cela n’existe pas. Tout ce qui compte, c’est de survivre.






Apparence et Caractère



Caractère

« Surveille tes pensées, elles deviennent des mots. Surveille tes mots ils deviennent des actions. Surveille tes actions, elles deviennent des habitudes. Surveille tes habitudes elles deviennent ton caractère. Surveille ton caractère, il devient ton destin ». Eimer aurait sans doute été incapable de produire une réplique aussi bien ficelée mais elle en a toutefois très vite compris le sens. Car ce qui la caractérise avant tout, c’est son pragmatisme. Elevée à l’hospice depuis son plus jeune âge, destinée à gonfler les rangs des exclus de la société, Eimer n’a bénéficié d’aucune instruction. Elle ne sait ni lire ni écrire, son vocabulaire est le plus souvent limité et ses références peu nombreuses. Toutefois, n’allez pas croire qu’elle est idiote ! Elle est dotée d’une forme d’intelligence pratique. Interrogez-la quant à l’âge d’un arbre ou la comestibilité d’un champignon, elle n’hésitera pas un seul instant. Perdue dans la forêt, elle sait s’orienter en analysant la position du soleil dans le ciel ou la répartition de la mousse sur le tronc des pins. Eimer a très vite compris que pour survivre dans un milieu qui, par définition, lui est hostile, il lui faut se montrer rationnelle et traiter chaque problème de façon méthodique, pas à pas. Elle vit au jour le jour et chacun d’entre eux est une petite victoire.

Être pragmatique est donc une condition nécessaire mais sûrement pas suffisante pour survivre. Il est également indispensable de rester constamment sur ses gardes. Et cela, Eimer l’a bien compris. Cela fait déjà bien longtemps qu’elle n’est plus la fillette timide et effacée de l’hospice. Cette métamorphose, elle la doit à Alastrann qui, après lui avoir donné peu à peu confiance en elle, l’incita à prendre son envol. Aujourd’hui, Eimer préfère ne pas repenser à cette enfant sans âme ni caractère qu’elle était. Elle s’est depuis évertuée à construire sa personnalité en opposition avec cette image qui lui fait honte. Désormais, elle sait se défendre des insultes et des violences dont elle est parfois la victime. Agressive, elle apparaît souvent comme un animal sauvage qu’on craindrait d’approcher. Constamment sur la défensive, elle perd tout pragmatisme lorsqu’il s’agit de ses relations avec autrui et réagit le plus souvent sous le coup de l’émotion, de façon impulsive. Mais ces défauts vont de pair avec une combativité exemplaire sans laquelle elle serait déjà morte à l’heure qu’il est. Car Eimer n’a pas froid aux yeux. Lorsqu’on la voit se débattre ainsi contre la vie, contre les gens, contre les éléments, on réalise qu’elle fonctionne le plus souvent à l’énergie du désespoir. C’est d’ailleurs ce désespoir qui la pousse à lacérer ses bras et son visage pour paraître plus misérable encore et susciter la compassion des passants. La souffrance ? Elle n’en a que faire. Ce genre de douleur n’est rien comparé à celle qui la brûle de l’intérieur.

Vous l’aurez compris, Eimer n’est pas quelqu’un de très entourée. A ses yeux, un ami n’est rien d’autre qu’un traître en sommeil. Voilà pourquoi elle se montre si désagréable afin de dissuader toute personne disposée à l’aider. Introvertie, elle ne fait confiance à personne et cherche toujours une explication à la gentillesse des autres. Pour elle, il n’y a point d’altruiste. Seulement des êtres intéressés. Or, par-dessus tout, Eimer tient à son indépendance. Elle ne veut être redevable de personne. Ce besoin de solitude la caractérisait déjà lors de ces jeunes années à l’hospice. A l’époque, Alastrann avait dû développer des efforts considérables pour apprivoiser ce petit animal sauvage. Nul doute que ces années d’errance n’auront fait qu’aggraver les choses en désociabilisant totalement la jeune femme.

Nul doute qu’après ce tableau honnête et donc passablement négatif vous n’aurez pas la moindre envie d’approcher Eimer. Néanmoins, vous devez savoir que derrière cette armure d’agressivité et de méfiance se cache avant tout une jeune femme fragile et perdue. Parfois, notre boiteuse se surprend à rêver de trouver un peu d’aide et de réconfort pour aborder l’avenir un peu plus sereinement. Mais cela, elle est bien trop fière pour le laisser paraître ! Sa plus grande faiblesse reste donc sa musique, son unique moyen d’expression, qui laisse transparaître une très grande sensibilité. Lorsqu’elle commence à jouer, le temps est comme suspendu et Eimer, elle, est comme apaisée. Ses émotions, ses colères, ses espoirs et ses craintes, elle les transcrit dans ses mélodies, et la succession de notes devient phrasé, et le phrasé devient des mots pour exprimer ses maux. Tout le monde s’accordera à dire que pour jouer si bien, il faut être doué d’une certaine empathie.

Apparence :

Eimer ne le sait pas mais elle est le portrait craché de sa mère, avec sa silhouette frêle et souple, l’agilité qui caractérise le moindre de ses déplacements. Dans d’autres lieux et d’autres circonstances, nul doute que la jeune femme aurait semblé jolie, vêtue d’une jolie robe, coiffée convenablement, avec quelques bijoux. Seulement voilà : la misère fait beaucoup de ravages, voyez-vous et les longues nuits dehors, par tous les temps, ce n’est pas très bon pour le teint, paraît-il ! D’ailleurs, Eimer n’accorde pas beaucoup d’importance à son apparence. Bien au contraire, plus elle paraîtrait négligée, malade et épuisée, plus la compassion des gens à son égard sera grande et bien que rien au monde ne la répugne davantage que la pitié, elle doit bien avouer que c’est sa seule chance de s’en sortir. Voilà pourquoi ses cheveux sombres sont si souvent emmêlés et viennent tomber devant son visage. Son visage qui, d’ailleurs, est très abîmé puisqu’encore marqué par les blessures qu’elle s’inflige régulièrement. Cela dit, elle n’en a pas honte. Elle assume. Elle assume tout.

Ce qui frappe le plus chez Eimer, c’est son regard : sombre, triste, vide. Il n’y a pas que l’argent qui aurait pu la rendre jolie. Le bonheur et la confiance en l’avenir auraient probablement suffit. Seulement voilà, dans ce regard-là, il n’y a que du désespoir ou de la haine, au choix. D’ailleurs, Eimer ne sourit jamais, ce qui est bien dommage car Alastrann lui a dit à plusieurs reprises qu’elle avait un très joli sourire !

Quand je vous dis que son regard est ce qui attire le plus l’attention chez Eimer, ce n’est pas tout à fait exact. Ou plutôt, ça l’est pour qui sait voir plus loin que le handicap. Car il est bien évident que c’est le boitement de la jeune femme qui attire l’attention des inconnus. Avec le temps, elle a beaucoup travaillé pour le rendre léger, parfois imperceptible au prix d’efforts surhumains. Mais c’est peine perdu. La plupart du temps, la jeune femme veille à cacher son pied difforme aux yeux des passants, sachant combien sa cheville presque retournée suscite l’effroi. Eimer ne se déplace donc qu’avec une très grande difficulté ce qui a rendu son voyage jusqu’à Camelot très difficile et ce qui explique qu’elle cherche un moyen de s’y établir durablement. Parfois, elle s’appuie donc sur une branche ramassée en chemin. Dans des cas extrêmes, lorsque le pain se fait rare et la fatigue grande, il arrive qu’on la voit ramper à même le sol. Mais cela reste rare. Car même les pauvres et les infirmes ont une fierté.













Hors
Jeu

• Votre âge • 19 ans
• Pseudo • Polymnie
• Comment as tu connu le forum ? • Par Mélusine Cââlin
• Fréquence de Présence (plus ou moins) • Oh, bonne question ! Tout dépend de mes cours et en ce moment c'est tendu mais je promets de faire de mon mieux !
• Un petit mot pour la route ? • Carapater


©️ Never-Utopia


Dernière édition par Eimer La Boiteuse le Ven 12 Oct - 10:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Risque d'Hydrocution...
avatar


Risque d'Hydrocution...

Nombre de messages :
618

Carnet de Route
Nature: Hybride
Relations:
Fonction/Activité: Enchanteresse au service de Morgane... Bon petit traître quoi

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Dim 7 Oct - 19:22



Je me répète, mais j'ai de voir ce que tu vas faire avec ce perso, surtout avec l'ava que tu as choisi mouton

Bonne chance pour ta fifiche ! Very Happy

__________________

FicheLiensRps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendes.moninter.net

Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous
avatar


Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous

Nombre de messages :
437
Localisation :
Forêt [En chemin vers Camelot]

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Gardien du Secret / Conteur & Barde

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Dim 7 Oct - 19:24

*plussoie le choix de vava*

Bienvenue parmi nous !

__________________



"N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Délégation Elfique - Imprévisible Incarnation de la Magie Chaotique et Vagabonde

Nombre de messages :
403
Localisation :
Là où le Roi a besoin de mes services... Probablement...

Carnet de Route
Nature: Elfe
Relations:
Fonction/Activité: Magicien au service du Roi Llandon

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Dim 7 Oct - 22:38

Bienvenue à toi, notre p'itite nouvelle ♥

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Dame de Cœur Imperméabilisée

Nombre de messages :
156

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Enchanteresse

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Lun 8 Oct - 9:25

Bienvenue


Le camp de Viviane est super chouette si t'as pas d'idée pour ce nouveau perso


bah quoi ? Mr Red



__________________
~ Qui cherche l'infini n'a qu'à fermer les yeux ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
11

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Mer 10 Oct - 14:28

Oh, merci pour votre accueil les namis ! Ma fiche avance vite dans ma tête et pas trop sur le papier (moui, l'écran --') mais je vous promets de l'avoir terminée ce week-end au plus tard !

Viviane > Tout dépend des propositions que tu lui feras : Eimer ira vers le plus offrant ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Folie Vagabonde

Nombre de messages :
89
Localisation :
Sans aucuns doutes, entre rêves et réalités.

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Subtilement et Dangereusement Folle / SDF...

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Mer 10 Oct - 14:55

Bienvenouuuuu ! (Si t'es une gueuse comme moi, t'es ma coupine *cherche d'autres gueux pour se sentir moins seule dans ce monde de richoux*)

Ce n'est pas juste de se laisser corrompre alors que Thuthur n'est même pas là pour haranguer les foules avec des plateaux de gâteaux ! o_o

__________________
Oublier c'est trahir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aubergedes9mondes.boosterforum.com/

avatar




Nombre de messages :
207
Localisation :
dans son château...

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: enchanteresse/chef des traîtres :D

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Mer 10 Oct - 14:57

Eimer : dépêche-toi de finir ta fiche... que je vois ce que je peux te proposer Mr Red


Bienvenue et bon courage mouton
(quand même, histoire de pas être hors sujet ^^)

__________________


I will have my vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
11

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Ven 12 Oct - 10:34

Koralwinn > Je te propose de former le club des gueux ! Mr Red

Sinon, voilà, je crois bien que ma fiche est terminée ! (enfin !) mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous
avatar


Troupe des Carpates | Héritier d'un peuple, Gardien de tous

Nombre de messages :
437
Localisation :
Forêt [En chemin vers Camelot]

Carnet de Route
Nature: Humain
Relations:
Fonction/Activité: Gardien du Secret / Conteur & Barde

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Ven 12 Oct - 12:11

J'aime ! J'adore ! Je kiff *zbaff*
C'est un personnage intéressant que tu as là J'ai hâte de la voir dans le jeu ^^ Et ta façon d'écrire est très agréable
Bref:



Le Premier Chapitre


Félicitations, ta fiche est Validée !
Ton personnage est maintenant libre de poser ses bagages dans notre Royaume.

our t'aider dans ton jeu, les sections "Demandes de Liens" et "Demandes de Rps" sont à ta disposition. N'hésites pas non plus à aller fouiller de côté des "Aides" qui t'indiqueront quelques détails bien pratiques pour tes rps (comme la monnaie utilisée, la mode vestimentaire, la carte du royaume). Tu as aussi la possibilité de demander un rang particulier dans ce sujet.

eci étant dis, tu peux dès à présent poster où tu le souhaites dans le forum. Tu découvriras des petits secrets ici et là, libre à toi de t'en servir ou non.

our ce qui est des intrigues (les secondaires comme la principale), tu es là encore libre de les utiliser dans ton histoire ou d'y être tout à fait étranger. N'hésite pas à aller regarder les descriptions des Intrigues Secondaires qui pourraient t'inspirer, ou auxquelles tu pourrais vouloir participer.

la moindre question (sur la jouabilité, le contexte, n'importe quoi), n'hésite pas à envoyer un MP à l'une de nous deux (ou les deux ^^).

on jeu parmi nous et n'hésites pas à commencer à RP, tu trouveras toujours des partenaires dans le coin !


__________________



"N'écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Nombre de messages :
11

MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   Ven 12 Oct - 12:30

Merciiii !! [ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eimer dite "La Boiteuse"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eimer dite "La Boiteuse"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vie de Serge Gainsbourg
» Tatie dite aussi Yrwanel
» Sil'ilos Solen dite Lil'Wen - Kyorl 4ème Ost
» Azlin Nizi, dite Lizi
» Un duo de choc pour une mission de choc ? [Rang C | Genzö]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes :: 
Case Départ
 :: • Présentations • :: Validées
-